Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Le clown bleu accro à la colère

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 22 février 2023

En janvier et février 2022, Ottawa est une ville occupée par le convoi de la liberté. Ce mouvement d'humeur d'une partie des Canadiennes et des Canadiens n'a pas été sans conséquence dans le traumatisme vécu par la pandémie de la COVID-19. Ces derniers jours, le juge Rouleau qui présidait une commission d'enquête chargée de faire la lumière sur l'invocation de la Loi des mesures d'urgence par le Gouvernement du Canada a déposé son rapport. Comme le reste de cette crise de la pandémie, les jugements portés sur les événements sont dans l'ombre ou le clair-obscur. Il n'est pas facile de se faire une tête sur ce sujet pour un citoyen raisonnable et informé. Ce qui demeure cependant toujours à l'avant-plan ce sont les passions suscitées par ces sujets. C'est aussi les discours irresponsables de certains politiciens qui cherchent à instrumentaliser cette terrible crise à des fins politiques. Dans ces jeux politiques, tous les politiciens ont donné. Néanmoins, certains se distinguent par leur irresponsabilité et à ce panthéon le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre remporte la palme de façon incontestable. Réflexions sur un temps trouble de notre histoire collective et sur la situation politique actuelle.

Le rapport Rouleau

Cela était attendu. Après de longues et ennuyeuses audiences, le juge Paul Rouleau a rendu son rapport qui compte plus de 2000 pages. Sans surprises, il conclut que le gouvernement de Justin Trudeau était dans la légitimité lorsqu'il a invoqué la Loi des mesures d'urgence en février 2022. Cette loi donnait au gouvernement des pouvoirs extraordinaires pour rétablir l'ordre. Concrètement, la déclaration de l'état d'urgence accordait des pouvoirs extraordinaires aux gouvernements, à la police et aux institutions financières pour limiter les droits des manifestants à la liberté de réunion, geler les comptes bancaires et obliger les entreprises privées à collaborer avec les autorités, le tout dans le but de mettre un terme aux manifestations. Pour le juge Rouleau, l'invocation de cette loi par le gouvernement, bien que légitime, traduisait l'échec du fédéralisme et l'incapacité des gouvernements et des corps policiers à travailler de concert pour résoudre la crise qui s'est incrustée dans le centre-ville d'Ottawa au grand dam de ses citoyennes et de ses citoyens qui ont été pris en otage par une mouvance de gens en colère contre les mesures sanitaires et contre l'ordre constitutionnel canadien. Il n'y a pas à dire, la pandémie de la COVID-19 a fait beaucoup de ravages dans notre système de santé, mais il a aussi fragilisé nos institutions démocratiques. Dans des situations pareilles, nous aurions eu besoin que des femmes et des hommes d'État se lèvent, mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Le bilan de la pandémie est encore à faire quoi que l'on en dise notamment en ce qui concerne le comportement et les attitudes de la classe politique canadienne et québécoise.

La perte de légitimité et l'indémocratie

À la même époque l'an dernier, ma chronique du 16 février portait sur la crise à Ottawa. J'y dénonçais la montée des extrêmes : «On ne pourrait trouver de meilleures métaphores pour essayer de comprendre les angoisses et le ras-le-bol de milliers de Canadiennes et de Canadiens pris en otage par des camions notamment depuis plus de deux semaines dans la ville d'Ottawa. Encore aujourd'hui, les autorités peinent à rétablir l'ordre contre cette colère organisée en manifestation et en siège à l'encontre des mesures sanitaires et les mesures mises en place par les gouvernements pour combattre la pandémie de la COVID-19. Cela met la table à une réflexion sur l'état des lieux démocratiques au Canada. »

Cette réflexion faisait écho à la volonté des gouvernements des provinces et de l'État fédéral à faire de leur mieux pour enrayer cette pandémie. Néanmoins, cela n'était pas une tâche facile. Permettez-moi de rappeler mon commentaire d'alors : « Ce n'est pas la pandémie qui est responsable de l'état actuel des choses. La pandémie est plutôt un révélateur d'une crise des consciences plus profonde. Je l'ai écrit souvent dans cette chronique, nous sommes animés d'un individualisme sans précédent, nous ne voulons plus que du pain et des jeux et nous avons perdu, quoi qu'en disent nos élus, le sens de la solidarité. Devant un danger réel comme la pandémie, nous avons peine à nous rassembler pour faire front commun même s'il faut le reconnaître, la société québécoise fait figure de modèle dans ce portrait sombre de l'humanité au 21e siècle. Nous avons perdu foi en nos institutions et en nos élus. Le terrain est fertile aux démagogues, aux populistes de tout acabit. Les outils d'information nouveaux permettant de s'exprimer comme sont les réseaux sociaux libèrent la parole et la haine se distille à coup de tweet et de post. Pas de garde-fou médiatique pour calmer le jeu. La haine et la colère se répandent et s'insinuent dans nos âmes et nos consciences. Si une telle chose est devenue possible ce n'est pas seulement parce que nous sommes fragiles aux mensonges et aux manipulations, mais parce que nous avons aussi de bonnes raisons de nous méfier de ceux qui nous gouvernent, qui nous ont tant promis et qui nous ont si souvent déçus. La démocratie est en crise. La pandémie ne fait que nous révéler ce que nous sommes. »

Le discours politique divisif

J'ai aussi abordé dans une autre chronique, le 12 janvier 2022, le danger d'un certain discours politique qui opposait le Nous et le Eux : « Ce qui m'apparaît le plus déplorable et le plus délétère à ce moment-ci c'est le discours politique de division et d'exclusion que sont tentés d'adopter nos politiciens dans la crise actuelle. Le président français Macron l'a brillamment illustré en déclarant qu'il voulait emmerder les non-vaccinés. Opposer les vaccinés aux non-vaccinés est ce qu'il pourrait y avoir de plus détestable et de dommageable pour nos démocraties et notre vivre-ensemble. Certes, il est tentant de gagner des voix en se servant du ras-le-bol des populations à l'égard de la pandémie pour le retourner contre les non-vaccinés. Il faudrait décider ou la vaccination est obligatoire et le gouvernement en prend les décisions conséquentes ou la vaccination est laissée au libre-choix des individus et on cesse de les pointer du doigt comme la cause de tous nos malheurs. Personnellement, je suis d'avis que les vaccins sont l'un des outils contre la pandémie, mais ce n'est pas le seul et surtout ce n'est pas garant d'une vie exempte du virus. »

Je m'inquiétais et je m'inquiète toujours de l'émergence de discours politique opposant un Eux et un Nous. Ce n'est pas le meilleur chemin pour tracer la voie du vivre ensemble, bien que la politique par nature soit un exercice qui divise et qui vise à faire triompher un discours sur celui de ses adversaires identifiés afin de prendre le pouvoir. À ce jeu, le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre est le grand champion et remporte la palme du démagogue en chef du Canada.

Poilievre, un discours clownesque

Le point de presse tenu par Poilievre vendredi après-midi dernier a été un moment de surréalisme dans la politique canadienne. Convoqué pour faire le point sur le rapport du juge Rouleau, Poilievre s'est plutôt lancé dans une attaque contre Justin Trudeau. Tous les malheurs du monde étaient la faute de Justin Trudeau. Imaginez les gens font appel à l'aide médicale à mourir parce qu'ils meurent de faim à cause de Justin Trudeau. Les propos de Poilievre étaient insignifiants et nettement exagérés. Poilievre a fait la démonstration de son manque d'envergure. Il a perdu une belle occasion de nous expliquer pourquoi il avait appuyé le siège d'Ottawa au détriment de la population qui vivait dans cette ville. Poilievre est un politicien sans envergure, à l'esprit étroitement partisan et qui a un discours clownesque. En fait, Pierre Poilievre n'est rien d'autre qu'un clown bleu accro à la colère...


  A LIRE AUSSI ...

L’infantilisme de la gauche québécoise

Mercredi le 8 mai 2024
L’infantilisme de la gauche québécoise
Se raconter des histoires…

Mercredi le 1 mai 2024
Se raconter des histoires…
Les maudits gauchistes

Mercredi le 24 avril 2024
Les maudits gauchistes
NOS RECOMMANDATIONS
Grève possible à la Société de transport de Sherbrooke

Lundi le 13 mai 2024
Grève possible à la Société de transport de Sherbrooke
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail

Vendredi le 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024
Un constat d’échec
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 15 mai 2024
Un constat d’échec

François Fouquet
Lundi, 13 mai 2024
Puissante candeur de la jonquille

inscription infolettre 600
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail Par Daniel Campeau Vendredi, 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
Un partenariat radiophonique unique entre Sherbrooke et la France Par Julie Meese Mardi, 14 mai 2024
Un partenariat radiophonique unique entre Sherbrooke et la France
Le Groupe Beaucage décroche l’or au  palmarès des Sociétés les mieux gérées au Canada Par Julie Meese Mardi, 14 mai 2024
Le Groupe Beaucage décroche l’or au palmarès des Sociétés les mieux gérées au Canada
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous