Granada_Virginie_fortin
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
En Estrie Concours Calendrier Annonces Classées
 
  CHRONIQUEURS / L'Agora

Panne d’inspiration

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 25 août 2021      

Le 15 août dernier, le premier ministre et chef libéral, Justin Trudeau a piqué une petite visite à la nouvelle gouverneure générale, Mary Simon, pour lui demander de proroger le parlement et de lancer les Canadiennes et les Canadiens en élection, et cela en pleine canicule et au moment où le variant Delta de la Covid 19 se fait plus menaçant. Mais pourquoi des élections ? C'est la question la plus importante et à laquelle Justin Trudeau n'a pas été en mesure de répondre. Ce qui explique le début de campagne plutôt chancelant de l'équipe libérale. Il faut dire que les images de Kaboul n'ont pas aidé à l'image du gouvernement sortant. Bilan d'une campagne électorale après une première semaine.

Les hésitations et les faux pas de Justin...

Justin Trudeau avait le privilège de sonner le départ de la course. Nous aurions pu nous attendre à ce qu'il prenne avantage sur ses adversaires. Ce ne fut pas le cas. Au lieu de cela, la campagne de Justin Trudeau a été marquée par des hésitations et surtout par son incapacité à définir l'enjeu de la présente campagne électorale. Il est vrai que dire la vérité soit que le seul objectif de la présente campagne électorale c'est d'assurer une majorité à son gouvernement parce qu'il y a une belle fenêtre d'opportunité n'est pas un choix gagnant pour Justin Trudeau. Il a donc cherché à justifier sa décision en invoquant le besoin d'obtenir l'aval des Canadiens à la suite des actions de son gouvernement en matière de pandémie. Nous devons donner notre opinion sur les actions passées. Pourquoi ? En d'autres mots, monsieur Trudeau souhaite que cette élection soit un référendum de sa gestion de la pandémie. Or, comme l'a démontré le résultat de l'élection en Nouvelle-Écosse, cela n'est que dans ses rêves. Les gens ne veulent pas voter sur ce qu'ils ont eu, mais plutôt sur ce qu'ils vont avoir dans l'avenir. Monsieur Trudeau aurait avantage à recentrer sa campagne s'il ne veut pas avoir fait tout cela pour rien.

Il devrait aussi porter attention à l'image qui se dégage de sa campagne terrain qui semble nous dire que la pandémie c'est chose du passé alors que les hospitalisations et le nombre de cas sont en hausse. Cette façon de faire campagne tranche avec le discours de prudence qui avait caractérisé Justin Trudeau jusqu'à ce jour à propos de la crise sanitaire. Une réflexion s'impose sur son style de campagne. D'autant plus que celle-ci est en contraste et en porte à faux avec l'attitude du leader incontesté au Québec, François Legault.

Le sexy Erin O'Toole

Le chef du Parti conservateur n'a ménagé aucun effort pour se définir en ce début de campagne. Seul dans son studio aménagé par son parti dans un hôtel d'Ottawa, il a dévoilé le programme politique du Parti conservateur. Ce programme avec une page couverture montrant un chef détendu et qui porte un T-shirt sexy a surpris tous les observateurs. Il faut reconnaître qu'Erin O'Toole a fait preuve d'audace et cela devrait être payant si tant est que les conservateurs puissent trouver une oreille attentive à leurs propos au Québec. Malgré les efforts d'Erin O'Toole pour plaire aux Québécoises et Québécois, ces espoirs risquent de se fracasser sur les récifs de la réalité politique canadienne.

Malgré sa proposition de contrat avec le Québec où monsieur O'Toole donne tout ce que le Québec demande : déclaration de revenus unique, plus de pouvoir en matière d'immigration et de culture, promesse de ne pas financer les contestations juridiques contre la loi sur la laïcité, soumission des entreprises fédérales à la loi 101 et tutti quanti. Le Québec tendra-t-il l'oreille ? Rien n'est moins sûr. Il y a un déficit de confiance et de crédibilité envers la droite conservatrice morale présente dans le Parti conservateur et cela se manifeste non seulement sur la question de l'avortement, et oui, on parle encore de cela en 2021, et des changements climatiques, mais aussi dans le dossier du financement des services de garde. Monsieur O'Toole malgré ses efforts est loin d'être assuré que ce repositionnement sera suffisant pour séduire le Québec. En revanche, il est certain que cela lui fera perdre des votes dans l'Ouest canadien et donnera de l'oxygène à l'émergence d'une forme de radicalisme politique de droite qui tente ces jours-ci d'émarger sous la forme d'un nouveau Bloc québécois de l'ouest : le Maverick party. C'est compliqué le Canada monsieur O'Toole, ne trouvez-vous pas ?

La joie de Jagmeet Singh

Le début de campagne du NPD se fait dans la joie et l'allégresse bien que celle-ci ait été très absente au Québec durant cette première semaine. Jagmeet Singh reprend où il a laissé lors de la dernière campagne électorale. On retrouve un chef qui semble s'amuser en campagne électorale et qui rayonne de bonheur devant sa paternité prochaine qu'il a partagé dans le bonheur avec la population. Enjoué et plein d'énergies, Jagmeet Singh utilise abondamment les réseaux sociaux pour rejoindre la population, dont le réseau Tik Tok. Au Québec, la glace est occupée par le seul député NPD, Alexandre Boulerice. Le discours contre les riches et l'affirmation que sans le NPD le gouvernement Trudeau n'aurait pas été aussi avenant avec les Canadiens durant la pandémie avec la pléiade de mesures qu'il a mises en place sont la toile de fond du discours du NPD. Reste que le N PD demeure un parti à vocation sociale et qui carbure à la centralisation des programmes fédéraux. Ce qui devrait le rendre suspect envers le Québec plutôt nationaliste.

Il faudrait voir ce que fera dans la prochaine semaine Jagmeet Singh comme apparition au Québec et ce qu'il dira. Il sera aussi intéressant de suivre la campagne de Nina Machouf dans Laurier─Sainte-Marie. À mon sens, les deux seuls comtés prenables pour le NPD au Québec. À suivre...

Blanchet et ses 40 comtés

Yves-François Blanchet joue à merveille son rôle de gardien des valeurs nationalistes au Québec. Il est vrai que s'opposer pour s'opposer est un rôle plus facile que de gouverner. Dire ce que les gens veulent entendre place le Bloc et son chef dans une position plus favorable que les formations politiques obligées aux compromis entre les différentes régions canadiennes. En dépit de cet avantage marqué, Yves-François Blanchet a raté son début de campagne en faisant deux erreurs majeures qui pourraient à terme lui couper les ailes. D'abord, une arrogance typique de politicien l'a amené à confier à Philippe Vincent-Foisy, transfuge de Radio-Canada rendu à QUB radio et TVA, que le Bloc avait pour objectif de remporter 40 comtés au Québec. Une lourde commande pour sa formation politique qui postule à la débâcle des libéraux, ce qui n'est pas encore avéré. Puis, son incapacité à se prononcer soit pour, soit contre le projet de troisième lien à Québec ressemble à de la lâcheté stratégique. Si monsieur Blanchet se permet de critiquer les politiques albertaines en matière de pétrole, pourquoi ne peut-il pas en faire autant des projets du gouvernement Legault ? Il est vrai que monsieur Blanchet n'en est pas à une contradiction près. N'est-ce pas lui qui a imposé à son parti une candidate qui maîtrise à peine le français dans la circonscription de Sherbrooke ? Une candidate qui en plus de sa méconnaissance du français n'a rien à dire sur la politique si ce n'est de s'en servir pour son combat pour faire libérer son mari Raif Badawi. Une drôle de décision du Bloc. Le sort qui attend Yves-François Blanchet qui ressortira du prochain scrutin est pour le moment difficile à décrypter. Chose certaine, je suis d'avis que jamais le Bloc québécois ne fera élire 40 députés au Québec lors du prochain scrutin.

Le Maxime Bernier

Il y a aussi Maxime Bernier et le Parti populaire du Canada. Parti qui ne sera pas invité aux débats. Tant mieux! Qu'en dire de plus ? Euh... panne d'inspiration...



Dispatcher_groupe A&A
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...

Le camp des femmes

Mercredi le 11 mai 2022      
Le camp des femmes
Réinventer le Québec par nos villes…

Mercredi le 18 mai 2022      
Réinventer le Québec par nos villes…
Jeux d’équilibre

Mercredi le 4 mai 2022      
Jeux d’équilibre
Golf Longchamp_2022
NOS RECOMMANDATIONS
Les Cantonniers de Magog à  Okotoks en Alberta pour la Coupe Telus

Lundi le 16 mai 2022      
Les Cantonniers de Magog à Okotoks en Alberta pour la Coupe Telus
Le Triathlon S-Triman de retour le 19 juin

Lundi le 16 mai 2022      
Le Triathlon S-Triman de retour le 19 juin
Tourisme Cantons-de-l’Est: la relance est amorcée!

Vendredi le 20 mai 2022      
Tourisme Cantons-de-l’Est: la relance est amorcée!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Perfomance_NC
 
François Fouquet
Mardi, 24 mai 2022
Avant et après : supercherie et piège

Daniel Nadeau
Mercredi, 18 mai 2022
Réinventer le Québec par nos villes…

Eliane Thibault
Mardi, 17 mai 2022
Le pape attendu au Canada

Performance_NC_2
Tourisme Cantons-de-l’Est: la relance est amorcée! Par Daniel Campeau Vendredi, 20 mai 2022
Tourisme Cantons-de-l’Est: la relance est amorcée!
« Fait en Estrie » : Savo Par Catherine Blanchette Mercredi, 18 mai 2022
« Fait en Estrie » : Savo
Les Cantonniers de Magog poursuivent leur périple Albertain avec 2e victoire Par Daniel Campeau Mercredi, 18 mai 2022
Les Cantonniers de Magog poursuivent leur périple Albertain avec 2e victoire
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2022 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous