Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Vivement l'histoire

Le Club social de Sherbrooke

 Imprimer   Envoyer 
Photo : Batiment du Club Social de Sherbrooke après un incendie, vue Prospect.
Archives nationales à Sherbrooke Par Archives nationales à Sherbrooke
archives.sherbrooke@banq.qc.ca
Vendredi le 9 février 2024

Marc-André Moreau, technicien en documentation aux Archives nationales à Sherbrooke

Le quartier nord de Sherbrooke est connu pour ses résidences majestueuses, témoignant de l'influence architecturale de l'ère victorienne. L'une des plus remarquables était située au carrefour des rues Prospect et Queen-Victoria. Ce bâtiment, au sein duquel était établi le Club social de Sherbrooke, fut pour de nombreux citoyens un lieu de rencontre et de discussion, un lieu de culture et de célébration.   

L'histoire du Club social de Sherbrooke est révélatrice des changements importants que connaît la ville au milieu du xxe siècle. Bien que cette association ait été inspirée par le modèle anglais des clubs privés, elle constitue un témoignage de l'émergence et de l'essor d'une bourgeoisie canadienne-française sherbrookoise. Celle-ci, portée par la francisation de la ville, connaît un essor fulgurant et éclipse sa contrepartie anglophone au cours de la deuxième moitié du xxe siècle. À titre d'exemple, l'alternance traditionnelle entre les maires anglophones et francophones prend fin dans les années 1950 et le quartier nord de Sherbrooke, ancien bastion de la bourgeoisie anglophone, devient progressivement accessible aux Canadiens français.

Buts et activités du club

 

Menu d'un grand souper annuel ayant eu lieu au Club social de Sherbrooke au profit des œuvres de Mgr Alfred Lanctôt, 11 février 1953. Archives nationales à Sherbrooke, fonds Joseph Bégin (P26, D2).

Dès sa fondation le 18 avril 1941, le Club social de Sherbrooke a pour objectif de favoriser l'avancement moral et intellectuel des francophones de Sherbrooke en leur permettant de se réunir et de fraterniser. Le club est essentiellement un lieu de socialisation et de réseautage. Des soupers et des conférences y sont régulièrement organisés les mercredis soir au profit des membres du club. L'association est également l'hôte d'une multitude d'activités, lesquelles sont fort variées et ne sont pas toujours exclusives aux membres.

 Le Club social est conséquemment une vitrine prisée par les personnes et les groupes souhaitant faire connaître leurs idées, leurs causes et leurs projets. Plusieurs œuvres charitables, telles que celles de Mgr Lanctôt et de la Société Saint-Vincent de Paul, y trouvent un soutien financier. Le milieu artistique sherbrookois, que l'association souhaite ouvertement valoriser, en bénéficie tout autant. Plusieurs peintres, sculpteurs et photographes de la région et d'ailleurs au Québec ont l'occasion de participer à des expositions organisées dans les locaux du Club social. L'artiste Thérèse Lecomte, qui a marqué le milieu des arts sherbrookois par ses œuvres et son enseignement, y a notamment exposé ses œuvres aux côtés de celles de Cornelius Krieghoff.  

Cette visibilité suscite évidemment l'intérêt des politiciens, qui, tout au long de l'histoire du Club social, viennent y prononcer des discours. Les premiers ministres Adélard Godbout (1943), Louis St-Laurent (1949), Robert Bourassa (1975) et Brian Mulroney (1988) figurent parmi la liste des visiteurs illustres du club. Un portrait de Wilfrid Laurier y est par ailleurs fièrement exposé en souvenir de la visite que ce premier ministre a rendue en 1912 à l'ancien propriétaire du bâtiment, Francis N. McCrea.

 À l'occasion de la célébration de la nouvelle année, le Club social de Sherbrooke est l'hôte de grandes festivités rassemblant une multitude de personnes. Les membres d'associations masculines et francophones s'y réunissent. Les autorités municipales et religieuses, également invitées, profitent de cette occasion pour offrir leurs vœux aux participants et à la population sherbrookoise. Cette pratique prend fin en 1960 dans un contexte où des innovations technologiques telles que la radio et la télévision transforment l'univers des loisirs et des communications.

 Un édifice prestigieux

 

 Domicile de Francis N. McCrea, 85, rue Melbourne à Sherbrooke (auj. 688, rue Prospect), entre 1910 et 1933. Archives nationales à Sherbrooke, fonds Studio Boudrias (P21, S6, D300216). Photographe non identifié.

La popularité et le prestige du Club social de Sherbrooke ne sont sans doute pas étrangers à la beauté architecturale de l'édifice au sein duquel cette association s'est installée quelques mois après sa fondation, soit le 5 août 1941. Sise à la jonction de la rue Prospect et du boulevard Queen-Victoria, cette somptueuse propriété avait auparavant appartenu au député fédéral et homme d'affaires Francis N. McCrea, qui l'avait fait construire au début du siècle dernier. Ses trois étages, 11 foyers et 26 pièces, parmi lesquelles se trouve une salle de banquet pouvant accueillir 170 convives, en font incontestablement l'une des propriétés des plus opulentes de Sherbrooke. Afin de mettre cette demeure au goût du jour, plusieurs rénovations visant à en moderniser l'intérieur sont effectuées en 1948.

 Un incendie dévastateur (1954)

 

 

Bâtiment du Club social de Sherbrooke après un incendie vu à partir du boulevard Queen-Victoria, après le 14 février 1954. Archives nationales à Sherbrooke, fonds Familles Mathieu-Phaneuf-Donahue (P1005). Photographe présumé : Jean-Marie Donahue.

Les membres du club ne peuvent cependant bénéficier de ces rénovations que peu de temps, puisque moins de six ans plus tard, le 14 février 1954, le bâtiment est la proie d'un terrible incendie. Ce sinistre engendre des pertes évaluées à 150 000 $, un montant fort considérable sachant qu'à cette époque, le salaire hebdomadaire moyen d'un ouvrier québécois est d'environ 50 $. Aucun décès n'est déploré, mais un garçon de six ans dont le père s'était absenté y aurait sans doute perdu la vie n'eût été la vigilance d'un employé.

 Une reconstruction moderne (1955)

 

  Denis Tremblay, Reconstruction du Club social de Sherbrooke : avant-projets, dessins, 10 mai 1954. Archives nationales à Sherbrooke, fonds Denis Tremblay (P11, S3, SS2, D15).

Cet incendie ne signifie pourtant pas la fin du Club social de Sherbrooke, qui renaît aussitôt de ses cendres. Un nouvel édifice est construit dès le mois de juin 1955 sous la supervision des architectes Audet, Tremblay et Audet. Divers avant-projets sont proposés et les membres du club optent pour un bâtiment à l'architecture nettement plus moderne, comme en témoigne l'édifice se trouvant actuellement au 688, rue Prospect. Les observateurs attentifs pourront d'ailleurs remarquer que les initiales du Club social se trouvent toujours sur les ornements en fer forgé au-dessus de la porte de ce bâtiment. Aujourd'hui, l'édifice loge les bureaux des courtiers d'assurances Assurancia.

 Le déclin et la fin du Club social de Sherbrooke

Créé à l'origine pour permettre aux francophones de se réunir et de socialiser, le Club social de Sherbrooke devient progressivement un club d'affaires, pour être finalement supplanté par la Chambre de commerce de Sherbrooke. En 1996, malgré le soutien financier que lui fournissent certains de ses membres, le Club social de Sherbrooke est contraint de fermer définitivement ses portes. L'institution, qui comptait plus de 300 membres en 1948, ne rassemble plus au moment de sa fermeture que 41 membres.

 Pour obtenir plus d'information au sujet des associations et organisations ayant façonné l'histoire de Sherbrooke et de l'Estrie, nous vous invitons à venir consulter nos différentes collections :

Archives nationales à Sherbrooke
225, rue Frontenac, bureau 401
819 820-3010, poste 6330
archives.sherbrooke@banq.qc.ca

 Sources :

Fonds d'archives conservés aux Archives nationales à Sherbrooke

Fonds Chambre de commerce de Sherbrooke, Club social de Sherbrooke Inc., 1973-1986 (P1, S6, SS2, SSS5, D247).

Fonds Cour supérieure, District de Saint-François, Déclaration « Club Social Canadien », 19 avril 1941 (TP11, S8, SS20, SSS48).

Documents publiés

« Brillante inauguration du club social Canadien », La Tribune, 10 janvier 1941.« Le Club social de Sherbrooke a été incendié », Progrès du Saguenay, 16 février 1954.

« Le Club social de Sherbrooke inaugure ses salles », La Tribune, 6 août 1941.

« Le Club social de Sherbrooke inaugure son nouvel immeuble, rue Melbourne, coin Queen », La Tribune, 2 août 1941.

« Le Club social détruit par le feu », La Tribune, 15 février 1954.

« Le Salon du printemps au Club social », La Tribune, 8 mai 1957.

« L'hon. Godbout au Club social », La Tribune, 23 octobre 1943. 

« Ouverture officielle du Club », La Tribune, 11 juin 1955.

« Rénovation du Club social », La Tribune, 21 septembre 1948.

« Salon du printemps : l'exposition sera inaugurée demain soir au Club social », La Tribune, 11 mai 1957.

« Social Club home gutted by flames », Sherbrooke Daily Record, 15 février 1954.

« Successeur de Laurier », La Tribune, 11 mai 1949.

« Un public nombreux à l'Exposition d'art », La Tribune, 19 novembre 1945.

FISETTE, Gilles, « Le Club social ne renaîtra pas : la mise en vente de l'édifice met un terme définitif à l'aventure amorcée en 1941 », La Tribune, 22 février 1996.

KESTEMAN, Jean-Pierre, Histoire de Sherbrooke, tome 4 : De la ville ouvrière à la métropole universitaire, Sherbrooke, Productions G.G.C., 2002, 489 p.

LAVALLÉE, Stéphane, « En prévoyant la disparition des pensions de vieillesse et des programmes sociaux Broadbent utilise une tactique déloyale... affirme le premier ministre Mulroney devant 600 partisans à Sherbrooke », La Tribune, 27 octobre 1988.

PRÉFONTAINE, André, « $15 millions pour le parc industriel », La Tribune, 21 janvier 1975.

TESSIER, André, « La tournée du jour de l'An du Club social », La Tribune, 20 décembre 1999.


  A LIRE AUSSI ...

Un homme barricadé dans un appartement à Sherbrooke a été arrêté

Mercredi le 14 février 2024
Un homme barricadé dans un appartement à Sherbrooke a été arrêté
Le Centre de foires de Sherbrooke : un lieu unique pour observer l’éclipse solaire totale

Lundi le 12 février 2024
Le Centre de foires de Sherbrooke : un lieu unique pour observer l’éclipse solaire totale
Un premier bal des finissants pour la communauté 2SLGBTQ+ de l'Estrie

Lundi le 19 février 2024
Un premier bal des finissants pour la communauté 2SLGBTQ+ de l'Estrie
NOS RECOMMANDATIONS
Québec verse 200 000 $ à 5 médias communautaires de l’Estrie

Mercredi le 21 février 2024
Québec verse 200 000 $ à 5 médias communautaires de l’Estrie
La programmation de la Place des Jeux du Québec est dévoilée!

Jeudi le 22 février 2024
La programmation de la Place des Jeux du Québec est dévoilée!
Loto-Québec recherche le détenteur d’un billet gagnant en Estrie

Jeudi le 22 février 2024
Loto-Québec recherche le détenteur d’un billet gagnant en Estrie
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 28 février 2024
Pas de crise dans le monde municipal

François Fouquet
Lundi, 26 février 2024
Le train qui passe et celui qu’on manque

Jasons Théââââââtre
Jeudi, 22 février 2024
Malaises théâtraux

inscription infolettre 600
La programmation de la Place des Jeux du Québec est dévoilée! Par Julie Meese Jeudi, 22 février 2024
La programmation de la Place des Jeux du Québec est dévoilée!
Le Club de golf des Écossais ouvert un 27 février, du jamais vu en Estrie Par Daniel Campeau Mardi, 27 février 2024
Le Club de golf des Écossais ouvert un 27 février, du jamais vu en Estrie
Les finalistes du Gala Reconnaissance Estrie 2024 sont dévoilés ! Par Julie Meese Vendredi, 23 février 2024
Les finalistes du Gala Reconnaissance Estrie 2024 sont dévoilés !
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous