Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Vivement l'histoire

Notre histoire en archives : le manège militaire de la rue William à Sherbrooke


Hugo St-Pierre, stagiaire aux Archives nationales à Sherbrooke
 Imprimer   Envoyer 
Archives nationales à Sherbrooke Par Archives nationales à Sherbrooke
archives.sherbrooke@banq.qc.ca
Jeudi le 6 avril 2023

Old Court House, Sherbrooke, P. Q., 1903. Archives nationales à Sherbrooke, collection Freeman Clowery (P14, S71, P83). Photographe non identifié. 

Au début du mois de décembre 2022, les Sherbrookois apprenaient que les deux manèges militaires de la ville, longtemps menacés à cause de leur vétusté, allaient être préservés grâce à une aide financière provenant du gouvernement fédéral. Ainsi, les générations à venir pourront continuer à en bénéficier. 

Cet article consacré au manège militaire de la rue William constitue la première partie d'une série de deux traitant des manèges militaires à Sherbrooke. Le mois prochain, il sera question du manège des Fusiliers, situé sur la rue Belvédère Sud. 

Une première vocation judiciaire 

Situé au centre-ville de Sherbrooke depuis bientôt deux siècles, le manège militaire William est un bâtiment majestueux qui a été témoin de la transformation profonde de la ville et qui garde en lui des traces de son histoire militaire, certes, mais également judiciaire. 

En 1823, Sherbrooke est choisie comme chef-lieu du district judiciaire de Saint-François afin de servir les comtés de Stanstead, de Sherbrooke, de Compton, de Wolfe et de Richmond. À l'époque, le choix est surprenant, car le développement de la localité se fait lentement comparativement à celui de Stanstead, de Richmond et de Lennoxville, par exemple. Ce sont la situation géographique du hameau, au confluent des rivières Magog et Saint-François, mais surtout la forte influence de William Felton, propriétaire foncier et colonisateur du site, qui expliquent ce choix. En effet, Felton, qui possède la majorité des terrains des deux côtés de la rivière Magog à ce moment, est le parrain du projet de loi qui établit le district judiciaire de Saint-François; s'il choisit d'établir le chef-lieu à Sherbrooke, c'est qu'il en retire des gains financiers importants. Cette décision change complètement le parcours de Sherbrooke, qui passe du statut de hameau à celui de village et qui profite dès lors de retombées économiques et démographiques inespérées. 

La même année, un premier édifice est aménagé à Sherbrooke afin d'accueillir à la fois un palais de justice et une prison. La bâtisse, située sur Flagstaff Hill (l'actuelle rue Marquette), avait servi d'école et d'église au début de la colonisation de Hyatt's Mills (renommé Sherbrooke en 1818). Cependant, étant donné les besoins grandissants d'une population toujours croissante, une autre prison est construite en 1827 sur la rue Winter, et les activités du palais de justice sont transférées dans un nouveau bâtiment, construit à partir de 1839, sur la rue William. 

 

Henry Whitmer Hopkins, City Atlas of Sherbrooke, province of Quebec from actual surveys, based upon the cadastral plans deposited in the office of the Department of Crown Lands, Provincial Surveying and Pub. Co., 1881, extrait de la planche A (BAnQ numérique). 

Bâti selon les plans de l'architecte montréalais William Footner dans le style néo-classique, avec colonnes doriques blanches et fronton, le deuxième palais de justice de Sherbrooke ressemble à un temple grec. Cet édifice majestueux de la rue William (anciennement Bank Street, comme on le voit sur la carte) est l'un des joyaux du quartier Nord, marqué par le côtoiement de différents styles d'architecture. Dans ce secteur, on remarque entre autres le style vernaculaire inspiré par la Nouvelle-Angleterre, le cottage Regency typiquement britannique, mais également des bâtiments d'inspiration victorienne néogothique, Second Empire et Queen Anne. En plus du palais de justice, ce quartier loge la prison de la rue Winter (anciennement Jail Street) et quelques maisons de juges, d'avocats et de notaires, dont la résidence du juge Georges-Étienne Rioux et de son fils, Émile Rioux, avocat et maire de Sherbrooke en 1936-1937, située au 285, rue William. 

Extrait de l'acte notarié relatif à la construction du deuxième palais de justice (1er novembre 1839). Archives nationales à Sherbrooke, fonds Cour supérieure, District judiciaire de Saint-François, greffes de notaires, François-Xavier Bureau (CN501, S6). 

À titre de chef-lieu, Sherbrooke attire une nouvelle population non agricole : magistrats, fonctionnaires de l'appareil judiciaire, avocats, huissiers. Ces derniers expriment différents besoins, encourageant l'installation d'artisans dans les domaines de la construction, de l'alimentation, du vêtement, etc. L'acte notarié relatif à la construction du palais de justice nous ouvre une fenêtre sur ces acteurs importants de la ville de Sherbrooke dans la première moitié du XIXe siècle : 

  • Henry Beckett, maître maçon et entrepreneur. Il possède une grande propriété, dont une partie constitue aujourd'hui le bois Beckett;
  • John Low, menuiser et charpentier. Il a également travaillé à la construction des premiers bâtiments de la Paton Manufacturing Company;
  • William Rankin, menuisier et charpentier;
  • Thomas Griffith, menuisier et charpentier;
  • Alba Brown, forgeron. Alba Brown et William Arms (voir ci-dessous) fondent la firme Arms and Brown. Attirés par les affaires florissantes de Sherbrooke, ils s'y établissent en 1836, puis concluent plusieurs arrangements, notamment avec la British American Land Company;
  • Edward Hale, propriétaire terrien et actionnaire de la British American Land Company. Il deviendra député provincial de Sherbrooke;
  • Samuel Brooks, homme d'affaires. Investisseur dans la propriété foncière et le prêt, Brooks est également agent et secrétaire de la British American Land Company. Il s'implique dans le développement ferroviaire des Cantons-de-l'Est ainsi que dans l'élevage et la vente de bestiaux. Il est lui aussi élu député provincial de Sherbrooke;
  • Hollis Smith, homme d'affaires. Il travaille dans l'agriculture et le commerce, puis investit dans la propriété foncière dans les Cantons-de-l'Est. Il s'implique dans la construction routière, immobilière et ferroviaire dans la même région;
  • John Moore, entrepreneur en construction ferroviaire à Sherbrooke, agent de colonisation dans le canton de Newport et élu député provincial de Sherbrooke. Il est également commandant des corps de volontaires de Sherbrooke;
  • Levi Allen Edgell, «gentleman»;
  • William Walker, forgeron;
  • William Arms, forgeron, associé d'Alba Brown (voir ci-dessus) à partir de 1836;
  • William Ayer Ela, menuisier et charpentier;
  • Lespenard Calee Ball, marchand;
  • John Drummond, menuisier et charpentier;
  • William Willard, coursier;
  • François-Xavier Bureau, notaire. 

Edward Hale, Samuel Brooks et Hollis Smith sont nommés commissaires en charge de la gestion des travaux, tandis que les autres signataires sont engagés pour l'exécution. 

Tous ces travailleurs sont les plus réputés au sein de leur profession à Sherbrooke. Par cet acte signé conjointement en 1839, ils s'engagent à réaliser le projet de construction du palais de justice, un des bâtiments les plus importants de la ville à l'époque. L'édifice perdra néanmoins ce statut en 1899 : le palais de justice déménage dans un nouveau bâtiment (l'actuel hôtel de ville de Sherbrooke, sur la rue du Palais), et l'édifice de la rue William devient vacant.   

Une deuxième vocation militaire 

Parallèlement à l'instauration d'instances judiciaires propres à Sherbrooke, l'organisation militaire de la région se développe. Afin de défendre les Cantons-de-l'Est, une milice obligatoire est créée en 1803. Celle-ci intervient pendant la guerre de 1812, lors des rébellions des Patriotes (1837-1838) et même lors de tentatives d'invasion de la part des fenians, venus des États-Unis au cours des années 1860-1870. À cela s'ajoutent des milices volontaires mises sur pied dès le milieu du XIXe siècle. 

En 1866, le Sherbrooke Battalion of Infantry est créé par la réunion de plusieurs de ces unités indépendantes. L'année suivante, le bataillon est scindé en deux à la suite de changements administratifs : le 53rd Melbourne Battalion of Infantry et le 54th Sherbrooke Battalion of Infantry voient le jour. Plus tard la même année, ce dernier est renommé 53rd Sherbrooke Battalion. Il changera de nom neuf autres fois au cours de son existence, pour finalement adopter celui des Sherbrooke Hussars en 1965. En 1910, le 54e Régiment de Sherbrooke est à son tour organisé. Jusqu'alors, ces bataillons sont basés au manège militaire de la rue Belvédère. 

Or, en 1912, l'édifice de la rue William, abandonné depuis le déménagement du palais de justice en 1899, est entièrement rénové afin de convenir à une nouvelle vocation militaire. Dès l'année suivante, les Sherbrooke Hussars (qui portent alors le nom de 53rd Sherbrooke Regiment) déménagent sur le site. Durant le XXe siècle, le manège militaire accueillera la 52e Ambulance de campagne

Édifice en état de délabrement et sauvetage 

Malgré d'autres rénovations qui seront effectuées en 2011, l'état de délabrement du manège militaire de la rue William, notamment au niveau des fondations, devient tel que l'édifice ferme ses portes en 2021. Les deux unités qui y sont basées doivent temporairement déménager dans des locaux loués sur la rue Woodward. 

Depuis cette fermeture, des rumeurs affirment que le manège militaire serait menacé de démolition. Mais le travail effectué par le groupe de pression Sauvons le manège, qui lutte pour la préservation des deux bâtiments patrimoniaux, a sans doute aidé à changer la donne : selon l'heureuse nouvelle dévoilée en décembre 2022, les deux manèges militaires de Sherbrooke seront finalement préservés. 

À suivre le mois prochain : Le manège militaire de la rue Belvédère à Sherbrooke

 

Ces archives vous intéressent? Prenez rendez-vous avec nous : 

Les Archives nationales à Sherbrooke sont situées au

225, rue Frontenac, bureau 401

819 820-3010, poste 6330

archives.sherbrooke@banq.qc.ca

 

 

 

 

Autres sources :

 

BERGER, Anick, « Les manèges militaires de Sherbrooke seront préservés », TVA Nouvelles, 2 décembre 2022 (site consulté le 26 janvier 2023).  

BESSETTE, Gérard, L'histoire judiciaire du district St-François : Sherbrooke, s. l., 1987, 354 p. 

BOILY, Pierre, Historique du district judiciaire de St-François, site Internet du Barreau du Québec (l'article n'est plus disponible en ligne). 

BOUCHARD, Marie-Christine, « Le manège militaire William condamné », La Tribune, 12 juin 2021 (site consulté le 26 janvier 2023). 

Culture et Communications Québec, « Manège Militaire Sherbrooke Hussars », Répertoire du patrimoine culturel du Québec (site consulté le 26 janvier 2023). 

KESTEMAN, Jean-Pierre, Histoire de Sherbrooke, tome 1 : De l'âge de l'eau à l'ère de la vapeur (1802-1866), Sherbrooke, Productions G.G.C., 2000, 353 p. 

KESTEMAN, Jean-Pierre, Guide historique du Vieux Sherbrooke, Sherbrooke, La société d'histoire de Sherbrooke, 2001, 271 p.  

KESTEMAN, Jean-Pierre, Histoire de Sherbrooke, tome 3 : La ville de l'électricité et du tramway (1897-1929), Sherbrooke, Productions G.G.C., 2002, 292 p. 

LITALIEN, Michel, Les Fusiliers de Sherbrooke, 1910-2010 - L'épopée d'une institution des Cantons-de-l'Est, Sherbrooke, Productions G.G.C., 2010, 819 p. 



  A LIRE AUSSI ...

Notre histoire en archives : les films de familles

Jeudi le 11 avril 2024
Notre histoire en archives : les films de familles
NOS RECOMMANDATIONS
Danielle Berthold perd son poste de présidente du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke

Lundi le 15 avril 2024
Danielle Berthold perd son poste de présidente du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke

Lundi le 15 avril 2024
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke
Zone de guerre

Mercredi le 17 avril 2024
Zone de guerre
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 22 avril 2024
Dans mes bagages, j’apporte…

Jasons Théââââââtre
Jeudi, 18 avril 2024
Le trac du printemps… des Ateliers-théâtre

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 avril 2024
Zone de guerre

Entraves à la circulation sur la 12e Avenue Nord et sur la rue King Ouest à Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 18 avril 2024
Entraves à la circulation sur la 12e Avenue Nord et sur la rue King Ouest à Sherbrooke
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke Par Daniel Campeau Lundi, 15 avril 2024
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke
Une 11e édition inoubliable pour le Festival cinéma du monde de Sherbrooke   Par Julie Meese Lundi, 15 avril 2024
Une 11e édition inoubliable pour le Festival cinéma du monde de Sherbrooke  
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous