NetRevolution_internetillimité
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
En Estrie Concours Chroniqueurs Annonces Classées
 
  CHRONIQUEURS / L'Agora

Les petits empereurs

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 12 janvier 2022      

Il est heureux que la bonne performance de la nouvelle mairesse de Sherbrooke en son début de mandat m'ait permis d'écrire une première chronique plutôt positive en 2022. Ce n'est pas le discours politique des gouvernements de la plupart des démocraties libérales liées à la résurgence de la crise pandémique qui permettra de récidiver.

La classe politique se livre à un triste spectacle de populisme, de manipulation et d'irresponsabilités quant à la déferlante Omicron. Ils travestissent les faits scientifiques à des fins d'instrumentalisation politique et s'enfoncent dans des discours populistes opposant le « Nous » aux « Eux ». Le « Nous vaccinés » contre le « Eux non vaccinés ». C'est désolant et indigne des fonctions qu'ils occupent. La responsabilité première des dirigeants politiques c'est de rassembler pas de désunir.

La science...

La science ce n'est pas une télé-réalité ni un buffet où l'on peut choisir ce qui fait notre affaire. Ce que dit la science sur la pandémie actuelle c'est que ce virus et ses différents variants s'attaquent aux voies respiratoires et peut conduire les gens qui en sont atteints à la mort dépendaient de leurs conditions de santé. Il n'existe pas de remède à ce virus, mais des petits remparts. Le meilleur d'entre eux est le vaccin à ARN messager des compagnies Pfizer et Moderna. La science a prouvé que ces vaccins offrent une bonne protection contre les formes graves de la maladie, mais ne peuvent empêcher sa transmission et sa propagation. Par ailleurs, la science nous dit que le virus peut se transformer et les variants ainsi constitués peuvent, on ne le sait pas dans l'absolu, être résistants aux vaccins existants. Heureusement, même le variant Omicron ne traverse pas les barrières de protection contre les formes graves de la maladie induite par le coronavirus actuel dans la mesure où l'on renouvelle les doses régulièrement.

Par ailleurs, la science nous dit que ce virus se transmet entre les humains par les aérosols et que pour éviter de le répandre il faut réduire les contacts sociaux. Ce qui n'est pas une chose simple pour les humains qui sont d'abord et avant tout des animaux sociaux. C'est dans ses grands traits ce que j'ai compris de ce que nous dit la science bien que je ne prétende pas à une compétence particulière en sciences de la santé et en étude de virus. C'est la compréhension d'un citoyen qui s'informe.

Le discours politique

D'entrée de jeu, convenons que pour la très grande majorité des dirigeants politiques des démocraties occidentales, les femmes et les hommes politiques en cause, ont fait de leur mieux pour protéger la population contre cette épidémie. Une tâche vraiment pas facile que la plupart d'entre nous n'auraient pas voulu accomplir. Cela dit, on peut cependant constater que la classe politique a instrumentalisé cette crise par des discours lénifiants sur leurs capacités à la juguler grâce à leurs décisions. C'est à partir de ce moment que tout se gâche, c'est quoi ces histoires que ça va bien aller et que des mesures contraignantes ne sont là que pour un moment bref de nos vies, quelle science a permis d'arriver à de telles conclusions ? Quelle science affirme que la fermeture des bars, des restaurants, des musées ou des salles de spectacles est un élément essentiel dans le combat de la pandémie ? Pourquoi les milieux de travail, les écoles ou les magasins ne sont-ils pas dans la liste des lieux de contacts sociaux permettant la transmission du virus ? Ce n'est pas la science qui dicte ces décisions, mais les valeurs défendues et prônées par notre classe politique qui s'efforce de rejoindre celles des gens qu'ils représentent. Nous sommes moins dans la science que dans la politique. Ce n'est pas un crime que des politiciens fassent de la politique, mais ce qui est moins acceptable c'est qu'ils évoquent la science pour couvrir leurs arrières.

De manière générale, de nombreuses décisions des gouvernements ont été accueillies avec résignation et résilience par les populations concernées. Néanmoins, certaines décisions sont douteuses comme le refus de rendre obligatoire le port du masque aux premières semaines de la crise, l'obstination à ne pas rendre disponibles les tests rapides antigéniques à la population pour garder le contrôle ou la volonté obstinée de garder les écoles ouvertes cet automne alors que c'était le lieu de transmission par excellence qui a préparé l'actuelle crise du système de santé québécois.

Aujourd'hui, le débat se déplace vers le passeport vaccinal, la vaccination obligatoire et la survie du système de santé. Ces problèmes se vivent dans toutes les démocraties occidentales avec plus ou moins d'acuité. C'est sans surprise au Québec que le système de santé est le plus en danger. Nous sommes bel et bien une société distincte.

« Eux et Nous »

Ce qui m'apparaît le plus déplorable et le plus délétère à ce moment-ci c'est le discours politique de division et d'exclusion que sont tentés d'adopter nos politiciens dans la crise actuelle. Le président français Macron l'a brillamment illustré en déclarant qu'il voulait emmerder les non-vaccinés. Opposer les vaccinés aux non-vaccinés est ce qu'il pourrait y avoir de plus détestable et de dommageable pour nos démocraties et notre vivre-ensemble. Certes, il est tentant de gagner des voix en se servant du ras-le-bol des populations à l'égard de la pandémie pour le retourner contre les non-vaccinés. Il faudrait décider ou la vaccination est obligatoire et le gouvernement en prend les décisions conséquentes ou la vaccination est laissée au libre-choix des individus et on cesse de les pointer du doigt comme la cause de tous nos malheurs. Personnellement, je suis d'avis que les vaccins sont l'un des outils contre la pandémie, mais ce n'est pas le seul et surtout ce n'est pas garant d'une vie exempte du virus.

La solution je ne l'ai pas. Pas plus que les gens de la classe politique que je me plais à critiquer dans ce texte. Cependant, des pistes de solutions se pointent à l'horizon : faire confiance au bon jugement de la population, favoriser l'apprivoisement de la vie avec ce virus en rendant accessible les tests rapides disponibles, tenir des débats entre parlementaires sur les actions à prendre comme le demande la cheffe de l'opposition officielle au Québec, la libérale Dominique Anglade et surtout éviter d'ostraciser les non-vaccinés. S'il est vrai que ces gens qui sont une minorité de 10 % et sont 50 % des gens hospitalisés au Québec, il n'en demeure pas moins que l'autre 50 % ce sont des vaccinés, preuve que les vaccins ne sont pas la solution à tous les maux. Nous sommes fatigués de cette pandémie. Nous cherchons à en sortir pour retrouver nos vies. Cela est bien compréhensible. Ce n'est cependant pas en nous divisant et en pointant du doigt les non-vaccinés que nous y parviendrons. C'est en prenant des décisions mesurées et éclairées, par une science trop souvent imparfaite, dans le cadre de débats démocratiques, que nous trouverons notre chemin vers la lumière. Chose certaine, la solution ne réside pas dans les diktats de chefs d'État déguisés en petits empereurs...

Fête des Vendanges
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...

Se conformer aux idées ambiantes…

Mercredi le 20 juillet 2022      
Se conformer aux idées ambiantes…
Papalis multicultarismus

Mercredi le 3 août 2022      
Papalis multicultarismus
La babélisation de l’espace public

Mercredi le 13 juillet 2022      
La babélisation de l’espace public
Jacinthe Dubé 9 mars 2022
NOS RECOMMANDATIONS
Un bilan plus que positif pour l’Estrie lors des Jeux du Québec

Mercredi le 3 août 2022      
Un bilan plus que positif pour l’Estrie lors des Jeux du Québec
2 arrestations: séquestration et voie de fait

Jeudi le 4 août 2022      
2 arrestations: séquestration et voie de fait
Retour du festival Songe d’été en musique pour une 17e année

Mardi le 2 août 2022      
Retour du festival Songe d’été en musique pour une 17e année
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
FTMS.ca
 
François Fouquet
Lundi, 8 août 2022
Le pape est parti

Archives nationales à Sherbrooke
Jeudi, 4 août 2022
Notre histoire en archives – Les gares ferroviaires de Sherbrooke

Daniel Nadeau
Mercredi, 3 août 2022
Papalis multicultarismus

FTMS
Papalis multicultarismus Par Daniel Nadeau Mercredi, 3 août 2022
Papalis multicultarismus
La fonte des bedons Par William Lafleur Mardi, 2 août 2022
La fonte des bedons
Recherchée pour vol qualifié Par Daniel Campeau Vendredi, 5 août 2022
Recherchée pour vol qualifié
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2022 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous