Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Les diseuses de bonnes aventures…

 Imprimer   Envoyer 
Photo : source: Artésine.
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 3 avril 2024

Si vous êtes comme moi des férus de l'actualité politique, vous ne manquerez pas de vous intéresser à un nouvel ouvrage tout juste publié sous la direction des universitaires Mireille Lalancette et Frédérick Bastien (le politologue pas l'historien décédé prématurément...) intitulé : Médiatisation de la politique. Logiques et pratiques aux Presses de l'Université du Québec en 2024.

Un manuel de science politique comme il s'en fait rarement puisque la notion de médiatisation politique est rarement utilisée en science politique et en langue française. Ce concept est plutôt en vogue dans les ouvrages de langue anglaise ou encore dans les recherches européennes en science de l'information et en journalisme. J'ai croisé ces préoccupations dans le cadre de mes propres recherches encore en cours sur l'opinion publique et la crise de l'accord du lac Meech. Trêve de propos oiseux universitaires, venons-en à l'intérêt de ce livre eu égard à l'actualité politique.

Si vous avez suivi l'actualité cette dernière semaine, vous ne pouvez pas avoir échappé à cette nouvelle largement commentée que selon le dernier sondage de la firme Léger, s'il y avait des élections au Québec aujourd'hui, le gouvernement de la CAQ de François Legault serait largement défait, décapité et remplacé par un gouvernement du Parti québécois dirigé par Paul St-Pierre Plamondon. Les commentateurs se sont fait une joie d'interpréter la nouvelle et d'y aller de leurs prédictions et les journalistes ont même tenté de savoir si cette nouvelle fabriquée de toutes pièces par les médias et les maisons de sondage amenait le premier ministre actuel à songer à quitter la politique. Au risque de reprendre une expression largement utilisée, cette nouvelle est une vraie fake news. Une fausse nouvelle même si celle-ci repose sur des faits vérifiables. Comment cela est-il possible ? La réponse : cela est rendu imaginable grâce aux théories de cadrage des médias. Permettez-moi de clarifier cela.

Les techniques de cadrage des médias

Derrière les grandes valeurs d'objectivité des médias, en dépit de l'indépendance des journalistes et de la présence de codes d'éthiques, il est de plus en plus répandu que les médias interviennent dans la fabrication de l'opinion publique en se servant du véhicule de la médiatisation de la politique. Ce concept fait référence à un processus structuré autour de quatre axes principaux soit : l'information des citoyens concernant la politique, le degré d'autonomie des médias par rapport au pouvoir politique, le poids des logiques médiatiques et politiques dans le contenu des médias et dans les pratiques politiques. Le livre publié sous la direction de Mireille Lalancette et Frédérick Bastien auquel j'ai fait allusion au début de cette chronique fait le point sur cette question pour le Québec et le Canada par 14 chapitres d'auteurs différents. Chaque chapitre traite de l'un des aspects de la médiatisation politique et fait suivre les propos de l'auteur par des questions et une bibliographie à l'avenant. Pour reprendre les mots de Fabienne Greffet qui rédige la préface, ce livre offre « une vision panoramique des implications de la médiatisation de la politique pour les acteurs politiques et ceux de l'écosystème informationnel, ainsi que pour les pratiques citoyennes et les répertoires d'action. Les points de vue sont toujours nuancés, mais les contributions montrent très bien à quel point les organisations, les acteurs et les stratégies politiques sont bousculés, et les rôles redéfinis dans un ordre médiatique hybride de plus en plus indexés à la présence des plateformes numériques. Les implantations locales des partis politiques et les militants tendent à disparaître, au profit de foules numériques plus difficiles à fidéliser et à mobiliser sur le terrain. Les groupes d'intérêts sont amenés à davantage publiciser leur action et à s'adresser aux citoyens via les espaces numériques, plutôt que d'interagir quasi-exclusivement avec des dirigeants politiques eux-mêmes concurrencés dans leur capacité à définir des perspectives partagées. » (Mireille Lalancette et Frédérick Bastien, Médiatisation politique. Logiques et pratiques, Québec, Presses de l'Université du Québec, 2024, p. IX)

Le triomphe de la logique médiatique dans l'espace public

En fait, pour qui sait lire avec perspicacité, ce livre nous invite à voir l'envers du décor de notre vie politique et de l'exercice de la démocratie au Québec et au Canada. Pour l'un des auteurs de ce livre, la cause est entendue : « Le degré auquel la logique médiatique, plutôt que politique, gouverne non seulement les contenus médiatiques, mais également les actions des acteurs et des institutions politiques. Les théories de cadrage suggèrent la manière dont les acteurs politiques et médiatiques présentent les différents enjeux sociaux influence l'interprétation que s'en font les citoyens. » (Lalancette et Bastien, op.cit.)

Quand on étudie les pratiques de cadrage des médias, on peut mieux comprendre comment les choses fonctionnent et comment le système actuel politico-médiatique peut venir à manipuler nos esprits. Rassurez-vous, je ne sombre pas dans les théories complotistes, je ne fais que tenter de vous révéler les choses avec lucidité et armé d'un concept qui aide à éclairer ce mystère qu'est la fabrication de l'opinion publique par les politiciens, les médias et les différents acteurs sociaux et économiques. En étudiant les pratiques de cadrage des médias, on peut se voir révéler grâce au degré de médiatisation le niveau d'intervention des journalistes dans les contenus médiatiques, mais aussi les efforts stratégiques déployés par les acteurs politiques pour adapter leurs communications à la logique médiatique dans l'espoir d'influer sur l'opinion publique.

La déchéance du gouvernement Legault dans l'opinion publique

Cela m'amène à mon sujet principal. La prédiction par les médias et les maisons de sondage de la défaite du gouvernement Legault aux prochaines élections. Cette nouvelle, fabriquée de toute pièce par les médias, notamment le réseau TVA et par les oracles sondagiers, en l'occurrence la firme Léger, partenaire de Quebecor et dont le président, Jean-Marc Léger, est membre du Conseil d'administration de TVA.

Cette nouvelle de la dernière semaine est révélatrice de la fonction d'influence des techniques de médiatisation et de la logique qui y préside. Un gouvernement impopulaire largement à cause d'un contexte économique défavorable notamment dû à l'inflation et aux décisions incohérentes dixit les atermoiements sur le troisième lien à Québec, la fabrication d'une solution de rechange, la montée du PQ et de Paul St-Pierre Plamondon et un narratif qui annonce la transformation du PLQ en succursale de son grand frère fédéral et à la stagnation de Québec solidaire. Grâce aux oracles sondagiers, les médias, mettant à contribution leur objectivité et prenant toutes les précautions d'usage pour expliquer qu'un sondage est une photo d'une réalité évanescente et non pas une vérité factuelle, créent la nouvelle avec un rien. Cela n'empêche pas que ces faits, qui n'en sont pas vraiment, deviennent la pâture de tous les commentateux de la politique sur l'ensemble des antennes. Même les concurrents de TVA participent à la danse. Ne se contentant pas de faire une nouvelle sur des fétus de paille, les journalistes iront à la rencontre des acteurs pour les questionner sur leur projet d'avenir. Ainsi, on demande à monsieur Legault si les résultats des sondages l'amèneront à réfléchir à son avenir. Nous ne sommes pas loin de chercher à savoir si des ministres importants vont penser à quitter la politique ou encore à vouloir devenir califes à la place du Calife. Que de bruits autour d'une nouvelle fabriquée de toutes pièces qui illustre parfaitement le propos des auteurs du livre de Mireille Lalancette et de Frédérick Bastien ! Soyez avertis, le commentaire politique a changé de logique. Nous ne sommes plus à l'ère du commentaire des tenants et aboutissants des acteurs, mais plutôt à l'ère de la fabrication de nouvelles sur des bases fragiles. Pas étonnant que de l'autre côté de la frontière, les fake news ont la côte.

Il faut se méfier de ces pratiques qui font de nos commentateurs des diseuses de bonne aventure...


  A LIRE AUSSI ...

Rassembler Sherbrooke

Mercredi le 27 mars 2024
Rassembler Sherbrooke
Zone de guerre

Mercredi le 17 avril 2024
Zone de guerre
Le monde de Disney…

Mercredi le 10 avril 2024
Le monde de Disney…
NOS RECOMMANDATIONS
Une entrepreneure de Magog part en VR pendant quatre mois avec ses deux enfants

Mardi le 16 avril 2024
Une entrepreneure de Magog part en VR pendant quatre mois avec ses deux enfants
Zone de guerre

Mercredi le 17 avril 2024
Zone de guerre
Quatre arrestations rue Goodhue à Sherbrooke par le groupe Accès Cannabis

Vendredi le 12 avril 2024
Quatre arrestations rue Goodhue à Sherbrooke par le groupe Accès Cannabis
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Jasons Théââââââtre
Jeudi, 18 avril 2024
Le trac du printemps… des Ateliers-théâtre

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 avril 2024
Zone de guerre

François Fouquet
Lundi, 15 avril 2024
La peur, l’agacement, l’émerveillement

inscription infolettre 600
Danielle Berthold a refusé le poste de mairesse suppléante de la Ville de Sherbrooke Par Julie Meese Lundi, 15 avril 2024
Danielle Berthold a refusé le poste de mairesse suppléante de la Ville de Sherbrooke
Zone de guerre Par Daniel Nadeau Mercredi, 17 avril 2024
Zone de guerre
Danielle Berthold perd son poste de présidente du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke Par Julie Meese Lundi, 15 avril 2024
Danielle Berthold perd son poste de présidente du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous