Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

La vieillesse est un naufrage, les vieux sont des épaves!

 Imprimer   Envoyer 
Photo : (fournie)
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 3 juillet 2024

Vieillir est un sujet d'une actualité brûlante dans des sociétés vieillissantes comme la nôtre. Ce sujet devient encore plus prégnant si l'on s'intéresse à la politique américaine.

Jeudi soir dernier, deux vieillards, Donald J. Trump, 78 ans, et Joseph R. Biden, 81 ans, se chamaillaient à qui mieux mieux sur leurs performances de golfeurs alors que l'Amérique et le monde sont au bord du gouffre. Un débat entre deux candidats qui souhaitent gouverner la première puissance militaire et économique du monde. Un débat qui passera à l'histoire comme le pire débat politique du monde contemporain. Ce fut un triste et désolant moment de télévision mettant aux prises un menteur pathologique avec un égo narcissique surdimensionné et un vieil homme bon, mais fragile comme un petit poulet. On se demandait à regarder Joe Biden où étaient celles et ceux qui l'aiment pour le laisser se faire autant de mal. La performance de Joe Biden inspirait plus de pitié que d'engouement pour les valeurs qu'il défend. Le point sur la démocratie américaine à l'heure où partout dans le monde les idéaux démocratiques des sociétés libérales s'effritent et que les extrêmes prennent tout l'espace.

La France aux mains des extrêmes

Selon toute vraisemblance (nous le saurons dimanche à l'issue du premier tour, ce texte est écrit le samedi 29 juin), le Rassemblement national de Marine Le Pen et de Jordan Bardella remportera haut la main le scrutin de 1ᵉʳ tour avec près de 38 % des suffrages. Au second rang, il est plus que probable que ce soit le Nouveau Front populaire remporte la palme alors que le parti de Macron terminera au troisième rang. Loin derrière, avec moins de 7 % des suffrages, il y aura les Républicains, divisés plus que jamais par l'appui d'Éric Ciotti au Rassemblement national. Si les sondages se révèlent exacts, le second tour du 7 juillet donnera une fois de plus lieu au barrage contre l'extrême droite de Bardella et se terminera par une Assemblée nationale toujours aussi divisée avec le même pyromane en chef aux commandes de l'État français. Tout cela pour ça, aurait-on envie d'écrire. Chose certaine, l'avenir n'est pas jojo pour notre mère patrie et nos petits cousins français...

Et au Royaume-Uni pendant ce temps...

Au Royaume-Uni, autre lien fort de l'histoire du Québec et du Canada, rien ne va plus. Le premier ministre conservateur, Rishi Sunak, a déclenché des élections qui porteront les travaillistes en tête et en prime, un sondage récent publié dans le Times prévoit que le parti anti-immigration Reform UK de Nigel Farage prendra le second rang. Cela constitue un véritable coup de tonnerre dans le paysage électoral britannique. Même si le mode de scrutin uninominal à un tour, comme chez nous, du Royaume-Uni rend difficile de prédire le nombre de sièges qu'obtiendra éventuellement l'extrême droite britannique, il n'en reste pas moins que ce phénomène de la montée de l'extrême droite au Royaume-Uni s'ajoute à la montée de l'extrême droite partout en Europe comme en a témoigné le résultat des élections européennes. Le Royaume-Uni, la France, les États-Unis, tout cela devient fort inquiétant pour le monde occidental et particulièrement pour nous, au Québec et au Canada.

L'identité québécoise

Dans son livre, Allégeances et dépendances, publié aux Éditions Nota bene en 2001, le grand historien des idées Yvan Lamonde avait concocté une formule schématique sur l'identité québécoise qui résultait d'une vie de recherches et d'études en histoire socioculturelle et intellectuelle du Québec.

La formule schématique est présentée sous forme d'une équation de la structure identitaire de la société québécoise se présente ainsi :

Q = - (F) + (GB) + USA2 - (R) + (C).

L'identité québécoise (Q) est un composé dans lequel on retrouve moins de traditions françaises qu'on se plaît à s'en convaincre (- F), un plus grand héritage britannique qu'on est prêt à le reconnaître (+ GB), beaucoup plus d'éléments états-uniens qu'on veut l'admettre + USA2, moins d'influence du catholicisme romain (- R) que le clergé a cherché à nous le faire croire, et plus d'aspects en commun avec le reste du Canada (+ C) qu'il n'y semble à première vue !

Bref, nous ne pouvons être insensibles à ce qui se passe en France, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Canada et même dans l'Église catholique. Ce sont là des pans identitaires importants de notre identité québécoise. C'est pourquoi tôt ou tard, ces phénomènes observés aux États-Unis, en France, au Royaume-Uni et en Europe auront des répercussions chez nous.

Au Canada, ça va aussi de mal en pis

La défaite des libéraux de Justin Trudeau dans le fief libéral de Toronto - Saint-Paul's est un indicateur supplémentaire que le leadership de Justin Trudeau est en crise et que le Canada est fin prêt pour vivre son moment Poilievre. Un tel moment qui s'inscrit dans une mouvance beaucoup plus grande que la simple dynamique canadienne.

D'ailleurs, si le Rassemblement national réussit à s'emparer du pouvoir ou à peser fortement sur la direction des politiques françaises le premier contrecoup ressenti chez nous sera la politique relative aux changements climatiques qui comprend notamment les politiques de réduction des émissions de carbone qui sont conformes aux politiques canadiennes, mais que l'on veut revoir en Europe. La politique du respect des droits de l'homme passera aussi à la moulinette du populisme ambiant. Plus concrètement, pour les plus pragmatiques d'entre vous, ce nouveau contexte politique en Europe et aux États-Unis pourrait mettre à rude épreuve l'accord de libre-échange entre le Canada et l'UE ainsi que le traité de libre-échange avec les États-Unis alors que Donald Trump veut imposer des frais de douanes de 10 % à tous les produits importés malgré les traités existants. En Europe, selon les propos des officiels canadiens, on craint que la montée du protectionnisme rende impossible la mise en vigueur de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne.

Justin Trudeau peut bien s'égosiller à répéter que la montée des forces populistes partout en Occident est le résultat d'une droite populiste qui n'offre pas de solutions et qui mobilise la peur, la colère et les frustrations, plus personne ne l'écoute. La colère et le désir d'achever toutes les élites sont des mouvements puissants qui risquent d'emporter avec eux les fondements de la démocratie que nous devrions tous chérir comme la prunelle de nos yeux. Ce ne sera pas le cas, je vous le prédis. Nous vivrons comme le reste du monde notre moment « tout à droite ». Nous serons aussi comme Joe Biden des naufragés sur les radeaux de nos illusions perdues d'un monde disparu.

Les vieux des épaves ?

Charles de Gaulle, l'ancien grand président de la France qui avait crié vive le Québec libre du balcon de l'hôtel de ville de Montréal en juillet 1967 est le même qui a écrit dans une critique à l'égard du maréchal Pétain, en empruntant la formule à François-René de Chateaubriand, la vieillesse est un naufrage. Cette phrase s'inscrivait dans la critique de De Gaulle du régime de Vichy : « La vieillesse est un naufrage. Pour que rien ne nous fût épargné, la vieillesse du maréchal Pétain allait s'identifier avec le naufrage de la France. » On retrouve cette citation dans le premier tome (l'appel 1940-1942) de l'ouvrage en trois tomes Mémoires de guerre du Général Charles de Gaulle publié en 1954.

Cela vaut aussi à mon sens pour l'actuel président des États-Unis, Joseph R. Biden, pour lequel il faut citer François-René de Chateaubriand, au texte : « La vieillesse est un naufrage, les vieux sont des épaves. »...


  A LIRE AUSSI ...

Un monde fou fou fou…

Mercredi le 10 juillet 2024
Un monde fou fou fou…
Une ville sans gouvernail…

Mercredi le 17 juillet 2024
Une ville sans gouvernail…
Les scorpions en bouteille

Mercredi le 26 juin 2024
Les scorpions en bouteille
NOS RECOMMANDATIONS
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke

Mercredi le 17 juillet 2024
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke
Collision entre un motocycliste et un véhicule rue King Est à Sherbrooke

Lundi le 15 juillet 2024
Collision entre un motocycliste et un véhicule rue King Est à Sherbrooke
Chocolat Lamontagne : La relève familiale assume la direction

Mercredi le 17 juillet 2024
Chocolat Lamontagne : La relève familiale assume la direction
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 17 juillet 2024
Une ville sans gouvernail…

François Fouquet
Lundi, 15 juillet 2024
Nourrir la bête

Une ville sans gouvernail… Par Daniel Nadeau Mercredi, 17 juillet 2024
Une ville sans gouvernail…
Collision entre un motocycliste et un véhicule rue King Est à Sherbrooke Par François Lafleur Lundi, 15 juillet 2024
Collision entre un motocycliste et un véhicule rue King Est à Sherbrooke
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke Par François Lafleur Mercredi, 17 juillet 2024
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous