Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Joe, la voix des femmes américaines

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 13 mars 2024

St-Basile-le-Grand au Québec, une nouvelle femme assassinée en février dernier, elle avait 51 ans et elle est morte des mains de son homme. Il y a de quoi se désespérer du genre masculin. Mais derrière ces drames, il y a parfois des lueurs d'espoir. Le président français, Emmanuel Macron, vient de constitutionnaliser dans le droit français le principe de la libre disposition du corps des femmes en consacrant le droit à l'avortement. Jeudi soir dernier, le président américain, Joe Biden, a promis de rétablir le droit à l'avortement pour les femmes américaines après sa possible réélection.

Vendredi dernier, le 8 mars, on avait ces raisons de célébrer même si l'égalité des femmes et des hommes est encore un combat quotidien pour de nombreuses sociétés. Il y a de multiples cas d'espèce dans le monde où l'on peut voir les droits des femmes reculés et des exemples aussi où on peut mesurer les gains. Reste qu'il est difficile pour un homme de voir et d'entendre toutes ces bêtises sur les femmes. Dans sa réponse au discours de Joe Biden sur l'État de l'union, j'étais sidéré d'entendre la sénatrice républicaine d'Alabama, Katie Britt, célébrer les valeurs familiales et ne prôner rien de moins que le retour des femmes à leur rôle traditionnel. Dans cette guerre sans merci entre démocrates et républicains, la voix des femmes fera une différence. Réfléchissons ensemble si vous le voulez bien à ce qui se passe chez notre voisin du Sud en cette période électorale américaine.

Le triomphe du voyou

C'est sans surprise, mais avec un peu de tristesse que nous assistons au grand retour du candidat Donald Trump pour représenter le parti républicain. L'un de mes amis prétend que les Américains ne craignent pas Trump, seuls les autres pays du monde craignent le retour de ce voyou aux affaires américaines. Cela se comprend aisément. Trump cultive avec brio la haine des élites de Washington et a le mensonge comme principale arme rhétorique. Dans une société aussi polarisée que la société américaine, il fait mouche. Imaginez, il continue de prétendre en 2024 que l'élection de 2020 lui a été volée et qu'il était le gagnant de cette élection. Il a mis en œuvre une insurrection pour empêcher le transfert de pouvoir pacifique à la présidence américaine et les gens continuent de l'appuyer. Joe Biden a bien raison d'affirmer que l'on ne peut pas aimer son pays et ses institutions qu'au moment où l'on gagne. Donald Trump est le candidat incontesté de la mouvance républicaine qui a été kidnappée par les trumpistes. Il entretient un discours vengeur envers ses adversaires et n'hésite pas à fouler aux pieds toutes les grandes valeurs américaines. Cela indique comment la démocratie est profondément malade et surtout comment les États-Unis d'Amérique ne méritent plus son titre de la plus grande démocratie au monde. Heureusement, dans ce magma d'irréalité, de mensonges et de polarisation, il y a des voix qui s'élèvent comme celle du vieux Joe Biden qui rappelle pourquoi les États-Unis ont un jour fait la fierté du monde libre.

La voix éclairante de Joe

Dans son discours sur l'État de la nation de jeudi dernier, Joe Biden est apparu comme un rempart contre la déraison trumpienne. Après avoir été victime d'une campagne de désinformation massive le présentant comme un vieillard sénile et affaibli, Joe Biden a fait la démonstration, l'image vaut mille mots, qu'il était en parfaite maîtrise de ses moyens et qu'il était capable d'en venir aux coups avec ses adversaires. Jeudi soir dernier, Joe Biden a livré un grand discours que tous les amants de la démocratie ont pu apprécier. Il a rappelé notamment que la démocratie était fragile et que les attaques contre elle avaient de multiples visages. Autant l'exemple du comportement de Vladimir Poutine qui décide d'envahir son voisin au mépris de toutes les règles internationales que celui des tentatives ratées de Donald J Trump de se maintenir en poste malgré les résultats de l'élection. La menace à la démocratie se fait sentir tant à l'étranger qu'en terre américaine. Joe Biden s'est dit prêt à livrer le combat à ces gens et à continuer de défendre haut et fort les valeurs libérales démocratiques partagées par bien des pays au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Joe Biden a aussi fait une large place au combat nécessaire contre celles et ceux qui s'attaquent au droit à l'avortement. Il n'a pas hésité à clamer de sa tribune tout le mal qu'il pensait du renversement par la Cour Suprême des États-Unis de l'arrêt Roe contre Wade. Les caméras présentes nous ont permis de voir le visage des juges présents de la Cour Suprême stoïques devant cette prise de position sans équivoque de Joe Biden sur le droit à l'avortement.

Joe Biden a aussi fait une large place dans son discours à l'importance d'une fiscalité juste qui fera payer aux plus riches leur juste part au trésor américain tout en préservant le pouvoir d'achat aux classes moyennes. Il s'en est aussi pris à ces faramineux profits des compagnies pharmaceutiques en plaidant pour des prix de médicaments plus équitables pour la population notamment en pointant le prix de l'insuline pour les diabétiques qu'il veut fixer à 35 $ par mois au maximum.

De manière générale, le discours sur l'État de l'Union de Joe Biden a bien sûr emprunté les voies partisanes, mais sa voix était porteuse de projets d'avenir et discutait des enjeux actuels des États-Unis et du monde en général. Joe Biden a plus que jamais incarné l'espoir et l'avenir de l'Amérique.

Le jeune vieux Joe

Dans la polarisation actuelle de la société américaine, le discours d'espoir livré jeudi soir dernier par Joe Biden risque de ne pas franchir les frontières des chambres d'échos des partisans républicains. Pourtant, ils auraient intérêt à écouter un tel discours avec l'esprit ouvert.

C'est quand Joe Biden a ouvert son jeu sur l'éléphant dans la pièce, son âge, qu'il a été le plus émouvant et le plus convaincant. Il a rappelé que lorsqu'il a été élu sénateur on le trouvait trop jeune. Pourtant, son bilan a été largement apprécié même par ses adversaires politiques. Aujourd'hui, alors qu'il s'apprête à demander un second mandat comme président, on veut insister sur son âge et sur ses capacités mentales pour le disqualifier. Malgré cela, jeudi soir dernier, Joe Biden n'avait pas l'air d'un homme sénile ni d'un vieux, incapable de s'exprimer. Il a affirmé que ce n'est pas notre âge qui fait de nous quelqu'un de vieux ou de jeune, mais les idées qu'il défend. Les idées vieilles sont plutôt défendues par Trump qui ne pensent qu'à ses intérêts personnels et à ses blessures d'égo. Pendant que Donald Trump rêve à sa vengeance, Joe Biden pense à l'Amérique et au monde de même qu'aux défis actuels qui se posent à l'avenir. L'un de ses grands combats c'est celui de la libre disposition des corps des femmes. C'est un excellent choix pour un démocrate et pour un humaniste. C'est aussi un excellent choix pour un candidat à la présidence dans un pays polarisé. En choisissant d'être la voix des femmes américaines, Joe Biden prend une sérieuse option sur la victoire en novembre prochain. Joe Biden, la voix des femmes américaines...


  A LIRE AUSSI ...

Les vieilles rengaines néo-libérales

Mercredi le 20 mars 2024
Les vieilles rengaines néo-libérales
Rassembler Sherbrooke

Mercredi le 27 mars 2024
Rassembler Sherbrooke
Les diseuses de bonnes aventures…

Mercredi le 3 avril 2024
Les diseuses de bonnes aventures…
NOS RECOMMANDATIONS
Il vole l'argent de la caisse d'un dépanneur Couche-Tard sur la rue King Est à Sherbrooke

Mercredi le 10 avril 2024
Il vole l'argent de la caisse d'un dépanneur Couche-Tard sur la rue King Est à Sherbrooke
Danielle Berthold a refusé le poste de mairesse suppléante de la Ville de Sherbrooke

Lundi le 15 avril 2024
Danielle Berthold a refusé le poste de mairesse suppléante de la Ville de Sherbrooke
Quatre arrestations rue Goodhue à Sherbrooke par le groupe Accès Cannabis

Vendredi le 12 avril 2024
Quatre arrestations rue Goodhue à Sherbrooke par le groupe Accès Cannabis
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 17 avril 2024
Zone de guerre

François Fouquet
Lundi, 15 avril 2024
La peur, l’agacement, l’émerveillement

Archives nationales à Sherbrooke
Jeudi, 11 avril 2024
Notre histoire en archives : les films de familles

inscription infolettre 600
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke Par Daniel Campeau Lundi, 15 avril 2024
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke
La nouvelle place publique au centre-ville de Sherbrooke portera le nom de place Kassiwi Par Julie Meese Mercredi, 10 avril 2024
La nouvelle place publique au centre-ville de Sherbrooke portera le nom de place Kassiwi
Une forêt unique à Orford pour célébrer la vie Par Julie Meese Mardi, 9 avril 2024
Une forêt unique à Orford pour célébrer la vie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous