Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Jean-Talon, présages d’une crise politique annoncée

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 11 octobre 2023

Les résultats de l'élection complémentaire dans le comté de Jean-Talon à Québec auront un impact majeur sur la suite des choses dans le monde politique québécois. Si la victoire du Parti québécois de Paul St-Pierre-Plamondon pouvait être prévisible, il n'allait pas de soi que cette dernière soit si marquante. Avec le double des voix sur la candidate de la Coalition avenir Québec, Marie-Anik Shoiry, le nouveau député péquiste de Jean-Talon, Pascal Paradis a non seulement rejoué dans le film David contre Goliath, mais dans cette version de Jean-Talon, David a non seulement battu Goliath, il l'a pulvérisé. Les autres formations politiques en présence, le PLQ, Québec solidaire et le Parti conservateur ont tous perdu des plumes et cela augure d'un possible déplacement des plaques tectoniques politiques au Québec. Il reste néanmoins que le vote des électeurs et des électrices de Jean-Talon est d'abord et avant tout une motion de blâme envers le gouvernement Legault. Que monsieur Legault en profite pour ressusciter de ses cendres le projet de troisième lien est tout simplement du surréalisme politique. Réfléchissions à cela ensemble.

Les causes de la défaite caquiste

Bien malin qui pouvait prétendre connaître les causes de la débandade caquiste dans Jean-Talon. Ce n'est certes pas un désaveu des politiques économiques du gouvernement Legault. Les gens n'ont pas probablement voté contre les baisses d'impôt ni contre l'annonce de projets majeurs comme ceux de la reconversion de l'économie du Québec dans une transition verte. De manière générale, la population québécoise est plutôt satisfaite de leur gouvernement même si elle vient de faire connaître un moment d'humeur par ses ambassadeurs de Jean-Talon. Ce mouvement d'humeur est lié à une conjoncture économique particulièrement difficile. Hausses du coût de la vie, hausses des taux d'intérêt, rupture de services en santé et en éducation. Un système de justice qui craque de partout et bien sûr les effets délétères d'une crise climatique qui multiplie les catastrophes naturelles et vient affecter durement les conditions de vie. À tout cela, s'ajoute un sentiment de trahison lié à la parole reniée concernant le troisième lien. Il faudrait être de mauvaise foi pour attribuer la responsabilité de ces problèmes uniquement au gouvernement Legault. Il faut être jovialiste pour croire qu'un gouvernement, quel qu'il puisse être, pourrait proposer des solutions à court terme pour vaincre l'inflation, le coût du logement ou la hausse du prix du pétrole. Nous vivons dans un monde qui est parti en jachère. La crise de confiance qui s'est manifestée dans Jean-Talon est vécue avec beaucoup plus d'acuité dans toutes les démocraties occidentales y compris les États-Unis d'Amérique. Les causes de tout cela sont profondes. Cherchons à y voir clair.


L'Occident en crise...

Ce dont il est question c'est la crise des économies capitalistes et des démocraties libérales. Le Québec n'est pas une île et ne fait pas exception. Le gouvernement Legault peut en mesurer l'ampleur dans la foulée des résultats de la dernière élection complémentaire dans Jean-Talon. La crise des économies de marché et des démocraties est un sujet vaste et complexe.

Plusieurs facteurs ont été avancés pour expliquer cette crise, bien que les opinions varient selon les experts, les régions et les contextes. Cherchons à comprendre ensemble, si vous me le permettez, en pointant une liste non exhaustive de certains facteurs couramment évoqués dans la littérature scientifique.

D'abord, il y a la question des inégalités croissantes, bien que moins prononcées au Québec et au Canada qu'ailleurs en Occident. Dans de nombreuses démocraties, la croissance économique n'a pas profité également à tous. Les inégalités de revenus et de richesse se sont accrues, entraînant une frustration croissante parmi ceux qui se sentent laissés pour compte. Il faut constater que la globalisation des économies et la mondialisation ont contribué à redistribuer la richesse et le pouvoir à l'échelle mondiale. Cela a entraîné la perte d'emplois dans certains secteurs, en particulier dans les industries manufacturières des pays développés. Le cas de la Rust Belt (des états industrialisés au 19e siècle) aux États-Unis est éloquent à cet égard.

Cela n'a pas été sans conséquences pour les démocraties. La montée des populismes et des leaders autoritaires dans certaines régions a mis en péril les principes démocratiques, comme la liberté de la presse et l'indépendance de la justice. Nous en avons des exemples évidents en Pologne, en Turquie et en Russie. On peut aussi percevoir ces tendances mêmes aux États-Unis. Le passage de Donald Trump à la présidence n'a pas été de tout repos pour la liberté de presse. Parlant de Trump, il n'est pas étranger à l'apparition massive dans nos démocraties à l'ère de l'information numérique des fausses nouvelles. L'explosion de ces dernières a permis à la désinformation de prendre une large place, rendant plus difficile pour les citoyens de discerner la vérité et de prendre des décisions éclairées.

Cette implosion de l'information et des faits d'actualité dans la foulée de la croissance des médias sociaux a renforcé les bulles informationnelles où les individus ne sont exposés qu'à des informations qui renforcent leurs croyances préexistantes. Nous sommes loin aujourd'hui de la promesse initiale des réseaux sociaux de donner accès à une variété infinie d'informations et de points de vue ayant pour objectif d'augmenter notre capacité de vivre ensemble par une discussion rationnelle dans un espace public habermassien.

Les crises économique et environnementale et la perte de confiance dans nos institutions

Les chocs économiques, comme la crise financière mondiale de 2008, ont érodé la confiance dans les institutions économiques et politiques. L'automatisation et l'intelligence artificielle menacent de remplacer de nombreux emplois, créant de l'insécurité économique pour de nombreux travailleurs. Il y a aussi toute la question de l'intelligence artificielle qui viendra amplifier la perte de confiance dans nos institutions et nos élites. La crise climatique et d'autres défis environnementaux ont exacerbé les tensions, car les ressources deviennent plus rares et la compétition pour celles-ci s'intensifie. La confiance envers les institutions traditionnelles, qu'il s'agisse de gouvernements, de médias ou des entreprises, est en déclin. Les démocraties peuvent être mises sous pression par des acteurs étatiques externes qui cherchent à saper leur cohésion ou leur efficacité.

Les démocraties en crise

Il est important de noter que la relation entre l'économie de marché et la démocratie est complexe et multidimensionnelle. Tandis que certaines démocraties peuvent connaître des tensions ou des défis, d'autres peuvent prospérer ou s'adapter. De plus, il est possible que certaines des causes mentionnées ci-dessus ne soient que des symptômes d'une crise plus profonde ou de transformations en cours dans la nature même de la démocratie et de l'économie mondiale.

Plutôt que de voir dans les événements politiques récents du Québec, un déplacement des plaques tectoniques politiques québécoises, j'y vois plutôt le syndrome d'une crise profonde de la démocratie. À notre échelle, le gouvernement de la CAQ était parvenu à maintenir un lien de confiance avec la population, ce qui venait en contradiction avec ce qui se passe partout ailleurs dans les démocraties occidentales. Il faut mettre sur le compte de notre atavisme national cette confiance conservée envers nos élites et nos institutions. La parole brisée du gouvernement de la Coalition avenir Québec sur l'insignifiant projet de troisième lien a rompu l'armure sans égratignure de François Legault. Qui plus est, la crise du logement, la crise climatique et la crise du coût de la vie agissent de concert et sont un véritable détonateur qui a réveillé chez nous les pulsions destructrices envers l'économie de marché et la démocratie. Le peuple en colère et désabusé a décidé dans Jean-Talon de faire entendre sa voix. La victoire du PQ n'en déplaise aux souverainistes et aux nationalistes n'est pas le présage du pays à venir. C'est plutôt le présage d'une crise politique annoncée...



  A LIRE AUSSI ...

Trump : criminel en chef

Mercredi le 12 juin 2024
Trump : criminel en chef
La vie nous fait son cinéma…

Mercredi le 29 mai 2024
La vie nous fait son cinéma…
Les lunettes roses

Mercredi le 5 juin 2024
Les lunettes roses
NOS RECOMMANDATIONS
250 logements sociaux et abordables pour Sherbrooke

Jeudi le 13 juin 2024
250 logements sociaux et abordables pour Sherbrooke
Gala Reconnaissance Estrie :  Lise Déziel est nommée la Grande Estrienne 2024

Lundi le 17 juin 2024
Gala Reconnaissance Estrie : Lise Déziel est nommée la Grande Estrienne 2024
Le prix Excellence culture Estrie 2024 revient au réalisateur et scénariste Anh Minh Truong

Vendredi le 14 juin 2024
Le prix Excellence culture Estrie 2024 revient au réalisateur et scénariste Anh Minh Truong
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 19 juin 2024
Le siècle de tous les périls!

François Fouquet
Lundi, 17 juin 2024
La fête des pairs?

inscription infolettre 600
250 logements sociaux et abordables pour Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 13 juin 2024
250 logements sociaux et abordables pour Sherbrooke
Le pont Joffre à Sherbrooke sera fermé du 25 juin au 23 août Par Julie Meese Mercredi, 19 juin 2024
Le pont Joffre à Sherbrooke sera fermé du 25 juin au 23 août
Quoi faire ce weekend en Estrie ? Par Catherine Blanchette Jeudi, 13 juin 2024
Quoi faire ce weekend en Estrie ?
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous