Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

Zone de guerre

 Imprimer   Envoyer 
Photo : (Fournie).
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 17 avril 2024

Il n'y a pas à dire, rien ne va plus au Conseil municipal de la Ville de Sherbrooke. Les démissions s'accumulent tant parmi les conseillers qu'au sein du cabinet de la mairie.

À en croire la mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin, ce contexte inédit dans l'histoire de la ville de Sherbrooke est attribuable à un climat d'hostilité politique. Nous voulons bien croire madame Beaudin, mais cela semble un peu court comme analyse. Tentons d'y voir plus clair.

Le climat de changement

Il faut commencer l'histoire au début. Évelyne Beaudin a réussi le tour de force de se faire élire mairesse de Sherbrooke en 2021 avec sept candidates et candidats de Sherbrooke citoyen, presque un conseil majoritaire. Une élection remportée dans l'enthousiasme par une jeune équipe de femmes et d'hommes aux parcours professionnels variés et avec une diversité qui pouvait nous rendre fiers de la démocratie sherbrookoise. Que s'est-il passé depuis ? La magie s'est estompée aussi rapidement qu'elle s'était imposée à nous. Il y avait un vent de changement qui faisait du bien après la parenthèse du maire Lussier à l'hôtel de ville.

J'ai raison, vous avez tort...

Au banc des accusés, il m'apparaît qu'il faut d'abord convoquer l'attitude du nouveau leadership sherbrookois. Nous avions l'impression que la ville de Sherbrooke tel un Phoenix renaissait de ses cendres.

Tout avait été trop selon la nouvelle mairesse. Trop de générosité envers les industriels et les investissements déficitaires dans le parc industriel, trop de laxisme envers les promoteurs immobiliers qu'il fallait désormais mettre au pas. Trop d'automobiles et pas assez de vélos et de marcheurs. Trop de stationnements au centre-ville et pas assez d'espaces verts. Trop d'organismes paramunicipaux de développement et pas assez de contrôle de la Ville. Nous vivions un trop que le nouveau leadership municipal incarné par cette jeune mairesse était pour juguler grâce à son plan et à ses engagements.

Mesdames, messieurs, vous aviez erré toutes ces années, il était désormais venu le temps du redressement. Sous le mot d'ordre, j'ai raison et vous avez tort, madame Beaudin a cherché à infléchir le cours des événements selon sa vision des choses. On doit admettre aujourd'hui que cela n'est pas couronné de succès.

Additionner plutôt que soustraire

J'ai appris de Robert Bourassa, un ex-premier ministre du Québec, qu'en politique l'art ultime, l'arme secrète d'un politicien ou d'une politicienne c'était d'additionner des appuis au cours des années. Une fois élu, tout politicien digne de ce nom doit chercher à agrandir sa tente afin d'y accueillir de nouveaux appuis. C'est garant de son succès.

Madame Beaudin a eu à cet égard un début qui semblait prometteur. Elle a, au moment de la formation des comités et de son comité exécutif, réussi à y inclure des collègues indépendants expérimentés tels Annie Godbout, Danielle Berthold et Marc Denault. Trois élus d'expérience qui avait accepté de faire route avec Évelyne Beaudin. Ce n'était pas rien et ici il faut reconnaître les habiletés stratégiques de son directeur de cabinet d'alors, Claude Dostie. Malheureusement, tout cela s'est évanoui au fil du temps. Annie Godbout a été congédiée du comité exécutif, puis Claude Dostie, dans des circonstances encore méconnues, a été remercié de ses services. Marc Denault, un gentilhomme de la politique, a quitté son poste à la STS pour son refus de participer à des mensonges et finalement Danielle Berthold a quitté cette dernière semaine sous les menaces de conséquences à ses choix quant au vote sur la taxe piscine. J'allais oublier aussi le départ de deux membres importants de son cabinet à la mairie, Steve Roy et Philippe Page. Et il y a aussi la secrétaire à la participation citoyenne, madame Nénée Oularé. Ça fait beaucoup de monde, ne trouvez-vous pas ?

La faute à l'hostilité politique

Devant tous ces faits s'ajoute des décisions douteuses comme la taxe sur les piscines, le plan nature gonflé à l'hélium, le congédiement sans explications claires de la secrétaire à la participation citoyenne, la mairesse nous dit sans rire que tout cela est à cause de l'hostilité politique des indépendants. Même ses proches collaborateurs deviennent hostiles politiquement. Wow !

Madame Beaudin qui traîne depuis sa venue au conseil municipal en 2017, la réputation d'être une personne difficile pour travailler en équipe semble en faire la preuve depuis son élection à la mairie.

Il me semble que la mairesse Beaudin a un sérieux travail d'introspection à faire. Ça suffit de jouer les Calimero.

Ce n'est pas vrai que nous vivons à Sherbrooke un climat de crise. Le conseil municipal est en crise, mais pas ses citoyennes et ses citoyens. D'ailleurs, ces derniers ne peuvent regarder ces événements qu'avec un œil dubitatif. Madame Beaudin ne s'est pas illustrée par des politiques si exceptionnelles pour que son bilan médiocre en relations humaines ne soit pas un jour retenu contre elle. Il reste encore du temps pour chercher à tuer ces perceptions qui tentent de s'enraciner, mais les mois qui viennent seront cruciaux pour l'avenir de madame Beaudin non seulement en politique municipale, mais en politique tout court. Ce n'est pas une voie à suivre que gouverner une ville aussi paisible que Sherbrooke comme si nous étions en zone de guerre...


  A LIRE AUSSI ...

Un constat d’échec

Mercredi le 15 mai 2024
Un constat d’échec
Se raconter des histoires…

Mercredi le 1 mai 2024
Se raconter des histoires…
L’infantilisme de la gauche québécoise

Mercredi le 8 mai 2024
L’infantilisme de la gauche québécoise
NOS RECOMMANDATIONS
Arrestations pour vol de véhicule à Sherbrooke

Vendredi le 24 mai 2024
Arrestations pour vol de véhicule à Sherbrooke
Une taxe de 34 $ sur l’immatriculation à Sherbrooke

Mercredi le 22 mai 2024
Une taxe de 34 $ sur l’immatriculation à Sherbrooke
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans

Mardi le 21 mai 2024
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 27 mai 2024
L’inspiration

Daniel Nadeau
Mercredi, 22 mai 2024
L’histoire en débats

inscription infolettre 600
Fermeture de la rue Galt Est et du pont Joffre à Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 23 mai 2024
Fermeture de la rue Galt Est et du pont Joffre à Sherbrooke
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans Par Julie Meese Mardi, 21 mai 2024
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
Une taxe de 34 $ sur l’immatriculation à Sherbrooke Par Julie Meese Mercredi, 22 mai 2024
Une taxe de 34 $ sur l’immatriculation à Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous