Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  TECHNO / Info-techno

Espace.mu: j’adore !

 Imprimer   Envoyer 
Nelson Dumais Par Nelson Dumais
Mardi le 14 juin 2011

Radio Canada vient de me faire plaisir. Avec sa nouvelle bibliothèque musicale espace.mu, une très bonne idée incarnée hier, la société d'état vient de simplifier le volet multimédia de ma vie. Et je pèse mes mots. Tellement que je comprends que l'on puisse devenir accroc d'un tel service. La presse spécialisée a dit qu'il s'agissait d'une sorte d'équivalent musical à tou.tv, l'entrepôt télévisuel ouvert au public. On parle en effet d'un « choix de 60 webradios comprenant plus de 80 000 pièces diffusées en continu et réparties en 7 genres musicaux ».

Mais dans mon cas, c'est plus. Je suis grand consommateur de musique. Quand je termine une phase classique, il m'arrive de me retrouver en période rock, d'aboutir au jazz, de consacrer quelques semaines à la musique québécoise, de sombrer corps et biens dans le blues, de faire se ressusciter ma passion Brel, de tout vouloir de Boris Vian, mais de me retrouver dans l'univers de Colin James et ainsi de suite. À chaque étape, je découvre de nouveaux enregistrements, de nouveaux artistes, de nouveaux styles, de nouveaux vieux souvenirs. À chaque fois, je me ramasse sur le iTunes Store où je laisse des sous à ce bon monsieur Jobs. Avant, je me rendais chez Sam sur la Catherine où je pouvais traîner des heures avant d'acheter un CD.

Avec son interface somme toute assez simple, espace.mu me donne désormais l'équivalent. Il me permet en effet de plonger dans tous mes genres de prédilection et de fouiner calmement dans ce qui aurait pu m'échapper, une masse imposante qui en dit long sur mon ignorance. Sauf exception, les pièces sont jouées en intégralité, à la queue leu leu, comme une programmation maison gérée par WMP, VLC, iTunes et autres Winamp. Si je veux vraiment les obtenir, i.e. les avoir physiquement dans mon gestionnaire musical, je peux aller les acheter où je veux. Mais si je ne les trouve pas, je peux « temporairement » (c'-à-d. avant de pouvoir les trouver et les acheter) ... les copier (voir le 2e paragraphes ci-après).

 

Celles qui ne sont pas intégrales, par exemple les nouveautés, n'ont qu'une durée de 30 secondes à la manière du magasin iTunes d'Apple et certaines disposent même d'un bouton permettant leur achat dans ladite cyberboutique (illustration ci-haut). Dans sa « Foire aux questions », la SRC est claire et précise. « Pour des questions de droits, les pièces ne sont pas téléchargeables, mais un bon nombre d'entre elles peuvent être achetées sur iTunes. »

Pas téléchargeables ? Hum ! Rien n'est plus facile que de contrer cette affirmation. Il suffit d'avoir un utilitaire tout à fait légal comme le plugiciel DownloadHelper d'installé dans Firefox pour pouvoir tout ramasser ce que l'on souhaite. Il en résulte des pièces MP4 comprimées que l'on peut par la suite placer dans son gestionnaire musical comme le démontre l'image suivante. Vous y voyez trois pièces (deux Gerry et un Pag) que j'ai illégalement copiées sans m'en faire un cas de conscience les ayant déjà sur CD.

 

« Grâce à espace.mu, a expliqué Sylvain Lafrance, vice-président principal de Radio-Canada, notre musique pourra être entendue partout dans le monde ». C'est là un point important. On ne parle pas que d'un truc franco-canadien, mais d'un service international (sans restriction) rayonnant sur la Francophonie avec tout ce que cela signifie pour ceux qui aiment déguster leur musique dans la langue de Léveillé. Et surtout, a ajouté le haut fonctionnaire, avec espace.mu, la SRC entend « répondre aux nouveaux comportements » et ainsi « conquérir un jeune auditoire ». Chic, je me sens tout rajeuni !

Il y a quelques années, l'extension .mu ne référait qu'au domaine national de premier niveau de l'Île Maurice (Mauritius), un paradis de l'Océan Indien où il fait toujours beau. Idem pour .tv l'extension propre au Tuvalu (Ellice Island), un petit archipel polynésien (1) que des « étrangers » ont investi pour mieux brandir leur raison d'être. Dans le cas de .mu, des groupes de musiciens ont commencé à se l'approprier, sans oublier certains musées. En fait, n'importe qui peut s'offrir un nom de domaine ainsi immatriculé; la disponibilité est très grande et les coûts pas plus élevés que celui d'un .com. Par exemple, www.dumais.mu et son complément nelson@dumais.mu me coûteraient environ 70 euros par année (et sûrement moins cher en passant pas mon fournisseur habituel).


 

(1) Puisque le point le plus élevé du Tuvalu n'est qu'à 4,5 mètres du niveau de la mer et puisque, semble-t-il, les eaux du Pacifique monteront de quelque 30 centimètres, bon an mal an, au cours des cent prochaines années en raison du réchauffement de la planète, ce regroupement de neuf îles et atolls est réputé être un territoire hautement menacé.

-

Nelson Dumais - www.nelsondumais.com


  A LIRE AUSSI ...

L’Estrie met ses culottes : donner ses vêtements pour aider sa communauté

Mercredi le 1 mai 2024
L’Estrie met ses culottes : donner ses vêtements pour aider sa communauté
La saison du vélo commence en Estrie

Mercredi le 1 mai 2024
La saison du vélo commence en Estrie
Le pont de la rivière Moe à Compton sera réhabilité

Jeudi le 16 mai 2024
Le pont de la rivière Moe à Compton sera réhabilité
NOS RECOMMANDATIONS
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail

Vendredi le 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans

Mardi le 21 mai 2024
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 22 mai 2024
L’histoire en débats

François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans Par Julie Meese Mardi, 21 mai 2024
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail Par Daniel Campeau Vendredi, 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous