Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Vivement l'histoire

Notre histoire en archives : au nom de l’amour


Par Chloé Ouellet-Riendeau, agente de bureau aux Archives nationales du Québec à Sherbrooke
 Imprimer   Envoyer 
Photo : Deux hommes inconnus se tiennent la main, [189-]. Archives nationales du Québec à Sherbrooke, fonds Sylvio Lacharité (P3). Photographe non identifié.
Archives nationales à Sherbrooke Par Archives nationales à Sherbrooke
archives.sherbrooke@banq.qc.ca
Jeudi le 3 juin 2021

Les premiers procédés photographiques, tels que le daguerréotype, l'ambrotype et le ferrotype, datent de la deuxième moitié du xixe siècle. Ils ont en commun l'implication de techniques spécialisées pratiquées par des photographes professionnels. Il faut en comprendre qu'avant la mise en marché d'appareils photo personnels, tel que le Brownie, une photographie était toujours créée sous le regard d'autrui. De ce fait, la mise en scène des couples, des familles ou des personnes seules suivait des conventions bien établies. 

À cette époque, les normes sociales sont effectivement fortement régies par la morale et la religion. C'est d'autant plus vrai en ce qui a trait aux relations amoureuses, encadrées par tant d'interdits et de surveillance. On parle ici de fréquentations entre un homme et une femme, tandis que tout ce qui sort de ce cadre est complètement proscrit, voire illégal. Par conséquent, les relations allant à l'encontre des mœurs acceptées et des lois sont plus difficilement consignées sur des photographies, d'où l'intérêt de ce ferrotype illustrant deux hommes se tenant tendrement la main et aux jambes enlacées. En l'absence d'identification des personnes et par manque de contexte, il est difficile d'affirmer hors de tout doute qu'il s'agit d'un couple. Néanmoins, le degré d'intimité qui est illustré nous porte à croire en cette possibilité.

Cette photographie nous permet de souligner le courage des personnes qui décidaient malgré tout de manifester leur affection. Le temps d'une photographie, ces hommes défiaient les barrières qui leur étaient imposées. Ils risquaient de devoir subir de graves conséquences.

En effet, au début de la colonisation du Canada, l'homosexualité est illégale et peut entraîner la peine de mort. En 1861, la sentence change : les accusés risquent l'emprisonnement, de 10 ans à la perpétuité. À partir de 1890, les personnes ayant des relations gaies sont accusées de « grossière indécence », puis en 1941 le Code criminel est modifié afin de les étiqueter comme « délinquant sexuel dangereux ». Au Canada, l'homosexualité est décriminalisée en 1969.

Il faut également souligner l'ouverture et l'audace des photographes qui matérialisent le désir de ces amoureux de commémorer leur histoire malgré les risques que cela engendre. Les photographies de couples de même sexe de cette époque sont rares dans les fonds d'archives du fait qu'elles étaient généralement cachées et probablement détruites avant que les archives familiales ne se transmettent d'une génération à l'autre.

Heureusement, aujourd'hui, des organisations et des centres d'archives sont consacrés à la préservation de la mémoire de groupes marginalisés, telle que la communauté LGBTQ+. Les photographies plus récentes sont souvent le reflet des violences et des préjugés subis par les personnes LGBTQ+, et démontrent également les combats qu'elles mènent pour leurs droits. Cette photographie datant des années 1890 permet de poser notre regard sur un autre aspect, soit un moment de tendresse et d'amour.

 

Cette histoire vous a intéressé? Nous vous invitons à consulter le texte de blogue La vie rocambolesque de Louise Vanasse, une femme qui a vécu une grande partie de sa vie comme un homme.

 

Sources :

BROWNING, Bil (21 octobre 2020), « Historical photos of men in love : Meeting in the middle », LGBTQ Nation [site Web], consulté le 8 février 2021, https://www.lgbtqnation.com/2020/10/historical-photos-men-love-meeting-middle/

CÔTÉ, Martine et Madeleine GAUTHIER, « À propos des péchés d'amour », Cap-aux-Diamants, no 55, automne 1988, p. 18-21.

GERSHON, Livia (29 octobre 2020), « Newly Published Portraits Document a Century of Gay Men in Love », Smithsonian Magazine [site Web], consulté le 8 février 2021, https://www.smithsonianmag.com/smart-news/photo-collection-shows-19th-and-20th-century-gay-relationships-180976161/

LAVOIE, Catherine (26 septembre 2018). « Les premiers procédés photographiques », Instantanés [site Web], consulté le 8 février 2021, https://blogues.banq.qc.ca/instantanes/2018/09/26/les-premiers-procedes-photographiques/

NICHOLS, James (2 février 2016), « ‘Homo History' , Photo Collection Compiled By Jeffrey Gent, Showcases Vintage Shots of Gay Couples », Huffington Post [site Web], consulté le 8 février 2021, https://www.huffingtonpost.ca/entry/homo-history-vintage-photos_n_4139208?ri18n=true

RAU, Krishna (19 mars 2019), « Droits des lesbiennes, des gais, des bisexuels et des transgenres au Canada », L'Encyclopédie canadienne [site Web], consulté le 8 février 2021, https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/droits-des-lesbiennes-des-gays-des-bisexuels-et-des-transgenres-au-canada

 

Ces archives vous intéressent? Prenez rendez-vous avec nous :

Les Archives nationales du Québec à Sherbrooke sont situées au

225, rue Frontenac, bureau 401

819 820-3010, poste 6330

archives.sherbrooke@banq.qc.ca



  A LIRE AUSSI ...

Notre histoire en archives : les films de familles

Jeudi le 11 avril 2024
Notre histoire en archives : les films de familles
NOS RECOMMANDATIONS
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke

Lundi le 15 avril 2024
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke
Danielle Berthold perd son poste de présidente du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke

Lundi le 15 avril 2024
Danielle Berthold perd son poste de présidente du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke
Zone de guerre

Mercredi le 17 avril 2024
Zone de guerre
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 22 avril 2024
Dans mes bagages, j’apporte…

Jasons Théââââââtre
Jeudi, 18 avril 2024
Le trac du printemps… des Ateliers-théâtre

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 avril 2024
Zone de guerre

Danielle Berthold perd son poste de présidente du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke Par Julie Meese Lundi, 15 avril 2024
Danielle Berthold perd son poste de présidente du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke
Zone de guerre Par Daniel Nadeau Mercredi, 17 avril 2024
Zone de guerre
Sherbrooke est la 4e ville la plus « oublieuse » au Québec Par Julie Meese Mercredi, 17 avril 2024
Sherbrooke est la 4e ville la plus « oublieuse » au Québec
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous