Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / L'Agora

L’Irlandais charmeur

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 6 mars 2024

Jeudi dernier, le très honorable Brian Mulroney est décédé. Une nouvelle qui a balayé toute l'actualité. Brian Mulroney a été l'un des grands premiers ministres du Canada. Même si son bilan n'est pas reconnu à sa juste valeur au Canada, il est pour nous Québécois le plus grand ami que le Québec a eu comme premier ministre du Canada.

Mon associé et ami, aujourd'hui décédé, Yves Bellavance aimait bien critiquer tous les politiciens. C'était son sport préféré qui lui venait de son passé de journaliste. Il était cependant l'un des plus grands admirateurs de Brian Mulroney. Il l'avait couvert pendant de nombreuses années à Ottawa et il m'a dit un jour que Brian Mulroney était l'architecte du Canada moderne. Aujourd'hui, l'actualité semble lui donner raison.

À la suite de son décès, Brian Mulroney reçoit des éloges sur ses réussites comme premier ministre de partout au Canada, on reconnaît enfin son bilan impressionnant comme premier ministre : le libre-échange avec les États-Unis, sa volonté de réconcilier le Québec et le Canada, le sommet de la francophonie à Québec, la fin de l'apartheid et sa lutte contre les pluies acides. Brian Mulroney était un fin causeur et un charmeur incontestable. Il serait heureux de voir aujourd'hui que son départ semble avoir, pour une fois, réconcilié le Canada et ses deux solitudes si j'en crois les manchettes du Globe de Toronto de vendredi dernier et celles des quotidiens québécois. Il aurait même réussi à réconcilier de vieux amis comme Lucien Bouchard et Jean Charest qui étaient sur le même plateau de télé jeudi soir dernier à TVA. Brian Mulroney, un grand Canadien, architecte incontesté du Canada moderne.

La vision d'un Canada réconcilié

Pour Brian Mulroney, le rapatriement unilatéral de la constitution canadienne en 1982 par le gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau était un affront inacceptable au Québec et une blessure pour le Canada. Il s'est fait élire premier ministre du Canada en 1984 en promettant de réintégrer le Québec dans le Canada dans l'honneur et l'enthousiasme. Il a ainsi contribué à faire de René Lévesque, le souverainiste, un adepte du beau risque qu'il représentait pour l'avenir du Québec et du Canada. Le reste de l'histoire est connu. Brian Mulroney a réussi à faire signer une entente par toutes les provinces canadiennes et territoires non pas une fois, mais deux fois.

Malgré ses efforts, Brian Mulroney a vu les trahisons s'accumuler et l'accord du lac Meech n'a pas été ratifié en temps voulu. Cet échec de Meech s'est traduit par l'isolement du Québec au sein de la famille canadienne et depuis plus aucune initiative de nature constitutionnelle n'est possible en ce pays qui est condamné à vivre avec une constitution qui refuse d'évoluer et qui devient en quelque sorte une camisole de force qui empêche le Canada de se réconcilier avec lui-même. Aujourd'hui, beaucoup de ne souviennent pas de Meech, mais cet échec constitutionnel pèse encore lourdement sur l'avenir de ce pays et vient rendre difficile toute tentative de réformer le pays. Il reste que Brian Mulroney a laissé derrière lui de nombreux orphelins de Meech.

Un progressiste-conservateur

Brian Mulroney était une drôle de bibitte politique. Conservateur de droite, il était aussi un défenseur de grandes causes progressistes de son époque. Il a été l'un des premiers hommes politiques de l'époque moderne à prendre à bras-le-corps la question aujourd'hui centrale de l'environnement. Il est parvenu à une entente inespérée avec les États-Unis sur les pluies acides et il a été responsable de la signature par le Canada en 1992 du premier traité sur la lutte aux changements climatiques.

En juin 1992, à Rio de Janeiro (Brésil), la conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement, connue sous le nom de Sommet « planète Terre », a adopté une déclaration qui a fait progresser le concept des droits et des responsabilités des pays dans le domaine de l'environnement. La Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement témoigne de deux grandes préoccupations apparues pendant l'intervalle de 20 années séparant ces deux conférences : la détérioration de l'environnement, notamment de sa capacité à entretenir la vie, et l'interdépendance de plus en plus manifeste entre le progrès économique à long terme et la nécessité d'une protection de l'environnement.

Brian Mulroney s'est aussi distingué par son rôle majeur dans la lutte contre l'apartheid. En décembre 1984, Brian Mulroney accueille à Ottawa le prix Nobel de la paix, l'évêque sud-africain Desmond Tutu. En 1985, Brian Mulroney fait un discours remarqué à l'ONU contre l'apartheid. Un discours remarqué et remarquable qualifié d'inhabituel pour un leader blanc du bloc occidental. Brian Mulroney en fera un combat et il réussira à convaincre, non sans mal, la première ministre britannique de l'époque, Margaret Thatcher, de lui laisser le champ libre pour mettre fin à ce régime. Il aura réussi son pari et sa contribution à la fin de ce régime inique est reconnue par le monde entier dont par Nelson Mandela qui a tenu à faire son premier discours après sa libération de prison au parlement canadien.

Brian Mulroney est aussi l'architecte du Canada moderne grâce à la conclusion d'un traité de libre-échange avec les États-Unis qui est devenu par la suite le traité de l'ALENA et par la création de la TPS, la nouvelle taxe sur les produits et les services. Il a aussi été responsable de la création de l'Agence spatiale canadienne.

L'humaniste

Brian Mulroney était aussi un humain charmant. Celles et ceux qui ont été ses députés et les membres de son parti peuvent témoigner qu'il se souciait toujours de chacun d'eux. Quand l'un d'entre eux traversait une période difficile, il retrouvait Brian Mulroney dans leur téléphone pour leur remonter le moral. En ce début de chronique, je vous parlais de mon associé et ami Yves Bellavance. Dans les dernières semaines de sa vie alors qu'il luttait contre le cancer, Yves avait reçu un appel de Brian Mulroney. Vous auriez dû voir le bonheur dans ses yeux lorsqu'il m'a raconté avoir reçu cet appel. Brian Mulroney était un fin causeur et un humaniste.

Il était aussi parfois un peu retors. Je me rappellerai toujours le jour où à Sherbrooke, il était venu faire un discours pour défendre l'accord de Charlottetown. Organisateur de l'événement, monsieur Mulroney me demande en coulisse avant son intervention de lui trouver une copie papier du projet d'entente. Je lui trouve et Brian Mulroney entre en scène. Il fait un discours enflammé, montre le projet d'entente et le déchire dans un moment de colère irlandaise. Il affirme alors que c'est cela que veulent faire les adversaires de l'entente déchirer le Canada. Son allocution terminée, je le retrouve en coulisse et il me fait un clin d'œil et me demande : « penses-tu que j'étais assez bon pour faire les bulletins de nouvelles ? » Avant même que j'aie eu le temps d'y répondre quoi que ce soit, il me lance Daniel, tu es un grand Canadien et il s'en va faire un discours dans une autre région. On ne peut pas rencontrer un homme comme Brian Mulroney et ne pas tomber sous son charme.

Brian Mulroney a été un géant dans l'histoire canadienne. Il n'a jamais craint d'utiliser son capital de sympathie pour faire avancer le pays. Il ne faisait pas de la politique pour les mauvaises raisons. Il voulait vraiment transformer et améliorer notre pays. Architecte du Canada moderne, Brian Mulroney fut beaucoup plus qu'un Irlandais charmeur...


  A LIRE AUSSI ...

Les vieilles rengaines néo-libérales

Mercredi le 20 mars 2024
Les vieilles rengaines néo-libérales
Le monde de Disney…

Mercredi le 10 avril 2024
Le monde de Disney…
Les diseuses de bonnes aventures…

Mercredi le 3 avril 2024
Les diseuses de bonnes aventures…
NOS RECOMMANDATIONS
La nouvelle place publique au centre-ville de Sherbrooke portera le nom de place Kassiwi

Mercredi le 10 avril 2024
La nouvelle place publique au centre-ville de Sherbrooke portera le nom de place Kassiwi
Une forêt unique à Orford pour célébrer la vie

Mardi le 9 avril 2024
Une forêt unique à Orford pour célébrer la vie
Quatre arrestations rue Goodhue à Sherbrooke par le groupe Accès Cannabis

Vendredi le 12 avril 2024
Quatre arrestations rue Goodhue à Sherbrooke par le groupe Accès Cannabis
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
Daniel Nadeau
Mercredi, 17 avril 2024
Zone de guerre

François Fouquet
Lundi, 15 avril 2024
La peur, l’agacement, l’émerveillement

Archives nationales à Sherbrooke
Jeudi, 11 avril 2024
Notre histoire en archives : les films de familles

inscription infolettre 600
Arrestation pour quatre introductions par effraction et un vol qualifié à Sherbrooke Par Daniel Campeau Mercredi, 10 avril 2024
Arrestation pour quatre introductions par effraction et un vol qualifié à Sherbrooke
Une somme record pour le Souper gastronomique de la Fondation du CHUS Par Julie Meese Jeudi, 11 avril 2024
Une somme record pour le Souper gastronomique de la Fondation du CHUS
Petits bonheurs : un festival dédié aux poupons et aux jeunes enfants Par Julie Meese Mardi, 9 avril 2024
Petits bonheurs : un festival dédié aux poupons et aux jeunes enfants
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous