Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Si j’avais un char!

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Mardi le 10 octobre 2023

J'avais 16 ans. C'était il y a.... C'était hier!

 

Le permis de conduire était un objectif de vie pour moi. Pour le gringalet qui avait peine à cultiver un minimum de confiance en soi, le fait de posséder un permis de conduire allait ouvrir des portes que je croyais fermées.

La chanson "Si j'avais un char" de Steve Faulkner décrit bien ma détresse (!) par rapport au fait de posséder ma voiture!

Quand j'y repense, l'importance d'obtenir un permis de conduire était nettement exagérée! C'est à 18 ans que j'ai pu m'acheter ma première voiture, une rutilante Honda Civic d'occasion!

Avec elle, la liberté est entrée dans ma vie. Il me semblait, en tous les cas. Ma confiance en moi-même est arrivée bien plus tard, mais la voiture n'a pas joué un rôle très actif, au final!

Le concept de la liberté associée à une voiture est ancré solidement.  

Plus tard, bien plus tard, à la fin de la vie de mon père, il a dû renoncer à conduire sa voiture. C'était comme si on lui arrachait une liberté qui lui était chère.

Aujourd'hui, j'entends la même phrase de la bouche des membres des familles que je côtoie pour mon travail. « Quand le médecin a décrété que papa ne pouvait plus conduire et même s'il comprenait la décision, il l'a pris comme une condamnation à la prison, rien de moins!"  Après tout, sans liberté, c'est la prison, non? 

Bien sûr, ce ne sont que des images. Mais elles illustrent tellement bien une réalité. Une réalité qui s'est installée au retour de la 2e guerre mondiale.

La voiture comme guide sociétal

Posséder une voiture était un privilège de riche entre 1910 et 1940. Puis, on a démocratisé la chose. Au tournant des années 1970, bien rares étaient les familles qui ne possédaient pas une voiture. De nos jours, il n'est pas rare que tous les membres adultes d'une même maison en aient une.     

La présence de la voiture a favorisé un développement urbain où le commerce local (de quartier) était exclu. Dans la plupart des quartiers de Sherbrooke, sans voiture, ce n'est pas simple! Le développement urbain aurait pu être commandité par des fabricants d'automobiles!

Mais la voiture n'a pas seulement déterminé le modèle de vie en société. La voiture concrétise les classes sociales. Elle marque le niveau de réussite individuelle. Loin de se limiter à son rôle de facilitatrice lors des déplacements d'un point A à un point B, la voiture impose ses droits : elle passe avant le piéton et a tendance à mépriser les cyclistes.

La voiture traîne en son sillon tellement de puissance qu'elle devient un moyen d'expression de la frustration de ses propriétaires qui ont introduit la notion de rage au volant, ce concept qui fait qu'on est prêt à engueuler, insulter et intimider (allant jusqu'à frapper) quiconque provoque une entrave au parcours prévu.

Toute entrave, toute hésitation d'un automobiliste peu habitué à un secteur donné, devient une excellente raison de le détruire!

Je soupçonne les fabricants d'avoir dû renforcer la structure même des volants tellement ceux-ci reçoivent des coups violents dans une même journée!

Et la liberté, je disais?  

La voiture permet une grande liberté.

Mais elle devient aussi un des symboles du concept de liberté véhiculé par une droite plus extrême : la liberté personnelle, celle qui peut écraser l'autre sans trop de considération. Cette liberté prétentieuse qui ne se soucie que de soi.

Tout cela me chagrine.

J'entretiens une relation un peu spéciale avec la voiture. Elle a tellement meublé mes pensées que je prends plaisir à aller marcher, une fois l'an, à l'exposition des vieilles voitures de Granby. Une balade à pied de quelques heures à travers les époques. À travers les souvenirs et la saine nostalgie que j'y ressens, je peux saluer l'originalité et la créativité des concepteurs à travers les époques.

Fascinante automobile, quand même!

Je résumerais ainsi: il y a ce que l'auto a été au fil des ans comme objet. Et il y a ce qu'elle est devenue dans nos sociétés.

Et les deux sont contradictoires pour moi...

 

Clin d'œil de la semaine

La voiture habite nos expressions...

Quand tout est bien planifié, "on est en voiture!"

Quand c'est mal planifié: "c'est pas les gros chars!"


  A LIRE AUSSI ...

Le train qui passe et celui qu’on manque

Lundi le 26 février 2024
Le train qui passe et celui qu’on manque
Une simple photo. Ou inutile nostalgie?

Lundi le 5 février 2024
Une simple photo. Ou inutile nostalgie?
Quand l’égo se remet en question

Lundi le 19 février 2024
Quand l’égo se remet en question
NOS RECOMMANDATIONS
Loto-Québec recherche le détenteur d’un billet gagnant en Estrie

Jeudi le 22 février 2024
Loto-Québec recherche le détenteur d’un billet gagnant en Estrie
Arrestation pour agression et pour vol à l'étalage à Sherbrooke

Lundi le 26 février 2024
Arrestation pour agression et pour vol à l'étalage à Sherbrooke
Les finalistes du Gala Reconnaissance Estrie 2024 sont dévoilés !

Vendredi le 23 février 2024
Les finalistes du Gala Reconnaissance Estrie 2024 sont dévoilés !
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Geneviève Hébert Abbuelle 2023
 
François Fouquet
Lundi, 26 février 2024
Le train qui passe et celui qu’on manque

inscription infolettre 600
Québec verse 200 000 $ à 5 médias communautaires de l’Estrie Par Julie Meese Mercredi, 21 février 2024
Québec verse 200 000 $ à 5 médias communautaires de l’Estrie
Arrestation pour agression et pour vol à l'étalage à Sherbrooke Par Julie Meese Lundi, 26 février 2024
Arrestation pour agression et pour vol à l'étalage à Sherbrooke
Loto-Québec recherche le détenteur d’un billet gagnant en Estrie Par Julie Meese Jeudi, 22 février 2024
Loto-Québec recherche le détenteur d’un billet gagnant en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous