Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Responsabilité partagée

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Mardi le 16 janvier 2024

La responsabilité de l'autre est facile à identifier. Suffit de lire des commentaires sur les médias sociaux pour s'en convaincre, si ce n'est pas déjà fait.

Mon enfant se fait mal au parc, c'est la responsabilité de la ville. Quand il a une mauvaise note à l'école, c'est la responsabilité du professeur qui ne connait rien.

Vous voyez le genre. Le Canadien a perdu, sacrez tout le monde dehors!

Si on pousse l'exercice plus loin, eh bien, quand il pleut, c'est la responsabilité de la personne qui a annoncé la pluie.

C'est fascinant parce que plus on rejette la responsabilité de tout sur d'autres épaules, plus on se sent protégé. Comme à l'abri. Comme exempt de toute responsabilité.

On ne s'en aperçoit pas trop. Un peu comme quand on ajoute du sucre dans l'eau. C'est soluble. On ne voit pas trop la situation s'installer. Jusqu'à ce que l'eau se brouille et devienne un visqueux mélange bien trop sucré.

Je crois (enfin, j'espère!) qu'on arrive à cette saturation. C'est-à-dire qu'on va s'apercevoir bientôt que de simplement rejeter la responsabilité ailleurs ne règle rien.  

La réussite de notre société, voire sa survie, passera par le concept de responsabilité partagée. Et la base de la base de ce concept est, à mon œil, d'entrer simplement en contact avec les gens autour. Être minimalement attentif. 

Entrer en contact.

On sait le faire par texto, mais on ne le sait plus vraiment en vrai. Du moins, cette notion toute simple se perd rapidement.

« C'était mon grand dans l'autobus! »

Bien des enfants pas très vieux doivent prendre l'autobus pour se rendre et revenir, quotidiennement, à leur école primaire. Déjà que l'enfant doit d'abord apprivoiser le gros bâtiment et le nombre impressionnant d'élèves qui y séjournent, voilà que plusieurs enfants ont aussi à apprivoiser l'autobus scolaire!

Certaines écoles ont opté pour le principe du « grand » pour faciliter l'apprentissage des repères dans ces gros autobus jaunes. Le grand, c'est un élève plus vieux qui prend le même autobus qu'un nouveau et qui sera là si celui-ci en a besoin.

On ne dit pas que, subitement, le « grand » a la responsabilité complète de l'intégrité physique ou mentale du plus jeune, nenon! C'est un grand qui est identifié comme une ressource en cas de besoin.

Et c'est un bel apprentissage de la notion de responsabilité.

Et ça fonctionne dans bien des cas. Il m'est arrivé de voir le sourire d'une jeune fille de 20 ans qui saluait un passant au centre commercial : « lui c'était mon grand pour le bus. Y était tellement fin! »

Soit dit en passant : chaque fois qu'on croise quelqu'un de qui on peut dire "qu'il était tellement fin", c'est l'espoir qui se manifeste et qui refuse de mourir.

Accepter la responsabilité... du partage  

La responsabilité partagée demande un effort. Il est souvent plus facile de se replier sur soi, sur ses droits, que de se dire que dans l'application de ces droits que j'ai, il y a la responsabilité de penser aux droits des autres.

C'est demandant, mais vital. Rien de moins.

C'est vrai en société.

On met en lumière nos différences, ces dernières années. « Je suis unique et différent. J'ai droit à tous les égards de ce simple fait! »

Je veux bien, mais il faudra un jour qu'on accepte qu'on évolue dans une collectivité. Qu'on apprenne à se rassembler pour nos ressemblances plutôt que de s'isoler à cause de nos différences.

C'est vrai pour la santé mentale au travail. Attendre que tout change autour en fonction de moi et en excluant toute participation de ce « moi », c'est stérile.

Alors, je me demande: en société, au travail ou dans les loisirs, est-ce que je suis le grand de quelqu'un?

C'est une question de moi à moi. Je ne prêche ni ne juge.

Mais je trouve la question universellement intéressante...

 

Clin d'œil de la semaine

À lire les médias sociaux, il est plus simple d'écoeurer les autres que d'assumer le rôle du « grand » de l'autre!


  A LIRE AUSSI ...

Le superhéros

Lundi le 12 février 2024
Le superhéros
Le train qui passe et celui qu’on manque

Lundi le 26 février 2024
Le train qui passe et celui qu’on manque
Une simple photo. Ou inutile nostalgie?

Lundi le 5 février 2024
Une simple photo. Ou inutile nostalgie?
NOS RECOMMANDATIONS
La programmation de la Place des Jeux du Québec est dévoilée!

Jeudi le 22 février 2024
La programmation de la Place des Jeux du Québec est dévoilée!
Prédateur sexuel de nouveau arrêté à Sherbrooke par la Sûreté du Québec

Vendredi le 23 février 2024
Prédateur sexuel de nouveau arrêté à Sherbrooke par la Sûreté du Québec
Loto-Québec recherche le détenteur d’un billet gagnant en Estrie

Jeudi le 22 février 2024
Loto-Québec recherche le détenteur d’un billet gagnant en Estrie
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 26 février 2024
Le train qui passe et celui qu’on manque

inscription infolettre 600
Découverte majeure dans le traitement du cancer du pancréas à l’Université de Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 22 février 2024
Découverte majeure dans le traitement du cancer du pancréas à l’Université de Sherbrooke
Le Club de golf des Écossais ouvert un 27 février, du jamais vu en Estrie Par Daniel Campeau Mardi, 27 février 2024
Le Club de golf des Écossais ouvert un 27 février, du jamais vu en Estrie
Deux hommes recherchés pour vol dans le nord de Sherbrooke Par Daniel Campeau Lundi, 26 février 2024
Deux hommes recherchés pour vol dans le nord de Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous