Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Métier : influenceur

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Mardi le 2 avril 2024

Très contemporain, comme titre de chronique. Quand j'ai commencé à écrire de façon hebdomadaire, en juin 2005, je n'aurais pas titré un texte de cette façon. Pas que l'influence ou les jeux d'influences n'existaient pas, évidemment. C'est que le titre n'était pas donné comme tel.

J'ai beau tenter de regarder les choses de manière détachée, le titre d'influenceur ou d'influenceuse me semble prétentieux. Ce qui me dérange n'est pas le fait de communiquer une réflexion, une opinion ou un commentaire. Ce qui me dérange, c'est de vouloir devenir un influenceur d'abord, pour ensuite, trouver un sujet ou une façon d'y arriver.

Remarquez que si le mot est contemporain, il n'en demeure pas moins que les influenceurs existaient bien avant les médias sociaux. Mais ils devaient se trouver une tribune. Un espace public. Un porte-voix.

Des écrivains, des chroniqueurs, des éditorialistes, ont joué le rôle d'influenceurs au fil de l'histoire. Par leurs prises de position, ils venaient parfois ébranler les colonnes du temple. De manière plus ou moins spectaculaire, ils portaient un point de vue susceptible d'influencer l'opinion des auditeurs ou des lecteurs.

Leur rôle était important.

Je pense à René Lévesque avec son émission Point de mire, entre autres. Armé de son tableau noir et de ses craies (et de ses cigarettes !), il expliquait et développait des nouveaux concepts, souvent avant-gardistes. Il prenait soin de documenter le tout, se faisant fréquemment professeur à sa manière.

La pertinence de ses propos a fait de lui une sorte d'influenceur.    

Mais je ne crois pas qu'il aurait envisagé de s'autoproclamer influenceur.

Un des premiers influenceurs de masse de notre époque, un des défricheurs de la formule plus actuelle, je dirais, est probablement Jean-Luc Mongrain. C'est un des premiers à s'être frayé un chemin original en créant une relation étroite avec les téléspectateurs.

Les yeux exorbités, n'hésitant pas à frapper sur le bureau ou à y grimper s'il le fallait, voilà qu'il s'emportait, criait au scandale et en appelant au gros bon sens bien plus souvent que permis !

Jean-Luc Mongrain est un homme cultivé qui maniait l'art de s'adresser aux gens avec brio. Il s'est fabriqué une sorte de personnage susceptible de susciter la curiosité d'un public qui, lentement, mais sûrement, perdait de son attention pour la chose publique, de plus en plus intéressé par son bien-être personnel.

Maintenant, les tribunes sont partout !

Je fais ici suite à ma réflexion de la semaine dernière sur le fait qu'on ne se donne plus le temps de réfléchir et qu'on finit même par ressentir une forme de bien-être quand on entend ou lit une phrase qui vient, à elle seule, canaliser une opinion, tout en ayant le mérite de boucher l'interlocuteur.

Mongrain a donné dans ce genre aussi.

Le portrait d'aujourd'hui est très spécial.

La multiplication des plateformes numériques (TikTok, X, Facebook et autres) fait en sorte que quiconque le souhaite a désormais un porte-voix. Et la pertinence n'est plus une unité de mesure prisée. Seuls les clics comptent.

Les propos, les images, les vidéos qu'on diffuse ne se mesurent pas en qualité, mais en quantité. On pourrait croire que sans qualité, la quantité ne suivra pas, mais non ! En fait, ce serait omettre un principe fondamental : l'effet d'entraînement.

L'abrutissant effet d'entraînement qui fait qu'on aime parfois (souvent !) quelque chose parce que des milliers d'autres le font.

C'est le slogan des stations radio de Télémédia, à une autre époque, mais poussé à son paroxysme : Tout le monde le fait, fais-le donc ! 

Étrange slogan, quand on y pense. Si tout le monde le faisait, il n'y aurait personne à convaincre de le faire ! Mais le principe commercial derrière, ça était le même que ce que l'on vit sur les médias sociaux : si 2 000 ou 200 000 personnes sont d'accord, je n'ai pas à me demander de quoi il s'agit, je dois juste m'inscrire dans le groupe ! Alors, je clique « j'aime » et voilà, je suis un membre à part entière de quelque chose.

De quoi ? Sais pas trop. Mais de quelque chose qui me vend l'impression de ne pas être laissé derrière.   

Influenceur...

Le mot m'énerve lorsqu' utilisé par la personne qui prétend à ce titre. Je trouve ça prétentieux.

Il est documenté qu'une foule qui manifeste voit son quotient intellectuel diminuer en même temps que sa capacité de raisonner.

Les médias sociaux regroupent, entre autres, un gros paquet de foules qui manifestent pour et contre tout.

Pour moi, la réelle et la plus efficace influence qu'une personne puisse avoir sur une autre est de l'amener à être autonome dans sa pensée et dans son raisonnement.

Un clic, même répété 200 000 fois, n'est qu'un bruit passager.

 

Clin d'œil de la semaine

Les influenceurs préfèrent parler de leurs milliers de followers. On dirait que de saluer des milliers de suiveurs est plus péjoratif. Suiveux serait encore pire!


  A LIRE AUSSI ...

Les petits bonheurs

Lundi le 8 avril 2024
Les petits bonheurs
La peur, l’agacement, l’émerveillement

Lundi le 15 avril 2024
La peur, l’agacement, l’émerveillement
Une minute de réflexion. Surtout pas plus…

Lundi le 25 mars 2024
Une minute de réflexion. Surtout pas plus…
NOS RECOMMANDATIONS
Une entrepreneure de Magog part en VR pendant quatre mois avec ses deux enfants

Mardi le 16 avril 2024
Une entrepreneure de Magog part en VR pendant quatre mois avec ses deux enfants
Quatre arrestations rue Goodhue à Sherbrooke par le groupe Accès Cannabis

Vendredi le 12 avril 2024
Quatre arrestations rue Goodhue à Sherbrooke par le groupe Accès Cannabis
Danielle Berthold a refusé le poste de mairesse suppléante de la Ville de Sherbrooke

Lundi le 15 avril 2024
Danielle Berthold a refusé le poste de mairesse suppléante de la Ville de Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 15 avril 2024
La peur, l’agacement, l’émerveillement

inscription infolettre 600
Une entrepreneure de Magog part en VR pendant quatre mois avec ses deux enfants Par Julie Meese Mardi, 16 avril 2024
Une entrepreneure de Magog part en VR pendant quatre mois avec ses deux enfants
Zone de guerre Par Daniel Nadeau Mercredi, 17 avril 2024
Zone de guerre
Danielle Berthold a refusé le poste de mairesse suppléante de la Ville de Sherbrooke Par Julie Meese Lundi, 15 avril 2024
Danielle Berthold a refusé le poste de mairesse suppléante de la Ville de Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous