Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

La chanson au-delà de la diffusion techno…

 Imprimer   Envoyer 
Photo : pexels.
François Fouquet Par François Fouquet
Mardi le 25 juin 2024

La musique est partout. De l'épicerie à la salle d'attente, elle contribue à une ambiance. Avec plus ou moins de succès, parfois, mais quand même ! Comme on lui reconnaît des propriétés adoucissantes de mœurs, elle peut être bien pratique!

Son effet n'est visiblement pas universel. Le redondant rythme lounge peut devenir agressant dans un contexte qui s'y prête moins. Comme on constate que, même si les voitures sont maintenant équipées de systèmes de son de bonne qualité, la musique n'adoucit pas tant les mœurs quand on considère la multiplication des cas d'impatience et de rage au volant !

Faudrait investiguer.

Je pense à la musique en ce matin de Fête nationale du Québec. Aujourd'hui, c'est spécial. Les radios commerciales font l'effort tout aussi commercial de plaire à une clientèle qui vit un moment spécial.

Mais, n'ayez crainte, dès demain, on reviendra à la programmation résolument anglophone et plus universelle. On respectera les normes de pourcentage minimales du CRTC et ce minimum redeviendra le maximum qu'on entendra. Et, encore, on concentrera ces normes en soirée, moment de moins grande écoute.

Rassurante universalité, j'imagine.

Je ne sais trop quoi penser des obligations de pourcentage de la musique chantée. Comme vous, peut-être, je remarque la multiplication des expressions anglophones qui s'insèrent à un rythme soutenu dans la langue parlée. C'est encore plus vrai si la personne vit dans la région de Montréal. Il s'y développe, il me semble, une sorte de franglais qui n'est pas complètement étranger à la rencontre de plusieurs communautés culturelles et à l'omniprésence de l'anglais sur les plateformes numériques.

Ainsi, les jeunes développent des skills plutôt que des habilités ou des compétences. Le bout le plus troublant, c'est qu'ils ne connaissent pas de mot français désignant skills quand on leur demande ! Et, quand on leur dit, ils trouvent que skills est nettement plus insane...

Et la musique, elle ?

Je parle de la musique chantée. Alexandra Strélinski n'est pas touchée par le sujet !

Je sais qu'il se produit beaucoup de contenu francophone. Et, je me demande comment grandissent les carrières de ces créateurs et musiciens.

Puis, il me vient deux images récentes. La mort de Karl Tremblay, des Cowboys fringants, a ébranlé un peuple de façon impressionnante. Une peine rarement ressentie collectivement de cette manière. L'homme était jeune, j'en conviens, mais ceci n'explique pas complètement cela.

J'ai été surpris de l'universalité de cette peine. Les Cowboys ont été boudés par les radios commerciales jusqu'à ce que la pression populaire finisse par pousser certaines pièces en ondes. 

Mais le groupe existait depuis plusieurs années déjà !

C'est au gré de centaines de spectacles que la rencontre entre le groupe et les publics s'est faite. Petites prestations sur les campus universitaires, les bars, les petites salles de spectacle. Bref, plein d'endroits qui ont accueilli les Cowboys comme une expérience qu'on partage. Des découvertes, disons, organiques !

Ça me rassure un peu.

Et l'autre image rassurante m'est venue en Abitibi, il y a quelques semaines. Un congrès s'y tenait et réunissait 200 personnes de tous âges de notre milieu professionnel.

Lors d'une des soirées, ma foi, pas mal festives, un chansonnier habile et talentueux est venu conquérir une foule pas évidente dans le fait que des trentenaires côtoyaient des gens représentant 4 autres décennies au-dessus d'eux !

Il s'est installé et s'est présenté. Je me suis demandé avec quelle chanson il a allait bien partir tout ça ! À ma grande surprise, c'est la Ziguezon qui a soulevé la foule. Ça chantait, répondait, dansait. Spontanément. Le sourire imprimé au visage. La suite a touché tous les styles, mais les chansons francophones avaient une large part.

Même les plus jeunes, qui parlaient plus tôt de leurs essentiels skills qu'aucun mot en français n'arrivait à décrire, chantaient et répondaient. En fait, sur la Ziguezon, ils étaient les premiers à se lever et à danser.

La culture et la société évoluent.

Mais la rencontre organique entre la musique chantée et l'humain demeure probablement la plus valable façon de créer un lien.

Un lien qui viendra perpétuer une langue et une culture.

 

Clin d'œil de la semaine

C'est durable, une culture.  Bien plus que le temps d'une chanson !


  A LIRE AUSSI ...

Nourrir la bête

Lundi le 15 juillet 2024
Nourrir la bête
Et moi, je m’attends à quoi?

Mardi le 2 juillet 2024
Et moi, je m’attends à quoi?
« Mathématiquement, tu vas bien? »

Lundi le 8 juillet 2024
« Mathématiquement, tu vas bien? »
NOS RECOMMANDATIONS
Une ville sans gouvernail…

Mercredi le 17 juillet 2024
Une ville sans gouvernail…
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke

Mercredi le 17 juillet 2024
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke
Chocolat Lamontagne : La relève familiale assume la direction

Mercredi le 17 juillet 2024
Chocolat Lamontagne : La relève familiale assume la direction
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 15 juillet 2024
Nourrir la bête

Roue de Fortune fait un millionnaire à Sherbrooke Par François Lafleur Mardi, 16 juillet 2024
Roue de Fortune fait un millionnaire à Sherbrooke
Collision entre un motocycliste et un véhicule rue King Est à Sherbrooke Par François Lafleur Lundi, 15 juillet 2024
Collision entre un motocycliste et un véhicule rue King Est à Sherbrooke
Pleins d'activités gratuites cet été en Estrie Par François Lafleur Jeudi, 18 juillet 2024
Pleins d'activités gratuites cet été en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous