Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Texto, boulot dodo…


Le téléphone n'en est plus un. Ou il l'est de moins en moins. Les textos et statuts sur les médias sociaux remplacent la conversation téléphonique dans bien des cas. Bien qu'efficace à souhait, on commence, il me semble, à mesurer les impacts de cette technologie sur nos comportements.
 Imprimer   Envoyer 
Photo : crédit photo: Pixabay
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 17 février 2020

Vous savez, ce genre de semaine là? Je veux dire, le genre de semaine lors de laquelle certains éléments disparates s'unissent pour mettre certaines choses en lumière?

Bien, visiblement, je viens d'en vivre une!

Dans ma vie professionnelle, je participe parfois à des rencontres qui regroupent des confrères et consœurs d'un peu partout au Québec. On préfère se voir en personne que par visioconférence. Mais de plus en plus, on ressemble à des rayons qui quittent le soleil une fois la pause déclarée! Chacun s'éloigne pour consulter textos et messages. Je sais bien, c'est de l'efficacité de gestion dont il est question! Mais peut-être aussi de perte de qualité d'échanges de personne à personne.

Des fois, je me dis que l'effet pernicieux des bidules de communication modernes nous rend « indispensable » au quotidien au bureau. Entre guillemets, le mot indispensable, j'insiste! On pourrait généralement faire autrement (pas tout le temps, je sais!), mais bon. Disons-le ainsi : si c'est pour simplement refléter l'image d'un gestionnaire efficace, ça devient moche...

Puis, au retour de cette rencontre, un spectacle nous attendait à Sherbrooke : Louis T. Cet humoriste-analyste a lu certains passages réels des statuts de sa page Facebook. Un de ceux-ci, écrit par une dame, l'attaquait personnellement en l'insultant de façon virulente. Louis T lui a répondu qu'il ne comprenait pas ce qu'il avait tant fait pour mériter ce type de statut. La réponse de la dame est troublante : « Oups, désolée, je ne croyais pas que vous alliez le lire. Je croyais qu'une équipe filtrerait le tout avant... »

Je ne commenterai pas.

Puis, via le quotidien La Tribune, j'apprends qu'un enseignant a tenté l'expérience de proposer à ses étudiants de vivre les trois heures de cours, pauses comprises, sans cellulaire. Chacun vient déposer son téléphone sur le bureau du prof. À mon agréable surprise, l'exercice facultatif est devenu un exercice presque unanime!

Trois situations, deux constats troublants

Le téléphone n'en est plus un. Ou il l'est de moins en moins. Les textos et statuts sur les médias sociaux remplacent la conversation téléphonique dans bien des cas. Bien qu'efficace à souhait, on commence, il me semble, à mesurer les impacts de cette technologie sur nos comportements.

D'abord le téléphone (ou le clavier, c'est selon) met une distance de fausse sécurité entre les gens qui communiquent ensemble. On se permet des choses qu'on ne se permettrait pas si on était face à face.

On pourrait croire que le bidule électronique accroît le courage, mais ce n'est pas le cas. Ça tient plus de la lâcheté, en fait.

J'aime bien l'image d'un groupe de personnes réunies: est-ce que, dans une situation où je souhaite m'en prendre verbalement à une personne connue de tous et qui est sur place, j'aurais le courage de dire haut et fort, devant tout le groupe, ce que j'écris sur un statut Facebook? Je gagerais souvent que non! L'entremetteur qu'est l'appareil électronique peut déguiser notre lâcheté en courage.

C'est aussi la dynamique de communication qui change.

Allez, admettons-le : il est souvent plus simple, pour toutes sortes de raisons, de texter sa blonde pour lui dire qu'on va à la bière que de l'appeler par téléphone! Mais au-delà du clin d'oeil, ce qui m'inquiète le plus, c'est l'apparence de proximité qui peut remplacer la proximité. Le fait qu'on s'éloigne de plus en plus les uns des autres en étant certains qu'on est plus près des autres que jamais!

Le bidule électronique peut déguiser l'absence en présence.

Clin d'œil de la semaine

Si Trump dormait la nuit plutôt que de Tweeter comme un attardé déchaîné, nos nuits seraient plus saines!


  A LIRE AUSSI ...

Puissante candeur de la jonquille

Lundi le 13 mai 2024
Puissante candeur de la jonquille
Rien de plus important… que le cellulaire

Mardi le 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire
Trump et Poilièvre : quand ça dépasse les anecdotes

Lundi le 6 mai 2024
Trump et Poilièvre : quand ça dépasse les anecdotes
NOS RECOMMANDATIONS
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail

Vendredi le 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans

Mardi le 21 mai 2024
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc

Jeudi le 16 mai 2024
Le corps retrouvé à Drummondville est bien celui de la résidente de Windsor, Christine Leblanc
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Mardi, 21 mai 2024
Rien de plus important… que le cellulaire

Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke Par Julie Meese Jeudi, 16 mai 2024
Deux perquisitions sur les rues Alexandre et Léonard à Sherbrooke
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans Par Julie Meese Mardi, 21 mai 2024
Le Camping de Compton change de propriétaires après 24 ans
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail Par Daniel Campeau Vendredi, 17 mai 2024
À 157 km h dans une zone de 80 km h à Magog pour éviter d’être en retard au travail
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous