Granada_Marie-Annick_Lépine
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
En Estrie Concours Calendrier Annonces Classées
 
  CHRONIQUEURS / Environnement

Changer sans vraiment changer

 Imprimer   Envoyer 
Yves Nantel Par Yves Nantel
Mardi le 3 mai 2022      

Ce ne sont plus des hypothèses, tout nous indique que nous devrons changer notre paire de lunettes pour planifier le futur de la société. La planète ne suit pas notre logique de développement, elle se rebelle et les dérèglements s'amplifient. Les conséquences de ces derniers nous obligent à nous adapter à des coûts mirobolants et les experts confirment d'année en année que l'adaptation ne peut qu'être temporaire. 

Ce qu'il faut, c'est de changer radicalement nos modes de production et de consommation et, conséquemment, nos modes de vie. Le 3e rapport du GIEC, récemment publié, nous y met au défi. 

Changer sans vraiment changer 

À ce jour, les plans de lutte au changement climatique du gouvernement fédéral et du Québec, récemment rendus publics, à défaut d'être complets sont crédibles. Des objectifs, des cibles, des actions à privilégier, des mécanismes de révision et des budgets les accompagnant. On a le goût d'embarquer. 

Sortir des énergies fossiles et s'adosser aux énergies renouvelables est un impératif, nous dit-on. En parallèle, on accepte un gigantesque projet d'extraction de pétrole durant 50 ans, celui de Bay du Nord à Terre-Neuve. Électrifier les transports donc les décarboniser est une priorité. Décarboniser tout en conservant le même nombre de véhicules, de VUS, de VTT, de motos, de motorisés, et en adaptant les routes en conséquence ne fait pas de sens. On ne peut plus embarquer. 

Ce sont des plans qui prétendent relever le défi de la carboneutralité en 2050 mais sans changer le fait que nous, Canadien-ne-s, nous avons besoin des ressources de 4,8 planètes pour satisfaire nos habitudes de consommation.

Une orientation à privilégier, l'économie circulaire 

Depuis quelques années, un nouveau concept d'économie voit le jour. Il est promu en tenant compte que la planète est « finie » dans le sens que ses ressources ne sont pas infinies, qu'il y a des limites à les exploiter. Les ressources minérales, agricoles, de la mer, etc. sont mises à mal. Le réchauffement climatique affecte tous les écosystèmes et freine leur capacité à nous livrer les ressources nécessaires à notre existence. Avons-nous le choix de ne pas concevoir notre système économique autrement ? 

L'économie circulaire m'apparaît une voie prometteuse d'un véritable développement durable. À la condition que la perspective soit de l'appliquer intégralement, à tous les secteurs économiques et qu'elle mette à contribution tous les acteurs : entreprises, organismes publics et consommateurs. 

L'économie circulaire[1] se définit comme « un système de production, d'échange et de consommation visant à optimiser l'utilisation des ressources à toutes les étapes du cycle de vie d'un bien ou d'un service, tout en réduisant l'empreinte environnementale et en contribuant au bien-être des individus et des collectivités ».

 

Sous deux thèmes, REPENSER et OPTIMISER, elle poursuit quatre objectifs principaux :

 

1. Repenser nos produits pour réduire la demande en ressources et préserver les

écosystèmes;

2. Intensifier l'usage des produits;

3. Prolonger leur durée de vie ainsi que celle de leurs composants;

4. Leur donner une nouvelle vie en fin de cycle. 

La définition et les objectifs de l'économie circulaire induisent des changements profonds à la logique actuelle de notre modèle économique actuel qui est de « extraire, produire, consommer et jeter ». Appliquer dans son intégralité, l'économie circulaire nous oblige à repenser les biens et services produits dès leur conception dans le bureau des ingénieurs (écoconception) jusqu'à leur fin de vie (recyclage) afin de fermer la boucle de la circularité. 

Par exemple, REPENSER et OPTIMISER la filière du plastique, omniprésent dans nos vies, impliquent de revoir, à sa base même, sa composition puisque, selon une étude récente, 86 % du plastique européen provient du pétrole. L'étude prend en compte quatre utilisations du plastique : l'emballage, les biens d'équipement ménager, l'automobile et la construction.[2] 

Pour chaque produit, il faut repenser leur production avec des matériaux facilement recyclables, sans émissions de GES, une mise en marché misant sur la durabilité, la réparabilité, des pièces de rechange et des manuels de réparation, une publicité dénuée de désuétude psychologique (exempt d'effet de mode par exemple), des emballages facilement recyclables, le transport écologique des biens et finalement, le recyclage des matériaux et leur réutilisation pour la production de nouveaux produits.

En maintenant la circularité dans la production, les échanges et la consommation, on assure la préservation des ressources, la réduction des GES et la collaboration de tous les acteurs. 

L'idée commence à faire son chemin 

Plusieurs pays ont adopté des stratégies d'économie circulaire. Pensons à la Chine, au Japon, à la France, aux Pays-Bas, à l'Allemagne. Le Québec l'a introduite même si c'est de façon marginale dans son Plan pour une économie verte. En juin 2020, le Canada s'est joint à la Finlande et aux Pays-Bas pour « promouvoir le rôle fondamental de l'économie circulaire ». Nous ne sommes pas en terrain inconnu.

La production actuelle des autos électriques s'inscrit dans cette optique de circularité : depuis leur conception, on a prévu le recyclage des batteries, on est en voie de construire des usines de recyclage au Québec, au Canada, dans le monde. Aurons-nous l'audace de l'appliquer dans son intégralité ? Au niveau de la production, de la commercialisation, de la réutilisation et du recyclage intégral des voitures en fin de vie ? 

Au Québec, entre 2022 et 2025, le gouvernement passera « à un système de responsabilité élargie des producteurs » dans la prise en charge de la collecte, du tri, du conditionnement et du recyclage de leurs produits. Le processus est en cours. Le gouvernement fixera des quotas à atteindre sous peine d'amendes. Ils ont donc tout intérêt à repenser et à optimiser leurs produits dans une perspective d'économie circulaire. 

Vers une économie circulaire intégrale

 Nous sommes encore loin de l'adoption de la circularité intégrale des produits et des services. Pour atteindre les objectifs de carboneutralité en 2050 et de développement durable en permanence, nous devons ériger en système le concept d'économie circulaire. 

Il ne faut pas oublier que la population, aujourd'hui à 7,5 milliards, devrait atteindre les 9,7 milliards en 2050. Prévoir cette pression supplémentaire sur les ressources de la planète avec l'économie circulaire serait des plus sages.



[1] Source : https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/entreprises-organismes/mieux-gerer/economie-circulaire/ et une petite vidéo de trois minutes pour mieux comprendre : https://archive.ellenmacarthurfoundation.org/fr/economie-circulaire/concept

 

[2] SYSTEMIQ (2022) - ReShaping Plastics: Pathways to a Circular, Climate Neutral Plastics System in Europe.


Animatout
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...

« Fait en Estrie » : Les gars de saucisse

Mercredi le 18 mai 2022      
« Fait en Estrie » : Les gars de saucisse
« Fait en Estrie » : Cherry River

Mercredi le 18 mai 2022      
« Fait en Estrie » : Cherry River
Quoi faire ce weekend?

Jeudi le 19 mai 2022      
Quoi faire ce weekend?
Dispatcher_groupe A&A
NOS RECOMMANDATIONS
L’ancien terrain des Hells à Lennoxville vendu à deux hommes d’affaires de Sherbrooke

Mardi le 17 mai 2022      
L’ancien terrain des Hells à Lennoxville vendu à deux hommes d’affaires de Sherbrooke
Le tournoi de Hockey Adulte de Sherbrooke amasse 23 500$ pour la Fondation Justin-Lefebvre

Lundi le 16 mai 2022      
Le tournoi de Hockey Adulte de Sherbrooke amasse 23 500$ pour la Fondation Justin-Lefebvre
« Fait en Estrie » : Cherry River

Mercredi le 18 mai 2022      
« Fait en Estrie » : Cherry River
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

STEBUC
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 18 mai 2022
Réinventer le Québec par nos villes…

Eliane Thibault
Mardi, 17 mai 2022
Le pape attendu au Canada

François Fouquet
Lundi, 16 mai 2022
Douloureuses nuances de gris

Performance_NC_2
L’ancien terrain des Hells à Lennoxville vendu à deux hommes d’affaires de Sherbrooke Par Daniel Campeau Mardi, 17 mai 2022
L’ancien terrain des Hells à Lennoxville vendu à deux hommes d’affaires de Sherbrooke
Quoi faire ce weekend? Par Catherine Blanchette Vendredi, 13 mai 2022
Quoi faire ce weekend?
Douloureuses nuances de gris Par François Fouquet Lundi, 16 mai 2022
Douloureuses nuances de gris
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2022 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous