Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Tu as un toit, toi?

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 4 mars 2024

Un souper entre amis.

Il y avait longtemps qu'on ne s'était pas vus! C'est fou comme il faut geler des espaces-temps dans l'agenda pour que quelque chose finisse par survenir! La vitesse n'épargne personne. Qu'on soit ou non sur le marché du travail.

C'est un miroir, les soupers entre amis, je trouve!

Un miroir qui vient refléter le vécu de chacun. On échange de nos nouvelles. On se demande où on en est. On rit beaucoup. Ça sert à ça aussi, les soupers! Et comme nous étions dans un groupe d'âge homogène, le miroir n'était pas très déformant : après la vérification des signes vitaux (lire état de santé général!), la question vient rapidement : « pensez-vous à la retraite? »

C'est un peu comique de constater à quel point les enjeux ont changé au fil des ans : les enfants à venir, les enfants qui grandissent, la carrière, tout cela est tassé des discussions. Les vieux parlent de la retraite à venir! De leur progéniture aussi, évidemment, mais surtout de la notion de retraite qui est à géométrie bien variable!

Et à travers ces discussions, évidemment, on jase maison. On parle de soi, bien sûr, mais aussi de toit!

Un premier constat s'impose. Comme une évidence qui saute aux yeux : l'explosion récente des prix fait en sorte qu'on n'aurait pas les moyens de racheter notre propre maison aujourd'hui!

Spécial, quand même!

Si c'est intéressant au niveau de l'équité générée sur la valeur de notre maison, il faut voir que tout autour a explosé : les coûts de construction, d'achat de terrain, de location d'appartements, etc.

Je me suis alors dit que c'était la même chose pour mes parents, sûrement! Tout est mathématique, en lien avec les revenus annuels et tout ça.

Pas tant, selon mon petit univers personnel.

La maison familiale de mon enfance a coûté environ 15 000 $ en 1965. Au décès de papa, une quarantaine d'années plus tard, voilà qu'elle s'est vendue environ 120 000 $. Une bonne hausse, mais étalée sur quatre décennies.

Puis, pas même 20 ans plus tard, la même se vendrait aujourd'hui au moins 350 000 $.

C'est énorme.

En 1960, le salaire moyen au Québec était de 3 679 $ annuellement. La maison a donc coûté 4 fois plus que le salaire annuel moyen.

En 2005, le salaire moyen est à 41 000 $. À 120 000 $, la maison a donc coûté 3 fois plus cher que le revenu moyen annuel.

En 2021, le revenu moyen est à 51 000 $. À 350 000$, la maison est presque 7 fois plus chère que le revenu annuel moyen. *

On peut discuter les chiffres et tout, mais la hausse est immense!

Une inquiétude vive

On faisait l'exercice l'autre jour : un voisin vend son bungalow de briques des années 1965/70 pour  460 000$. On se disait : « Ok. Disons qu'on est des parents à l'aise. On donne 75 000 $ pour la mise de fonds. Disons aussi que nos enfants (exceptionnels, évidemment!), ont réussi par je ne sais trop quel subterfuge, à placer 75 000 $ pour l'achat de la maison. Il reste quand même une hypothèque de 300 000 $ ! Ouch! »

Le souper a été un succès. Ça fait du bien de se revoir, de se jaser, d'échanger et de rire un bon coup!

Mais les futurs retraités que nous sommes n'arrivent pas à se consoler complètement du fait qu'ils ont été chanceux dans leur parcours. On pense à celles et ceux qui suivent.

Et on est inquiets.

L'affaire, c'est que le toit, c'est la base de la stabilité des humains en société. Pas nécessaire d'être propriétaire, j'en conviens, mais un logement à 1 200$ et plus par mois, c'est énorme!

Après le souper...  

Ma réflexion s'est poursuivie bien au-delà du souper.

D'urgence, il faut prioriser la place de l'habitation dans notre société. Je comprends les propriétaires de logements de chercher à maximiser la rentabilité de chaque pied carré. On ne peut les blâmer, ce sont les règles du jeu économique.

Il faut donc développer ailleurs et autrement. Les coopératives sont une option assez extraordinaire. Les logements sociaux aussi. Il y a aussi ce projet du Gouvernement du Québec de solliciter les fabricants de maisons préusinées pour construire et vendre des logements de qualité à bon prix. Un peu comme le modèle des « maisons de vétérans » de l'après-Deuxième Guerre.

La clé, pour que ces modèles fonctionnent? Éviter les modèles économiques où la spéculation monétaire est la priorité.

Ça part de là...

 

Clin d'œil de la semaine

Le pont est fait pour passer d'une rive à l'autre. Pas pour servir de toit aux citoyens...

 

*source: Statistiques Canada   



  A LIRE AUSSI ...

La peur, l’agacement, l’émerveillement

Lundi le 15 avril 2024
La peur, l’agacement, l’émerveillement
Les petits bonheurs

Lundi le 8 avril 2024
Les petits bonheurs
Une minute de réflexion. Surtout pas plus…

Lundi le 25 mars 2024
Une minute de réflexion. Surtout pas plus…
NOS RECOMMANDATIONS
La nouvelle place publique au centre-ville de Sherbrooke portera le nom de place Kassiwi

Mercredi le 10 avril 2024
La nouvelle place publique au centre-ville de Sherbrooke portera le nom de place Kassiwi
Arrestation pour quatre introductions par effraction et un vol qualifié à Sherbrooke

Mercredi le 10 avril 2024
Arrestation pour quatre introductions par effraction et un vol qualifié à Sherbrooke
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke

Lundi le 15 avril 2024
Une dame blessée et quatre chiens décédés dans un incendie à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 15 avril 2024
La peur, l’agacement, l’émerveillement

inscription infolettre 600
Décès de Marc Poulin : la Ville de Magog met son drapeau en berne Par Julie Meese Mercredi, 10 avril 2024
Décès de Marc Poulin : la Ville de Magog met son drapeau en berne
Une somme record pour le Souper gastronomique de la Fondation du CHUS Par Julie Meese Jeudi, 11 avril 2024
Une somme record pour le Souper gastronomique de la Fondation du CHUS
Une forêt unique à Orford pour célébrer la vie Par Julie Meese Mardi, 9 avril 2024
Une forêt unique à Orford pour célébrer la vie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous