Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Tout ça au coin de la rue

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 18 avril 2022      

L'ordinaire se vit de façon ordinaire. L'extraordinaire se raconte, se discute, se partage... Il se fabule, des fois, aussi. L'ordinaire, après tout, n'est que la base de notre quotidien. D'ailleurs, pour décrire les tâches ménagères courantes, nos grands-mères disaient faire "leur ordinaire", dans bien des familles.

L'ordinaire est ordinaire. Mais il parle, des fois! En fait, il parle tout le temps, mais il est trop ordinaire pour être écouté.

Vendredi dernier. Saint pour les uns, férié pour d'autres, ordinaire pour bon nombre. Je circule dans les rues de Sherbrooke. Encore une fois, je me passe la réflexion suivante : mais d'où viennent toutes ces voitures, spécifiquement, le vendredi? C'est comme ça chaque semaine. À croire que plusieurs ne sortent que ce jour-là!

J'arrive à un coin de rue. Une de ces intersections où on a eu la brillante idée d'arrêter toute circulation le temps de quelques secondes, pour laisser passer les piétons en ligne droite ou même, en diagonale de l'intersection. Je parle de "brillante idée" sans sarcasme. Je trouve ça brillant.

Il y a ce monsieur. Visiblement âgé. Il se déplace assez lentement. Il traîne un petit chariot dans lequel ses emplettes se trouvent. Il traverse l'intersection en diagonale. Rendu au centre, il semble constater qu'il lui reste moins que la moitié du temps alloué pour franchir la moitié du parcours. Il pousse la machine à fond. Ses jambes n'avancent pas beaucoup plus vite, mais son visage se crispe.

De ma voiture, je ne vois pas le temps alloué pour traverser. Mais comme je marche souvent dans ma ville, je sais, entre autres, qu'on a réussi à convaincre les autorités à ajouter des secondes de précieux temps pour franchir l'intersection en diagonale au coin Jacques-Cartier et King. Le temps calculé pour traverser en ligne droite ne suffisait pas à franchir la distance en diagonale. Une hypoténuse oubliée en chemin, j'imagine.

Je reviens au monsieur. Il est nerveux. Ça se voit dans son regard. Je ne sais pas qui il est. Je ne sais rien de sa condition. Riche, pauvre, démuni, retraité? Peu importe. C'est un citoyen qui marche. Et qui voit l'intersection comme une épreuve sur sa route.

Il est nerveux parce qu'il sait bien que les gens qui attendent, toutes directions confondues, sont importants! Celui-là tape nerveusement sur son volant. « J'arriverai jamais, baptême... »  L'autre est déjà sur le nerf parce qu'elle croit que la limite de vitesse sur Portland devrait être à 70 km/h : « Y a pas d'vie, l'bonhomme! » Une autre encore voit son voisin de voie s'impatienter et semble inquiète pour le monsieur qui traverse.

Au coin de la rue, pour plusieurs, à ce moment précis, la seule chose qui existe, c'est cette longueur d'attente absolument interminable (là, je deviens sarcastique!) au feu rouge.

Je prends alors la pleine mesure du combat quotidien de la quête de ce précieux temps qui passe. Je sens la nervosité de certaines et certains. Je sens la peur dans le regard du monsieur.

Et je me dis que nous sommes fous. Un peu, à tout le moins.

Je fais aujourd'hui la proposition d'ajouter 10 secondes d'arrêt supplémentaire. Au mois 5! Mais voilà, on n'a pas idée du tollé que pareil temps d'arrêt provoquerait. Un traumatisme irréparable dans le système nerveux des automobilistes, les rois de la route!

« Oh! Mon roi, j'accélère le plus possible le rythme des pas de mon vieux corps pour satisfaire ton extraordinaire besoin de performer! »               

Sachez-le, je suis prêt à en découdre sur un point : si la cadence de notre vie ne balance pas avec le nombre de secondes contenues dans une journée, c'est qu'il faut ajuster notre vie. Pas bousculer celle des autres pour un combat qui est perdu d'avance.

Dans notre monde de performance, chaque seconde gagnée en est une à combler.

La performance a horreur du vide. Et ne se rassasie jamais.

 

Clin d'œil de la semaine

La performance déforme : 10 secondes deviennent 10 minutes, une fois dopées par nos perceptions... 

Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...

La banque…alimentaire

Lundi le 20 février 2023      
La banque…alimentaire
Toute notre vie au coin de la rue

Lundi le 27 février 2023      
Toute notre vie au coin de la rue
Jeux, comme dans jouer

Lundi le 13 mars 2023      
Jeux, comme dans jouer
NOS RECOMMANDATIONS
"Fait en Estrie": Remises Gagnon

Jeudi le 16 mars 2023      
"Fait en Estrie": Remises Gagnon
Camping Watopeka: la Ville de Windsor doit renoncer à la vente du terrain

Jeudi le 16 mars 2023      
Camping Watopeka: la Ville de Windsor doit renoncer à la vente du terrain
Solange Rodrigue devient la nouvelle directrice générale de la Fondation Rock-Guertin

Mercredi le 15 mars 2023      
Solange Rodrigue devient la nouvelle directrice générale de la Fondation Rock-Guertin
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
 
François Fouquet
Lundi, 20 mars 2023
La Castafiore ou l’insoutenable bruit

Deux policiers de Magog ont posé un geste héroïque Par Daniel Campeau Jeudi, 16 mars 2023
Deux policiers de Magog ont posé un geste héroïque
L’abeille solitaire Par Les Jardins Pollinies Jeudi, 16 mars 2023
L’abeille solitaire
La Ville de Richmond modernise ses lampadaires Par Julie Meese Mardi, 14 mars 2023
La Ville de Richmond modernise ses lampadaires
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2023 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous