Granada_Virginie_fortin
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
En Estrie Concours Calendrier Annonces Classées
 
  CHRONIQUEURS / Environnement

Notre empreinte carbone : à éliminer absolument

 Imprimer   Envoyer 
Yves Nantel Par Yves Nantel
Vendredi le 7 janvier 2022      

Il y a différentes manières de calculer l'empreinte carbone. Devant l'ampleur des désastres en cours et à venir, il est nécessaire de les comprendre autant à l‘échelle individuelle que nationale et internationale afin de juger de la progression vers la carboneutralité.

Suivre la trajectoire de ces empreintes nous permettra de juger de l'efficacité des plans d'action appliqués à tous les niveaux. Analysons ici l'empreinte du mode de vie, l'empreinte par territoires, l'empreinte d'extraction d'énergies fossiles et l'empreinte par produits.

L'empreinte du mode de vie 

Chaque individu, chaque famille consomme. On s'alimente, on se loge, on s'habille, on se déplace, on prend des loisirs, on communique et on pollue. Nos modes de vie commandent l'utilisation d'énergies, la production de biens et services et la disposition de ceux-ci en fin de vie. Ces activités entraînent des émissions de GES néfastes pour la planète. 

L'empreinte sera plus ou moins grande selon nos moyens financiers et selon nos valeurs, nos besoins ou nos désirs. Si je vis dans une maison cossue tout équipée et que je possède en plus un chalet ou une maison de campagne, mon empreinte sera plus forte que si je suis locataire vivant dans une grande ville, évidemment. Si la famille possède plusieurs autos ou des VUS, la planète réagira différemment que si elle voyage en velo et qu'elle utilise des autos de partage. Mon steak, mon voyage au Mexique en avion, mon abonnement aux médias de communication, etc. sont autant de variables qui conditionnent notre empreinte carbone. 

L'empreinte de territoires ou de pays

Cette empreinte résulte du calcul de l'ensemble des émissions de GES générées par les activités économiques à l'intérieur d'un pays. C'est par cette méthode que les pays calculent leur empreinte et présentent leur rapport au secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). C'est ce calcul qui est utilisé lors des COP. Elle se mesure en millions de tonnes de CO2

Mais ce calcul est considéré comme restrictif et ne présentant pas adéquatement la situation. En effet, avec l'accélération de la mondialisation de l'économie, les pays davantage développés ont délocalisé de grands pans de leur production vers des pays moins développés. Ils ont par le fait même exporté une partie de leurs émissions de GES vers ces pays. On devrait donc imputer les émissions de GES aux pays qui achètent ces produits. 

Afin de pallier cet effet, il faudrait incorporer aux émissions territoriales de chaque pays celles résultant de la production de biens achetée à l'extérieur du pays donc les importations et soustraire celles liées aux exportations. Cette méthode de calcul se réalise déjà mais n'est pas généralisée ni acceptée à l'international. 

L'empreinte d'extraction d'énergies fossiles 

Le CO2, provenant très principalement des combustibles fossiles que sont le charbon, le pétrole et le gaz, compte pour plus de 70 % de la totalité des GES de la planète. 

En cessant de produire du pétrole au Canada, par exemple, on arrête les émissions de CO2 provenant de son exploitation mais aussi de sa transformation et de sa consommation dans tous les pays qui en importent. Suivre l'évolution de l'extraction des énergies fossiles est donc une autre façon de juger la progression vers la carboneutralité. 

Une vingtaine de pays producteurs sont particulièrement concernés puisqu'ils comptabilisent plus de 80 % des émissions mondiales de CO2 liées aux énergies fossiles. Ces pays auront à opérer des reconversions économiques et sociales davantage complexes à cause de cette dépendance. 

Si la Chine possède la plus grande empreinte d'extraction d'énergies fossiles au monde dû à son exploitation et sa consommation de charbon, le Canada, particulièrement l'Alberta, est loin d'être en reste avec la cinquième position à cause de son exploitation des sables bitumineux. 

L'empreinte par produits par l'analyse du cycle de vie 

On peut aussi quantifier l'empreinte par produits : on parle ici de l'analyse du cycle de vie (ACV). Cette analyse sert à circonscrire l'ensemble de l'empreinte carbone d'un produit : autant lors de l'extraction de la matière première, lors de sa production et que lors de sa consommation.

 Elle sera utile pour aider les entreprises à mesurer leur empreinte afin de planifier leur décarbonisation et, à nous consommateurs, pour faire des choix éclairés de consommation.

S'approprier ces outils de mesure 

Ces différentes mesures de l'empreinte carbone ne s'additionnent pas mais nous permettent de la comprendre sous différents angles. C'est donc important pour les pouvoirs publics, les entreprises, les organisations de défense de l'environnement et nous citoyens. 

À titre d'exemple, l'empreinte d'extraction d'énergies fossiles nous amènent à comprendre l'utilité de la taxe carbone, de son renchérissement graduel et de son application généralisée et uniformisée au niveau international. Sa mesure, prise annuellement, devrait mettre en évidence son évolution et permettre de rectifier le tir au besoin. 

La mesure de l'empreinte du mode de vie servira à confronter les pays en regard des capacités de la planète. Par exemple, elle nous dit, qu'en 2019, si tous les citoyens du monde vivaient comme ceux du Canada, il faudrait les ressources de 4,8 planètes Terre pour atteindre le même style de vie. Nous sommes ici dans le top dix des pays les plus gloutons. Pas besoin de mentionner que pour respecter les ressources d'une seule planète Terre, nous devrons modifier grandement nos modes de vie. 

Ces mesures sont des outils indispensables dans la lutte aux changements climatiques; il faut se les approprier.

Animatout
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...

Un médaillé du Gouverneur général à Windsor

Mardi le 24 mai 2022      
Un médaillé du Gouverneur général à Windsor
STEBUC : Sushi Taxi, où l’on déguste avec tous les sens

Jeudi le 19 mai 2022      
STEBUC : Sushi Taxi, où l’on déguste avec tous les sens
Plus de 67 000 $ amassés lors de la Campagne du Pain Partagé

Jeudi le 19 mai 2022      
Plus de 67 000 $ amassés lors de la Campagne du Pain Partagé
Golf Longchamp_2022
NOS RECOMMANDATIONS
Suite au concert Gloire à l'Ukraine, un premier geste d’entraide

Mardi le 17 mai 2022      
Suite au concert Gloire à l'Ukraine, un premier geste d’entraide
GoRecycle, une solution au recyclage à l’Écocentre Rose-Cohen

Mardi le 17 mai 2022      
GoRecycle, une solution au recyclage à l’Écocentre Rose-Cohen
Les points de vue de Martin Petit

Mardi le 17 mai 2022      
Les points de vue de Martin Petit
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Perfomance_NC
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 25 mai 2022
Les guerres d’Évelyne

François Fouquet
Mardi, 24 mai 2022
Avant et après : supercherie et piège

Performance_NC_2
Réinventer le Québec par nos villes… Par Daniel Nadeau Mercredi, 18 mai 2022
Réinventer le Québec par nos villes…
Modifications des conditions de travail : la prudence est de mise Par Me Karine Jobin Jeudi, 19 mai 2022
Modifications des conditions de travail : la prudence est de mise
La Régie de Police Memphrémagog remet 1931$ à la Maison des Jeunes Par Daniel Campeau Mardi, 17 mai 2022
La Régie de Police Memphrémagog remet 1931$ à la Maison des Jeunes
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2022 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous