Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

La fête des pairs?

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 17 juin 2024

Le ciel est plein bleu à Sherbrooke, pour paraphraser Ferland dans Je reviens chez nous. Ou grand bleu, comme dirait une amie Suisse...

Bref, il fait beau, pour reprendre l'expression populaire qui concrétise notre habitude à tout diviser en deux, sans autres nuances; il fait ou il fait pas beau. Point.

Fête des Pères, je disais.

Cet anniversaire arrive derrière la fête des Mères en importance relative. Ça ne fait pas tinter de clochette émotive en moi, avoué-je. Bien heureux du coup de fil de mes fils, bien sûr, mais pas de quoi fouetter un chat si rien n'est organisé. Je regrette presque ma dernière phrase! De nos jours, je pourrais être fouetté juste pour l'utilisation bien anodine de l'expression fouetter un chat. Très contemporain, comme réaction : on serait d'accord à fouetter celui qui fouetterait un chat. Nous ne vivons pas dans une époque particulièrement conséquente.

Mais, bon. J'y reviendrai bien dans une autre chronique. Pour le moment, bonne fête à tous les pères! Sincèrement. Sans arrière-pensée. Juste de même!

Ce n'est pas une anecdote, être père, après tout! Ça vient avec son lot de doutes, de gestes maladroits, de questions embêtantes... Tout ça dans un univers où les avis des spécialistes pullulent et où les jugements de valeur non fondés inondent les réseaux sociaux.

Il y a plein de statuts et de balados qui disent comment faire pour être un bon parent. Il y en a encore plus pour dénoncer vertement ceux qu'on ne considère pas comme de bons parents...

Dans un monde où les ressources semblent nombreuses, disons que les ressources utiles se font rares.

En plus, des couches de considérations viennent aussi changer la dynamique de la parentalité. La moitié des cellules familiales (comme si la famille était une prison!) se retrouvent avec un papa et une maman qui ne vivent plus ensemble. L'harmonie est alors à géométrie particulièrement variable, évidemment. 

Même dans les situations où la bonne foi règne et où les conditions gagnantes sont parfaitement alignées, il y a des ajustements perpétuels.

L'autorité parentale

L'image du père pourvoyeur qui ne s'implique auprès des siens que pour assurer la discipline et ramener de l'argent pour manger a, heureusement, beaucoup évolué.

Le papa compréhensif, proche de ses émotions, attentif, joueur, accompagnateur et quoi encore, cherche souvent la bonne manière de faire les choses. En plus, une fois sur deux, il doit tenir compte d'un autre visage dont le rôle est parfois ingrat : le beau-papa. Même quand tout le monde est de bonne foi, le beau-papa aussi cherche à dessiner son parc, veut définir son rôle, ses limites.

Si on nage dans la mauvaise foi, c'est autre chose. La mauvaise foi, ça ne se gère pas. Pour que les choses fonctionnent, il faut d'abord de la bonne foi, alors...    

Pour l'enfant, jeune, ado ou adulte, il y a aussi des défis. Le très pratique « t'es pas mon père » peut s'accorder très bien avec « le chum de maman, lui, y veut! », au gré de l'endroit où se trouve l'enfant. 

Pas simple, tout ça.

C'est devenu une sorte de cliché à la mode, mais on dit que ça prend tout un village pour élever un enfant.

Dans ce contexte, le village, c'est souvent la famille dite recomposée. La condition de base pour que le village évolue bien est simple : la communication. Plus simple à dire qu'à faire, je concède.

Si on peut s'attendre, lors d'une séparation, que les enfants auront des réactions d'enfants, il va alors de soi que les adultes agissent en adultes... 

En ce matin de fête des Pères, je pense à tous ces papas et beaux-papas qui souhaitent seulement que la vie de tout le monde de leur petit village soit heureuse, enfants compris, évidemment. Je pense à vos réflexions, à vos actions, à vos préoccupations. Je salue aussi les très nombreuses situations familiales harmonieuses dans lesquelles les valeurs communes dépassent les visions trop personnelles.

Les enfants sont influencés par des adultes significatifs autour d'eux. Quoi qu'on en dise, quoi qu'on en pense, on ne choisira pas pour eux ce qui va les marquer. En bien ou en mal.

Alors, c'est en pensant à tous ces enfants qui prennent leurs repères dans ce qu'ils observent que je dis : bonne fête des pairs!

 

Clin d'oeil de la semaine

Force est d'admettre que père et mère ne viennent plus en paire, alors que des pairs s'invitent dans le décor...


  A LIRE AUSSI ...

La chanson au-delà de la diffusion techno…

Mardi le 25 juin 2024
La chanson au-delà de la diffusion techno…
« Mathématiquement, tu vas bien? »

Lundi le 8 juillet 2024
« Mathématiquement, tu vas bien? »
Nourrir la bête

Lundi le 15 juillet 2024
Nourrir la bête
NOS RECOMMANDATIONS
Une ville sans gouvernail…

Mercredi le 17 juillet 2024
Une ville sans gouvernail…
Roue de Fortune fait un millionnaire à Sherbrooke

Mardi le 16 juillet 2024
Roue de Fortune fait un millionnaire à Sherbrooke
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke

Mercredi le 17 juillet 2024
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 15 juillet 2024
Nourrir la bête

Pleins d'activités gratuites cet été en Estrie Par François Lafleur Jeudi, 18 juillet 2024
Pleins d'activités gratuites cet été en Estrie
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke Par François Lafleur Mercredi, 17 juillet 2024
Un piéton de 71 ans frappé par un véhicule sur la rue King Ouest à Sherbrooke
Chocolat Lamontagne : La relève familiale assume la direction Par François Lafleur Mercredi, 17 juillet 2024
Chocolat Lamontagne : La relève familiale assume la direction
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous