NetRevolution_internetillimité
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
En Estrie Concours Chroniqueurs Annonces Classées
 
  CHRONIQUEURS / Environnement

NOTRE SORT EST ENTRE LEURS MAINS (partie 2)

 Imprimer   Envoyer 
Yves Nantel Par Yves Nantel
Samedi le 2 octobre 2021      

La 26e réunion (COP 26) des 195 pays de l'ONU ayant adhéré à la Convention-cadre des Nations unies sur l'évolution du climat (CCNUCC), qui se tiendra du 1 au 12 novembre prochain en Écosse, doit dégager les consensus nécessaires sur les conditions optimales de lutte aux changements climatiques.

Il s'agira d'opérationnaliser les objectifs climatiques suivants : a) réduire les émissions de GES de 45 % d'ici 2030 b) atteindre la carboneutralité d'ici 2050 et c) stabiliser la température mondiale à 1,5 ℃ d'ici la fin du siècle. Et de s'assurer que chaque pays s'y engage résolument.

Beaucoup d'écueils à ce jour

Depuis l'Accord de Paris en 2015, les réunions annuelles pour décider des priorités, des mesures de contrôle et de leur application ont globalement échoué. Malgré la morosité, aucun pays à part les États-Unis de Donald Trump, n'a quitté le navire de la CCNUCC. Aujourd'hui, la réintégration à l'Accord par le nouveau président Joe Biden ressuscite les espoirs.

Depuis sa création, le GIEC a produit six grands rapports. Des milliers de scientifiques de différents pays ont co-signé ou corroboré les conclusions : le temps presse, il faut agir de façon unifiée et mondialement. À continuer sans correctifs majeurs, nous nous acheminons vers des températures de près de 4 ℃ à la fin du siècle.

En revanche, deux éléments plaident en faveur des nouveaux engagements : a) l'ampleur de plus en plus manifeste des conséquences désastreuses du réchauffement climatique sur les peuples de la terre et b) la mobilisation civile qui s'élargit chaque jour en faveur de l'action gouvernementale pour contenir le réchauffement. En ce sens, de plus en plus de pays prennent des engagements de réaliser la carboneutralité d'ici 2050 et des cibles intermédiaires visant son atteinte.

Il reste bien des « passagers clandestins » qui, selon Christian de Perthuis dans Le Tic-tac de l'horloge climatique, sont « embarqués dans une croisière dont ils refusent de payer le ticket et qui minent l'accord de l'intérieur ». Il identifiait alors les chefs d'État climatosceptiques affichés de l'Australie, de l'Arabie saoudite, du Brésil, de la Russie et de la Turquie.

En juin, la Russie a annoncé la construction de la plus grande entreprise au monde de liquéfaction de gaz naturel en Sibérie. Elle s'équipe de brise-glaces nucléaires pour circuler dans l'Arctique. Au début de septembre, l'Australie a publicisé son refus de se fixer un objectif de carboneutralité ainsi que son intention de continuer d'extraire son charbon. C'est comme un pied de nez à l'Accord de Paris.

Les décisions de Glasgow seront-elles à la hauteur des défis ?

La première question sur la table sera sûrement celle de décider si les cibles de réduction adoptées à Paris sont suffisantes pour atteindre la carboneutralité en 2050. De nouvelles études pointent vers la nécessité de réductions plus radicales. De plus, l'analyse récente des plans de réduction de 113 pays indique que nous sommes toujours sur la voie d'un réchauffement catastrophique de 2,7 ℃ d'ici la fin du siècle.

Au sortir de la COP 25 à Madrid en novembre 2019, plusieurs points de discorde n'ont pas pu être résolus. Ils concernent particulièrement :

1-      Les engagements de réduction de GES que chaque pays doit présenter à la conférence dans quelques semaines sont-ils crédibles ? Une des difficultés est de s'entendre sur des mesures strictes et indépendantes de calcul des émissions de GES. Par exemple, le Brésil refuse qu'on vienne lui dire comment calculer les émissions de GES à la suite de sa politique de déboisement de la forêt amazonienne.

2-      Une reddition de comptes crédible et efficace. Doit-on se fier aux seuls rapports des pays ou exiger la vérification par des inspecteurs internationaux ? La reddition permet-elle de vérifier annuellement la diminution des émissions de GES ? Aussi, c'est ici qu'entre en ligne de compte la surveillance des « passagers clandestins ».

3-      L'application du principe de justice réparatrice (pollueur/payeur) aux émetteurs de GES jusqu'à l'atteinte de la carboneutralité d'ici 2050. Comment appliquer la tarification carbone de façon équitable à l'échelle de la planète ? Devons-nous demander les mêmes efforts de réduction aux pays qui ont profité allègrement des énergies fossiles pour se développer qu'aux pays sous-développés?

4-      L'assistance financière aux pays en développement qui leur permettrait d'assurer la transition écologique. Un Fonds vert pour le climat a bien été créé avec des engagements à la hauteur totale de 100 milliards $ par année, mais plusieurs pays s'y étant engagés ne versent pas leur dû, que faire ? Quelle reddition de compte doit-on demander aux pays récipiendaires ?

5-      Le risque que les mesures proposées augmentent les inégalités dans le monde. Peut-on obliger des pays moins développés déjà en manque d'énergie électrique propre d'abandonner leurs centrales au charbon, par exemple, sans leur offrir d'alternatives ?

6-      Un autre aspect à tenir compte, c'est d'éviter que les mesures n'entrainent des émissions inattendues. On parle, entre autres, d'exportation des productions polluantes vers les pays en développement par les grandes entreprises.

À ces défis s'ajoute un défi de procédure démocratique : lors de la conférence internationale, les décisions doivent se prendre au consensus de tous les pays et, de plus, toutes ces décisions doivent être entérinées par les législatures de chaque pays. Adopté en 1997, il aura fallu 7 ans avant que les pays entérinent le Protocole de Kyoto.

Capituler devant la force de la nature

Souhaitons tout le courage nécessaire à nos décideurs à Glasgow. Ils ne doivent pas oublier que le climat n'a que faire de leurs tergiversations. Il agit implacablement et refuse toutes négociations. La diplomatie, ne connait pas. Les excuses, il s'en fout. Il nous faut capituler devant la force de la nature.


Yves Nantel

Octobre 2021


CONCOURS - Fête des Vendanges
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...

Comment installer un abri auto

Lundi le 15 août 2022      
Comment installer un abri auto
Usagers du système de santé, vous avez des droits

Jeudi le 11 août 2022      
Usagers du système de santé, vous avez des droits
Lancement de la Campagne de financement de la 58e finale des Jeux du Québec à Sherbrooke

Jeudi le 11 août 2022      
Lancement de la Campagne de financement de la 58e finale des Jeux du Québec à Sherbrooke
CONCOURS - Fête des Vendanges
NOS RECOMMANDATIONS
Voleurs de boîte à malle !

Jeudi le 11 août 2022      
Voleurs de boîte à malle !
Nous y sommes…

Mercredi le 10 août 2022      
Nous y sommes…
Le pape est parti

Lundi le 8 août 2022      
Le pape est parti
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Perfomance_NC
 
François Fouquet
Lundi, 15 août 2022
En voiture vers le passé

Daniel Nadeau
Mercredi, 10 août 2022
Nous y sommes…

Fête des Vendanges
Allumons la nuit dans le Haut pour célébrer les Perséides ! Par Jeanne Trépanier Lundi, 8 août 2022
Allumons la nuit dans le Haut pour célébrer les Perséides !
Lancement de la Campagne de financement de la 58e finale des Jeux du Québec à Sherbrooke Par Daniel Campeau Jeudi, 11 août 2022
Lancement de la Campagne de financement de la 58e finale des Jeux du Québec à Sherbrooke
3 hommes mettent le feu à un véhicules rue Laurier Par Daniel Campeau Vendredi, 12 août 2022
3 hommes mettent le feu à un véhicules rue Laurier
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2022 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous