Société Arts & culture Sports Chroniqueurs Concours Annonces Classées

  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

L’aveuglement du quotidien

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 27 novembre 2023

Je nous regarde aller comme société et un élément ressort : c'est le quotidien qui mène nos vies. Je veux dire complètement.

Ça peut sembler un peu simpliste comme affirmation.

Pourtant, dans tout le déploiement du calendrier, l'année, les mois et les semaines comptent pour bien peu. Le quotidien retient toute l'attention.

Un jour à la fois, dira celui qui cherche à redéfinir son trajet de vie.   

À chaque jour suffit sa peine, dira celui qui aspirera à une minimale période de repos après un labeur de plusieurs heures.

Bref, on vit au jour le jour, le nez braqué sur le quotidien. Je ne l'avais jamais vu aussi clairement que cette semaine.

Le quotidien qui s'impose par-dessus tout

Tout est réglé par cycle de journées.

Et comment pourrait-il vraiment en être autrement?

Sans trop le réaliser, au fur et à mesure de l'évolution de notre société, la pression a monté. Plusieurs éléments jugés de luxe jadis font partie des besoins de base. La course aux avoirs, la mesure de notre réussite en fonction de ces avoirs, la volonté de toujours mieux se loger, de mieux rouler carrosse, d'avoir en main tout ce que la technologie propose, tout ça contribue à bâtir un modèle sous haute pression financière.

Et les couples ont des enfants. Pour qui on souhaite le meilleur, bien sûr. Et, maintenant, c'est simple : le meilleur s'exprime et se mesure par des avoirs et des accès à des sports, des loisirs et des activités qui viennent ajouter à la pression financière familiale.

Les couples doivent donc travailler à temps plein, tous les deux, pour y arriver.

Pour le reste, on rame!

Le dimanche qui j'ai connu comme une oasis de paix dans la semaine est devenu une journée de rattrapage et de préparation des quotidiens à venir...

Jusque-là, on y arrivait tant bien que mal.

Surtout quand les taux d'intérêts étaient au plancher.

Là, non seulement ces taux plafonnent, mais voilà que les coûts reliés à l'accès à un logis et l'accès à la nourriture ont littéralement explosé! Dans ces deux derniers cas, rien à voir avec la moyenne de l'indice des prix à la consommation.

Ça, ce sont les effets directs. Il y en a des moins directs, mais tout aussi importants!

Je réalise que toute notre perspective des éléments de l'actualité est faite en fonction du quotidien. Au fil de plusieurs discussions cette semaine, ça m'a frappé.

Par exemple, je dénonçais l'impatience des automobilistes devenue répandue dans les rues de la ville. « Oui, mais faut que tu comprennes que les travaux brisent l'horaire! C'est pas simple. Moi, je peux comprendre l'impatience! »

On aura beau expliquer la pertinence des travaux, dire que des améliorations seront enregistrées ensuite, rien n'y fait. C'est aujourd'hui qui compte.

La grève générale des employés de l'État est difficile sur le quotidien de tout le monde.

Est-ce qu'on se demande où est donc allée la fameuse promesse du gouvernement pour une négociation basée sur une ouverture de discussion jamais vue au Québec et faite longtemps à l'avance?

Non. On regarde l'entrave de notre quotidien et on se dit qu'il faut qu'ils retournent travailler vite. Le reste, ça ne nous regarde pas.

Le quotidien qui nous mène

Le danger du jour le jour (et les dirigeants et stratèges le savent très bien!), c'est la déconnexion complète avec la perspective que cela occasionne.

Et je ne blâme personne, croyez-moi!

Quiconque a vu des parents gérer la quotidienne équation du travail, de la garderie, des rendez-vous et des tâches familiales sait très bien qu'il reste bien peu de temps éveillé dans une journée pour faire la part des choses!

Ce type de pression quotidienne devient un piège quand on ne peut plus évaluer les impacts des gestes qu'on pose maintenant.

« On fait ça aujourd'hui. Pour le reste, on verra ben... »

 

Clin d'œil de la semaine

Le rêve n'est plus de dire : « un jour, je me reposerai pour vrai! ». C'est devenu : « Pour vrai, j'aimerais me reposer, un jour. Juste un jour! »



  A LIRE AUSSI ...

Le train qui passe et celui qu’on manque

Lundi le 26 février 2024
Le train qui passe et celui qu’on manque
Une simple photo. Ou inutile nostalgie?

Lundi le 5 février 2024
Une simple photo. Ou inutile nostalgie?
Quand l’égo se remet en question

Lundi le 19 février 2024
Quand l’égo se remet en question
NOS RECOMMANDATIONS
Prédateur sexuel de nouveau arrêté à Sherbrooke par la Sûreté du Québec

Vendredi le 23 février 2024
Prédateur sexuel de nouveau arrêté à Sherbrooke par la Sûreté du Québec
Les finalistes du Gala Reconnaissance Estrie 2024 sont dévoilés !

Vendredi le 23 février 2024
Les finalistes du Gala Reconnaissance Estrie 2024 sont dévoilés !
Québec verse 200 000 $ à 5 médias communautaires de l’Estrie

Mercredi le 21 février 2024
Québec verse 200 000 $ à 5 médias communautaires de l’Estrie
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

 
François Fouquet
Lundi, 26 février 2024
Le train qui passe et celui qu’on manque

Le Club de golf des Écossais ouvert un 27 février, du jamais vu en Estrie Par Daniel Campeau Mardi, 27 février 2024
Le Club de golf des Écossais ouvert un 27 février, du jamais vu en Estrie
La programmation de la Place des Jeux du Québec est dévoilée! Par Julie Meese Jeudi, 22 février 2024
La programmation de la Place des Jeux du Québec est dévoilée!
Québec verse 200 000 $ à 5 médias communautaires de l’Estrie Par Julie Meese Mercredi, 21 février 2024
Québec verse 200 000 $ à 5 médias communautaires de l’Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2024 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous