RYTHME_RETOUR_2103
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 10 avril
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
RYTHME_RAT_2103
ACTUALITÉS / Estrie
Maxime Grondin Par Maxime Grondin

Vendredi, 5 février 2021

Un autre projet pour le REVE Nourricier de Sherbrooke



 Imprimer   Envoyer 

Un nouveau projet de volontariat vient de débuter à Sherbrooke au sein du réseau REVE Nourricier (Réseau d'espaces verts éducatif et nourricier). Le mandat consiste à élaborer un guide de greffage végétal qui sera utilisé par l'organisme et, éventuellement, aux citoyens prenant part à des projets en agriculture urbaine.

Ainsi, de janvier à avril, Christopher Brulotte, le volontaire impliqué auprès de l'organisme de Sherbrooke, effectuera une revue bibliographique concernant le greffage. Cette technique en est une de multiplication qui consiste à mettre en étroite union deux végétaux pour augmenter le potentiel de production. Lorsque ce sera fait, il s'attaquera à la structure du document afin d'en faire la rédaction.

« C'est un guide détaillé qui sera utilisé à l'interne. J'ai un grand intérêt au niveau de la greffe végétale et ça répondait aux besoins de l'organisme », soutient Christopher Brulotte.

Pour ce dernier, son aventure avec le REVE constitue une première expérience de volontariat. Il s'agit des passions communes qu'ils partagent avec les fondateurs de l'organisation qui l'ont incité à s'engager. Étant au sein de celui-ci depuis mars 2020, il avait un projet en développement avec l'Université de Sherbrooke. Il a toutefois été mis en suspens en raison de la pandémie. Christopher s'est donc tourné vers son idée de réaliser un guide expliquant la technique de greffage. 

« C'est vraiment l'aménagement des espaces verts et de contribuer à notre environnement direct qui m'a poussé à m'impliquer. De plus, c'est difficile de trouver un organisme qui détient les mêmes valeurs que nous », indique-t-il.

Le REVE

Fondé en septembre 2019, l'entreprise sociale REVE Nourricier vise la sécurisation du filet social par le biais de l'alimentation grâce à l'agriculture urbaine. Les valeurs d'engagement, d'éducation et de santé demeurent essentielles pour l'organisation.

Technique de greffage végétal

« C'est important d'inclure des gens dans le projet. On veut faire un changement de paradigme dans la société en amenant plus d'espace vert dans la communauté », mentionne la co-fondatrice du REVE Nourricier, Gabrielle Rondeau-Leclaire. 

En plus du projet de greffage végétal, l'entreprise en compte quelques-uns faits avec des partenaires, dont deux jardins communautaires. Tout d'abord, il y a le verger de permaculture qui se trouve sur le campus de l'Université de Sherbrooke, la toute première initiative avancée par REVE Nourricier en 2019. Il y a également l'espace vert établi à la résidence Marie-Moisan qui permet la production de légumes à cet endroit.

Québec Volontaire

Selon les dires de la co-fondatrice du REVE, ce projet n'aurait pas eu lieu sans la participation du programme parapublic Les Offices jeunesses internationaux du Québec (LOJIQ). Ayant déjà collaboré par le passé, il s'agit de la troisième initiative qui est soutenue par cet organisme par l'entremise de son programme Québec Volontaire qui a vu le jour il y a deux ans. Selon la co-fondatrice du REVE, il s'agit d'une façon de d'appuyer les personnes qui s'engagent dans l'organisme et de donner un sens plus complet à ce qu'ils font.

« Ça vient du cœur, d'une espèce d'étincelle. Ça peut être difficile de trouver le moyen de s'impliquer dans un projet, mais LOJIQ permet vraiment de soutenir l'engagement des personnes qui ont une passion, qui ont un projet et la motivation de contribuer au mouvement. Il donne un soutien qui n'est pas négligeable », souligne Mme Rondeau-Leclaire.

Québec Volontaire s'adresse aux jeunes adultes âgés de 18 à 35 ans qui souhaitent approfondir leurs compétences citoyennes à travers un projet d'intérêt collectif. Il apporte un encadrement qui permet aux personnes impliquées de respecter le nombre d'heures consacré. Afin de répondre aux nouveaux enjeux liés à la COVID-19, ce programme s'adapte pour permettre temporairement la réalisation de projets virtuels, à distance ou en contexte local.

Ainsi, les individus offrent entre 15 h à 30 h par semaine à l'initiative. Ceux-ci peuvent compter sur une compensation financière de la part de l'organisme étant donné que le projet demeure demandant du point de vue temporel.

« Habituellement, il s'agit d'un montant de 350 $ par semaine, mais avec la pandémie, on a décidé de moduler cela selon les heures faites », explique Marianne Archambault-Laliberté, chargée de projets à LOJIQ.

D'ailleurs, la situation liée à la COVID-19 amène un certain manque de bénévoles au sein d'organismes communautaires. Étant des personnes qui comportent plus de risque en cas d'infection du virus, puisqu'elles sont retraitées, plusieurs se sont retirés de celui-ci. 

« On avait même un projet en développement avec le Groupe Probex, mais on a dû l'annuler par manque de bénévoles », se désole Mme Archambault-Laliberté.

Elle ajoute que le REVE Nourricier a fait connaître Québec Volontaire au sein de Sherbrooke. L'organisme aimerait d'ailleurs développer d'autres projets dans la région de l'Estrie afin d'aider des jeunes à trouver quelque chose auquel s'accrocher. 



Écoloboutique avril 21
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Sherbrooke aura dix vélos électriques en libre-service cet été

Sherbrooke aura dix vélos électriques en libre-service cet été
244 millions pour les routes de l’Estrie

244 millions pour les routes de l’Estrie
Café William Spartivento 2103
NOS RECOMMANDATIONS
Retour du festival gourmand Sherbrooke t’en bouche un coin

Retour du festival gourmand Sherbrooke t’en bouche un coin
Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés

Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique avril 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
MSSS COVID-19 phase 12 avril 21
 
Yves Nantel
Samedi, 10 avril 2021
LES 3 R, TU APPLIQUERAS

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 8 avril 2021
Notre histoire en archives : Derrière le rideau du photomaton

Daniel Nadeau
Mercredi, 7 avril 2021
Les pissous de François Legault

François Fouquet
Mardi, 6 avril 2021
Le printemps, Vivaldi et les refrains

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Le printemps, Vivaldi et les refrains Par François Fouquet Mardi, 6 avril 2021
Le printemps, Vivaldi et les refrains
Notre histoire en archives : Derrière le rideau du photomaton Par Archives nationales du Québec à Sherbrooke Jeudi, 8 avril 2021
Notre histoire en archives : Derrière le rideau du photomaton
Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés Par Maxime Grondin Mardi, 6 avril 2021
Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut