magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Rassemblements: surveillance accrue du SPS
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 25 juillet 2016

Votre fils a besoin de lunettes



 Imprimer   Envoyer 

Les yeux de l'enfant découvrent ce monde qui l'entoure. Un monde assez merveilleux quand on regarde plus qu'on ne voit. L'enfant est petit. Il apprend à flatter les fleurs plutôt que de les arracher. En fait, il apprend que sa petite main peut arracher ou flatter. Il apprend que son pied peut le faire avancer, tout comme il peut écraser bien des trucs autour. Il apprend que si on tape sur son prochain, il y aura des conséquences à son geste.

Sans qu'il le sache (comment aurait-il pu savoir?), ce monde qu'il trouvait déjà beau était en fait flou. Il l'a compris quand on lui a fait porter des lunettes vers l'âge de 6 ans.

Je me souviens bien de ce jour-là. Ouaip, l'enfant de cette chronique, c'est moi.

Comme tous les autres enfants, j'ai été gavé des milliers d'images et des sons appartenant au monde qui m'entourait. Pour les sons, ça allait. Les images, disons que le focus ne s'est pas fait tout seul. Mais quand le focus a été ajusté, wow, je venais d'entrer dans une autre dimension. Complètement. Tout devenait clair.

Encadré par un entourage aimant et attentionné, j'ai appris, souvent à mes dépens, qu'on ne peut pas tout dire ce qu'on pense. Qu'un mot peut faire tellement de bien et tellement de mal, selon le contexte. Mes parents étaient là, tout près, pour m'expliquer des choses importantes de la vie. Que crier après quelqu'un ne mène à rien. Que d'insulter les gens, ce n'est pas bien. Que mentir n'est pas bien non plus.

Par diverses leçons de vie plus ou moins intenses, j'ai appris à faire la part des choses. À coups d'essai et à coups d'erreur. Chanceux, j'avais des parents et des proches pour me signifier que certaines choses ne se font pas. Et que d'autres se font et devraient se faire encore plus! J'ai appris que le fait de faire de son mieux est la clé de tout. Parce que faire de son mieux implique un investissement personnel, implique des choix, implique une réflexion.

J'ai fait mon petit bonhomme de chemin. Essayant de respecter ce qui m'entourait en me servant des paramètres reçus.

L'apprentissage. Tout est là.

Enfin, ça devrait...

Puis, avant même que mes parents réalisent qu'ils avaient vieilli, je suis devenu jeune adulte. Parfois, j'ai écrasé des pieds en faisant mes premiers pas dans le monde des grands. Je me suis excusé, parfois. Parfois, aussi, peut-être par manque de courage, j'ai simplement regretté un geste et je me suis promis de faire autrement la prochaine fois. Non seulement je flatte toujours les fleurs, mais j'ai saisi comment on les fait pousser.

On m'a dit que je devais maintenant me faire une place dans le monde des grands. Le monde des libertés, de la vie selon ses choix. La vraie affaire, quoi!

J'ai 55 ans. Ce n'est pas tant. En fait, je ne les sens pas vraiment. Et le chiffre n'a aucune importance à mes yeux. Je crois que je me perçois comme si je n'avais pas mes lunettes! Je n'ai pas l'impression d'avoir vieilli.

Mais bon, tout cela n'est qu'apparence.

Ce que mes parents ont fait pour moi, j'ai essayé de le faire pour mes enfants. Comme l'immense majorité des parents que je connais.

La question est là : qu'est-ce qui est arrivé pour que tous les principes enseignés ne tiennent plus la route une fois rendus adultes? Une fois rendus dans le monde public et organisé? Pourquoi accepte-t-on aussi facilement le mensonge, la tromperie, la fraude? Comment ça se fait que la phrase « t'sais, c'est de même depuis des lunes, ça changera pas de sitôt... », nous convainc que tout est beau, tout est normal ?

Comment un être abject comme Donald Trump peut-il faire en sorte que sa fille déclare que son papa est un être de compassion pour qui l'égalité homme/femme est importante alors qu'il crache des insultes et insanités à plein micro depuis des années? Il est où notre souci de la vérité quand le tissu de mensonges de Trump est en train d'abrier des milliers d'Américains?

Il est où notre sens de l'honneur quand on s'aperçoit que le sport amateur est corrompu par des professionnels de la victoire à tout prix? Je devrais croire Vladimir Poutine quand il me dit qu'il est dégoûté de ce que certains athlètes olympiques russes ont fait dans le dossier du dopage alors que toutes les preuves pointent vers un système de dopage étatisé?

Nous naviguons sur une mer troublée par la tromperie, le mensonge, le pouvoir, l'appât du gain. Et les vagues sont hautes. Et la mer ne semble pas vouloir se calmer au loin.

Pas de lunettes, mon monde est flou. Il y a des jours où, avec mes lunettes, je le trouve nettement déprimant...

Clin d'œil de la semaine
L'apprentissage devrait faire de nous des apprentis sages...


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le coup de poing du gros bon sens

Le coup de poing du gros bon sens
Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part

Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
La STS passe à son horaire d'été

La STS passe à son horaire d'été
L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques

L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sherb_achat_local_2020
 
Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Il faut soutenir nos aînés esseulés Jeudi, 26 mars 2020
Il faut soutenir nos aînés esseulés
Un policier serait atteint du coronavirus Jeudi, 26 mars 2020
Un policier serait atteint du coronavirus
Le SANC bien présent pour les immigrants en ces temps incertains Par Anita Lessard Jeudi, 26 mars 2020
Le SANC bien présent pour les immigrants en ces temps incertains
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous