RC Covid19 0320
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  La ville de Sherbrooke ferme ses écocentres
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
VEF Mars 2020
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 14 mars 2016

Revenir en arrière



 Imprimer   Envoyer 

En jouant avec la manette du téléviseur, à la recherche de quelque chose qui capterait mon attention, je suis tombé sur la chaîne Prise 2. On y présente toutes sortes de vieilles affaires et, comme je m'affaire à vieillir un peu plus chaque jour, je réalise que j'ai une perspective pas pire des années télé passées.

Par exemple, je suis tombé sur mon premier fantasme féminin, Jinny.

Mais là n'est pas le point de cette chronique.

C'est plutôt du film Retour vers le Futur dont je veux parler.

Ces films devenus culte nous font voyager dans le temps dans un cadre presque crédible, ce qui ajoute au plaisir de s'inventer une épopée.

Je me suis arrêté deux minutes, le temps d'un ou deux sourires et je me suis mis en quête de quelque chose d'autre.

Et je suis tombé sur Donald Trump. Sourire confiant, il galvanisait ses troupes avec des textes, ma foi, hallucinants. Puis, il a lâché, comme ça, un cri du cœur qui a fait éclater la joie des milliers de personnes agglutinées près du lutrin : « Let's make Amercia great again! »

Faisons en sorte que l'Amérique redevienne grandiose à nouveau, en traduction très libre...

À ce moment précis, je me suis posé la question : « est-ce qu'on peut revenir en arrière? »

Dans les films, oui. Mais dans la vie? Celle dans laquelle nous évoluons.

Il me semble que c'est là l'idéologie conservatrice quand elle n'est plus progressiste. Harper rêvait d'un monde où chacun est armé pour sa sécurité, que chacun va à l'église le dimanche et que chaque famille peut compter sur une petite maman qui veille sur ses oisillons tendrement, rassurée par la poigne ferme de son homme qui saura trouver les solutions à tout problème.

Trump fait pareil.

En fait, on invoque le passé et la douceur que ce passé représente dans le cadre épuré de nos souvenirs.

La "great America" dont Trump parle, c'est une Amérique très autosuffisante, toute-puissante et qui a pris une ampleur incroyable après la Deuxième Guerre mondiale. C'était une Amérique tournée sur elle-même, nombriliste à faire pousser des drapeaux partout, plus orgueilleuse que fière.

Mais le temps a fait son œuvre. Les gens se déplacent maintenant plus facilement. Les frontières sont ouvertes. Pour retourner à cette Amérique qui semblait tellement parfaite (toujours vue par la lorgnette des souvenirs), il faudrait bâtir des murs aux frontières et régionaliser Internet et fermer les aéroports le plus possible.

C'est de l'utopie, de toute façon. Même si on faisait tout cela, on ne retournerait pas dans le temps béni invoqué. Nous sommes ailleurs. Nous avons avancé.

Comme le système économique nord-Américain boite, il est facile de jouer sur cette corde sensible du « doux souvenir d'hier » et de laisser croire qu'on peut revenir où on était avant. Je comprends l'engouement pour le personnage.

Mais l'homme est dangereux.

Dangereux comme quiconque fait croire qu'en échange d'une petite croix sur un bulletin de vote, il deviendra le sauveur qui ramènera hier sur le calendrier d'aujourd'hui.

Et qui fait croire qu'il peut mater tout ce qu'il jugera bon de mater pour arriver à ce bonheur fictif. Ce bonheur passé. Ce passé qui devient lustré lorsque la polisseuse des souvenirs fait son œuvre.

Clin d'œil de la semaine
Pour moi, le Grand Orange, c'est Rusty Staub. Le Gros Orange, c'est la mascotte. Trump, c'est un bon nom pour une mascotte...


Recup Estrie
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Principes et valeurs : j’ai une question, votre honneur!

Principes et valeurs : j’ai une question, votre honneur!
Le coup de poing du gros bon sens

Le coup de poing du gros bon sens
Recup Estrie mars20
NOS RECOMMANDATIONS
Encourager? Non. Investir dans nos commerces

Encourager? Non. Investir dans nos commerces
La ville de Sherbrooke adopte des mesures d'aide pour ses citoyens

La ville de Sherbrooke adopte des mesures d'aide pour ses citoyens
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

HS Mars 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
BdT 17 mars 20
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 25 mars 2020
L’occasion fait le larron…

Isabelle Simoneau
Mardi, 24 mars 2020
De la musique pour garder le moral

François Fouquet
Lundi, 23 mars 2020
Quand l’opinion ne tient plus

Alexis Jacques
Dimanche, 22 mars 2020
À 4789 km

Nathalie Larocque
Samedi, 21 mars 2020
Poursuivre les apprentissages à la maison

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
COVID-19: Consignes et directives du Gouvernement du Québec Lundi, 23 mars 2020
COVID-19: Consignes et directives du Gouvernement du Québec
Un policier serait atteint du coronavirus Jeudi, 26 mars 2020
Un policier serait atteint du coronavirus
La liste des services essentiels à Sherbrooke Mercredi, 25 mars 2020
La liste des services essentiels à Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous