Théâtre des employés du CHUS
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-6°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Hyundai Sherbrooke - novembre 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Sarah Pomar Chiquette Par Sarah Pomar Chiquette
spomarchiquette@estrieplus.com

Mardi, 3 février 2015

Guérir complètement d’un trouble alimentaire



 Imprimer   Envoyer 

Il est possible de guérir à 100 % d'un trouble alimentaire, indique Éric Lavoie, pédiatre et fondateur de la Clinique des troubles alimentaires du CHUS.

Un jeune qui s'engage dans un suivi sérieux et qui travaille ses points de vulnérabilité et de fragilité peut sans aucun doute régler son trouble alimentaire.

Or les troubles alimentaires peuvent devenir chroniques lorsque les patients ont une réticence à travailler sur leurs points de faiblesse.

Une ligne difficile à tracer

Le pédiatre de la Clinique du CHUS explique qu'il est difficile de déterminer à quel moment précis une personne souffre de troubles alimentaires. De fait, lorsque le rapport avec la nourriture devient obsessionnel ceci peut affecter les activités quotidiennes à un point tel que la personne devient dysfonctionnelle.

Le Dr. Lavoie présente à cet effet deux cas de figure pour illustrer la subtilité des troubles alimentaires :

« Imaginons une jeune femme de 25 ans qui sort un vendredi soir avec des amies au restaurant, qui consomme de l'alcool, qui prend un repas copieux et un généreux morceau de gâteau. Elle pourrait sortir du restaurant et dire à ses amis qu'elle a trop mangé et qu'elle prévoit faire attention à ce qu'elle va manger cette fin de semaine. Finalement, le samedi et le dimanche elle mange normalement, elle oublie qu'elle a beaucoup mangé vendredi. Cette personne n'a probablement pas de trouble alimentaire », soutient-il.

« La jeune fille qui souffre d'un trouble alimentaire va sortir avec ses amis le vendredi soir, va manger et va se sentir coupable à la sortie du restaurant d'avoir trop mangé. Dans son cas, les comportements compensatoires vont apparaître : elle ne mangera plus de la fin de semaine, elle va courir pour tenter de brûler les calories en trop et elle ne sera pas bien jusqu'au moment où elle aura l'impression d'avoir évacué complètement son souper du vendredi soir. Cette personne a un trouble alimentaire parce que ses pensées se traduisent par des comportements », poursuit-il.

Ainsi, les deux jeunes femmes peuvent avoir la même pensée, soit celle qu'elles ont trop mangé. Or la première ne va pas en faire une obsession, alors que dans le deuxième cas de figure, la jeune femme va modifier son comportement et son bien-être sera assujetti au nombre de calories ingérées.

Activités à venir à Sherbrooke

Dans le cadre de la Semaine nationale des troubles alimentaires, deux événements sont organisés à la ville de Sherbrooke.

Le 3 février, Arrimage Estrie en partenariat avec l'ANEB invitent les citoyens à échanger sur les thèmes des tabous et des préjugés entourant les troubles alimentaires à compter de 19 h au 6 rue Wellington Sud.

Le 5 février, une conférence sur les troubles alimentaires sera présentée à 19 h, à la Bibliothèque Éva-Senécal (salle 3), afin de démystifier la problématique et d'informer et d'outiller les proches sur l'attitude et les comportements à adopter envers une personne vivant avec un trouble alimentaire.

Pour de plus amples informations sur les activités, rendez-vous à l'adresse suivante : semainetroublesalimentaires.com

Crédit photo: Arrimage Estrie


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Opération Boules de Noël : une 16e édition lancée

Opération Boules de Noël : une 16e édition lancée
Tentative de meurtre pour une histoire de séparation

Tentative de meurtre pour une histoire de séparation
NOS RECOMMANDATIONS
Quoi faire ce week-end!

Quoi faire ce week-end!
Six questions à Normand Pelletier (groupe Rebound)

Six questions à Normand Pelletier (groupe Rebound)
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Coopérative Funéraire de l'Estrie
 
Tourisme Cantons-de-l'Est
Vendredi, 17 novembre 2017
Des produits de beauté d’ici

Fontaine Panneton Joncas Bourassa & Associés
Jeudi, 16 novembre 2017
Dol, vice caché et copropriété

Bedon & bout'chou
Jeudi, 16 novembre 2017
La magie de l’éveil musical

Alexandre Dagenais
Jeudi, 16 novembre 2017
Récoltes terminées: au tour du bilan de fin de saison

Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 16 novembre 2017
Changer ? Oui, tu as le droit !

Marianne Therriault
Mercredi, 15 novembre 2017
Une inspiration signée Lady Gaga

William Lafleur
Mercredi, 15 novembre 2017
Un hiver sans tapis roulant

Laura Basque
Mardi, 14 novembre 2017
Le combat des librairies indépendantes

Léandre Lachance
Mardi, 14 novembre 2017
Attention au chemin de non-retour

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 8 novembre 2017
Domino's Pizza
Tentative de meurtre : un Sherbrookois entre la vie et la mort Par Cynthia Dubé Mardi, 14 novembre 2017
Tentative de meurtre : un Sherbrookois entre la vie et la mort
Attention au stationnement de nuit dès mercredi Par Cynthia Dubé Lundi, 13 novembre 2017
Attention au stationnement de nuit dès mercredi
Percée majeure contre le cancer de la prostate Par Vincent Lambert Jeudi, 16 novembre 2017
Percée majeure contre le cancer de la prostate
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous