Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 4 août
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 14 septembre 2015

Les pieds sur la bavette du poêle



 Imprimer   Envoyer 

L'expression m'est chère. J'aime quand les mots deviennent des images. Quand ils dessinent, à grands coups de lettres pourtant peu créatives en elles-mêmes, des scènes vivantes et modifiables au gré des contextes.

Vous, moi, la très grande majorité d'entre nous, finalement, nous sommes des pachas. Notre vie se déroule comme si on avait les pieds sur la bavette du poêle. Tout autour de nous, le confort est installé. Jamais autant que chez le voisin, c'est sûr, mais quand même. Non seulement on ne manque de rien, mais on baigne dans un luxe qu'on n'apprécie plus.

Un exemple. Les téléviseurs conventionnels. Vous savez, ceux qui étaient lourds et profonds, avec un écran de 27 pouces? Je ne vous parle pas d'antiquités d'il y a trente ans, non, reculez de 10 ans à peine et il y en avait partout. Aujourd'hui, disparus, ces écrans préhistoriques. On en rit maintenant.

En moins de temps qu'il en faut pour venir à bout d'un emprunt pour une voiture neuve, voilà que tout le parc de téléviseurs était changé autour de nous. Les écrans de 40 pouces sont maintenant petits!

« Ben, j'avais pas le choix... la technologie était rendue là... »

Je sais. Je comprends. Et tout. Mais quand on arrive à parler comme ça, on a les deux pieds dans la misère des riches. Faut quand même le réaliser...

Les pieds sur la bavette du poêle.

Oui, oui, je sais, vous vous dites, comme moi : « oui, mais on travaille tellement fort pour avoir tout ce qu'on a, on le mérite! »

Le mérite...

À partir du moment où on insère le mot mérite, c'est le mécanisme de défense de notre conscience personnelle qui s'enclenche.

Je suis né dans un environnement où les denrées sont en abondance? Ça se peut. Où la guerre ne fait pas partie de mon quotidien? Ça se peut. Où on imprime de l'argent, quand on en manque, pour ne pas déstabiliser un système monétaire qui fait foi de tout et qui nous permet de nous approvisionner 100 fois plus que nos besoins? Ça se peut aussi.

Tout ça se peut. Mais attention, je travaille fort, dans une semaine. Mon stress est élevé. Je mérite bien ces compensations, non?

Je le répète, on a les pieds sur la bavette du poêle, confortablement blottis dans un univers douillet, savourant les compensations de notre réussite personnelle.

Vous en êtes, j'en suis, nous en sommes.

Et, tranquillement, au fil des jours, on se convainc que tout ça est mérité. Que les autres, dans le monde, n'ont qu'à faire comme nous autres (mais chez eux, par exemple) et on sera tous égaux.

Une pincée de pensée magique, avec ça?

Au fond de nous, on sait fort bien que notre exploitation éhontée des ressources planétaires crée un déséquilibre qui sera mortel un jour. Mais comme ce jour sera vraisemblablement hors de notre vie à nous, pourquoi s'en faire tant? Pourquoi s'empêcher de profiter de ce luxe qu'on mérite, de toute façon?

On retirera nos pieds de la bavette du poêle quand celui-ci cessera d'émettre de la chaleur.

D'ici là, les scientifiques auront bien trouvé quelque chose pour réparer tout ça.

Clin d'œil de la semaine

Ce que j'ai, je le mérite. Le reste m'irrite...

Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
La ferme, on est dimanche! (2)

La ferme, on est dimanche! (2)
L’amitié non industrialisée

L’amitié non industrialisée
Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
NOS RECOMMANDATIONS
Un achalandage qui inquiète à la rivière aux Cerises

Un achalandage qui inquiète à la rivière aux Cerises
Six projets pour améliorer l’attraction de population dans le Haut-Saint-François

Six projets pour améliorer l’attraction de population dans le Haut-Saint-François
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 août 2021
Les Jeux olympiques au féminin

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste

François Fouquet
Lundi, 2 août 2021
Entre trois… et divague!

Me Michel Joncas
Jeudi, 29 juillet 2021
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Un corps brûlé confondu avec un mannequin à Sherbrooke Par Maxime Grondin Jeudi, 29 juillet 2021
Un corps brûlé confondu avec un mannequin à Sherbrooke
Consommation d’alcool : les Estriens plus enclins à prendre le volant Par Maxime Grondin Jeudi, 29 juillet 2021
Consommation d’alcool : les Estriens plus enclins à prendre le volant
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste Par Archives nationales du Québec à Sherbrooke Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous