Zoo de Granby juin 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 4 août
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 18 décembre 2017

Rappel amical : vous êtes deux semaines en retard…



 Imprimer   Envoyer 

Ben oui, ben oui je le sais. Je le sens!

Rappel amical, rappel amical... c'est ben beau un rappel, mais ça ne m'aide pas beaucoup !

Mes paiements, ça va. Je suis à temps. De toute façon, plus besoin de se donner des repères dans le mois, mes créanciers sont branchés par intraveineuse sur mon compte de caisse. Il ne me reste qu'à me concentrer sur le fait d'y pomper régulièrement de l'argent.

Deux semaines en retard...

Ce n'est pas la bibliothèque municipale non plus. J'emprunte mes livres de façon numérique sur une liseuse, le plus souvent. Par je ne sais quel phénomène, quelque chose survient le jour prévu de la fin de mon emprunt. Même si je verrouille ma porte en partant travailler, je reviens le soir et le livre a disparu de ma liseuse. Aucune trace d'effraction.

C'est sur mon année que je suis en retard. En retard d'environ deux semaines sur le calendrier, en fait. Lui, le calendrier, il m'énerve. Résolument précis dans sa façon d'égrainer les jours, il n'a aucune émotion. Il ne comprend pas, lui, que ça se peut que j'aie besoin de plus de temps. Je sais pourquoi il est comme ça. On se laisse influencer par nos amis, c'est connu. Eh, bien, lui, il n'en a qu'une, sa voisine sur le mur, l'horloge. Petite maudite minutieuse, elle est tellement plus pointilleuse que le calendrier! Il égraine les jours, elle, elle sursaute chaque seconde !

Immanquablement. Avec la précision d'une horloge...

Mais quand même, il me manque deux semaines.

Un ami gestionnaire me disait de ne pas trop m'en faire. On parle de 3,84% de retard alors que les indicateurs reconnus tolèrent jusqu'à 5% avant de sonner l'alarme.

Je veux bien, mais, ces deux semaines, elles sont allées où?

Autrement dit: ben voyons qu'on est le 18 décembre ???

C'est fou parce qu'avec tous nos bidules qui nous assurent de vivre la vie en temps réel, je finis par perdre virtuellement deux semaines.

Recours collectif ?

Un autre ami, gestionnaire de plancher, prétend que le problème est, effectivement, au niveau du calendrier. Surtout le calendrier électronique. Plus il est rempli, plus il multiplie les rappels amicaux. Sauf que le calendrier n'a pas besoin d'être rempli à pleine capacité. En fait, il s'en fout. Les conséquences ne sont pas pour lui. Elles sont pour moi. Plus il y a de trucs à l'agenda, plus il y a d'attentes à combler. Plus il y a d'attentes à combler, plus on empiète sur le temps qu'on dit libre.

Le fait est que le temps, c'est le temps. Rien d'autre. Il n'est pas prisonnier. Il n'est pas libre non plus. C'est ce qu'on en fait qui le qualifie. Lui, ne fait que passer.

Bon.

Je ne rattraperai pas ce décalage. Impossible. Le temps est incompressible. Alors, le gestionnaire en moi voit son année finir et se dit qu'il est aussi bien de passer ces deux semaines à la perte maintenant. En passant une écriture au grand livre, il n'en paraîtra rien. Ensuite, je verrai à ne pas renouveler l'erreur dans ma planification stratégique de l'an prochain.

Et je verrai si j'ai une autre écriture à passer l'an prochain...

En attendant, je vais sortir, sans téléphone, et je vais aller arpenter les rues et tenter de retrouver ce plaisir simple de m'imprégner des reflets lumineux de toutes ces décorations qui annoncent le temps des Fêtes.

Temps des Fêtes qu'il serait poche de laisser passer sans en profiter...

Clin d'œil de la semaine

La vitesse peut rendre fou. Bon temps de l'année pour se rappeler que perdre la boule n'est pas utile...


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
L’amitié non industrialisée

L’amitié non industrialisée
Entre trois… et divague!

Entre trois… et divague!
Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
NOS RECOMMANDATIONS
Consommation d’alcool : les Estriens plus enclins à prendre le volant

Consommation d’alcool : les Estriens plus enclins à prendre le volant
Un achalandage qui inquiète à la rivière aux Cerises

Un achalandage qui inquiète à la rivière aux Cerises
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Geneviève Hébert députée juillet 2020
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 août 2021
Les Jeux olympiques au féminin

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste

François Fouquet
Lundi, 2 août 2021
Entre trois… et divague!

Me Michel Joncas
Jeudi, 29 juillet 2021
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Bilan COVID-19 du 3 août Par Maxime Grondin Mardi, 3 août 2021
Bilan COVID-19 du 3 août
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste Par Archives nationales du Québec à Sherbrooke Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste
Un achalandage qui inquiète à la rivière aux Cerises Par Maxime Grondin Mercredi, 28 juillet 2021
Un achalandage qui inquiète à la rivière aux Cerises
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous