magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 19 octobre 2015

Vivre là, maintenant



 Imprimer   Envoyer 

Il y a de ces remarques dont on se souvient plus que d'autres. Je devais avoir
18 ans. Âge majeur s'il en est un. Âge où on entre officiellement dans la cour de ces adultes dont on conteste les façons de faire depuis quelques années.

Allez savoir pourquoi, j'avais cette habitude de me projeter dans le temps en me disant, souvent, que quand j'allais avoir une auto, quand j'allais avoir un meilleur travail, quand j'allais vivre en appartement, bref, que quand ces éléments surviendraient, je serais heureux.

La remarque était venue de ma mère : « Pour toi, c'est toujours pareil. Plus tard, ça ira mieux! »

Sur le coup, je me disais « ben... oui!!! » comme si c'était une évidence.

Je ne comprenais pas trop qu'elle ne comprenne pas. Mais bon, elle était plus vieille, l'éclatante vérité qui illuminait mes jours de nouveau citoyen majeur n'était plus à sa portée, j'imagine.

Je repensais à ça cette semaine. Et je me disais que tout est maintenant bâti autour de cette idée que « quand j'aurai ceci, quand cela arrivera, quand les choses changeront, ça ira mieux ». Et aller mieux, c'est simplement l'idée que quand « ce sera survenu », je pourrai jouir du moment, être heureux.

C'est vrai en consommation. Quand j'aurai ma nouvelle voiture, quand j'aurai mes nouveaux électros, quand j'aurai une télé aussi grande que la glace du Centre Bell pour regarder le hockey, bref, quand tout cela arrivera, enfin, je serai heureux. Je profiterai du moment.

C'est vrai au boulot. Quand j'occuperai tel poste, quand mon patron quittera, quand, quand, quand... À ce moment, après le dernier quand, je serai heureux et je saurai profiter du moment.

Et comme le monde évolue, on a réussi à trouver une application de cette façon de ne pas vivre le moment présent par le biais de nos communications modernes. Maintenant, la préoccupation première qui nous anime, c'est de photographier ou filmer chaque moment fort de la vie de façon à le faire vivre à d'autres et, ultimement, à en vivre l'intensité avec d'autres en disant « tchèque, moi, j'étais
là! » T'étais là sans y être complètement, occupé à triper avec ton téléphone plutôt qu'avec ton voisin...

Des fois, je me dis qu'on inonde les médias sociaux pour tenter de convaincre tout le monde (incluant soi-même), qu'on vit vraiment le moment présent.

Et comme on veut rester branché sur le monde actuel, on est constamment en ligne. Histoire de ne rien manquer de la vie de tout le monde. Quitte à manquer quelque chose juste à côté.

Ou bien j'ai tout faux. C'est ça, j'ai tout faux et la vraie vie, c'est celle-là, celle qui nous permet de vivre par procuration tous les moments de la vie de tout le monde! La vie virtuelle qui projette des couleurs plus vraies que nature, plus claires que le jour, plus éclatantes que la réalité. Peut-être que le monde meilleur est sur écran, finalement. En hyper-super-haute-définition!

C'est fou, mais voici : on se rend sur d'autres planètes, mais on conserve et entretient cette difficulté à maîtriser l'importance du temps qui passe. Du moment présent.

Clin d'œil de la semaine

Les chiros, physios et autres ont de quoi fêter! On leur livre la première génération qui aura vécu la tête penchée et les yeux rivés sur un écran...


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Grand complot, croyances et COVID-19

Grand complot, croyances et COVID-19
Quand l’opinion ne tient plus

Quand l’opinion ne tient plus
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

Un monde de découvertes au bout de nos doigts
La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures

La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sherb_achat_local_2020
 
Pierre-Olivier Pinard
Mardi, 7 avril 2020
Êtes-vous prêt à avoir la COVID-19? Partie 2

François Fouquet
Lundi, 6 avril 2020
Grand complot, croyances et COVID-19

Claude Hébert
Dimanche, 5 avril 2020
Le temps d’un confinement

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Sherbrooke tissée serrée pour l'achat local Lundi, 30 mars 2020
Sherbrooke tissée serrée pour l'achat local
La Régie de Police de Memphrémagog se veut rassurante Mardi, 31 mars 2020
La Régie de Police de Memphrémagog se veut rassurante
Un monde de découvertes au bout de nos doigts Par Isabelle Simoneau Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous