Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-0°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Radioactif - sept 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mardi, 8 décembre 2015

Un projet de maison de soins palliatifs pour tous



 Imprimer   Envoyer 

« La SLA, c'est une véritable condamnation à mort. J'aurais été prêt à aider mon père à mourir », affirme Patrick Mahony. C'est cette expérience qui le pousse à lancer un projet de maison de soins palliatifs pour tous et qui permettrait l'aide médicale à mourir.

Le père de Patrick Mahony est décédé en 2008 de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Selon Patrick, que tous les patients en fin de vie puissent être accueillis dans un centre de soins palliatifs est un besoin réel dans la région.

« Sans porter de tort à la Maison Aube-Lumière, celle-ci ne se concentre que sur les patients en fin de vie atteints d'un cancer, souligne-t-il. Ceux qui souffrent de maladies neurodégénératives, comme mon père à l'époque, sont en reste. Il n'y a rien. Le projet veut accueillir tous ceux qui sont en fin de vie, y compris ceux atteints du cancer. Et il y aura cette possibilité de demander l'aide médicale à mourir. »

À ce stade, l'idée de Patrick Mahony est encore au stade embryonnaire. Il entend toutefois rencontrer les personnes qui ont manifesté un vif intérêt envers son projet depuis sa sortie publique de la semaine dernière. Il est de ceux très déçus de voir l'application de la Loi 2 repoussée de six mois.

« J'ai participé à la consultation sur le projet de loi sur l'aide médicale à mourir, explique Patrick. Cette loi 2, qui fait consensus et dont le Québec veut l'application, est suspendue parce que le gouvernement fédéral s'est trouvé un juge qui a accepté sa demande d'extension de six mois, et c'est décevant. Même la Cour suprême a donné son feu vert! En même temps, ça fait partie des embûches à surmonter. »

Depuis qu'il a lancé son idée, M. Mahony a reçu des offres de gens, en provenance des quatre coins du Québec, prêts à s'investir et à travailler dans cette future maison de soins palliatifs.

« Financement, philanthropie, administrations, personnel médical, presque tous les domaines pourraient être couverts avec les offres de services que j'ai reçue depuis la semaine dernière. La réponse des gens est hyper positive! On entend rarement parler ceux qui sont pour quelque chose, on entend bien souvent les réfractaires. Mais avec tous ceux qui se sont manifestés, mon projet répondrait à un besoin réel et il prouve que comme société, on est rendus là. »

De toutes ces manifestations, aucune n'est venue du CIUSSS de l'Estrie, sauf de personnel médical qui veut travailler dans la future maison de soins palliatifs. Patrick Mahony n'est toutefois pas encore rendu à parler avec l'organisme.

« Administrativement, ce sera une tâche titanesque. Il y a plusieurs options envisageables et on prendra le temps de les étudier. On doit aussi trouver des médecins prêts à offrir l'aide médicale à mourir! On devra aussi prendre connaissance de ce à quoi on devra se soumettre. »

Si son projet en est à ses tout débuts, Patrick Mahony est convaincu d'une chose : « Les gens veulent bien vivre et bien mourir aussi. »


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Explosion à Sherbrooke: l’enquête toujours en cours

Explosion à Sherbrooke: l’enquête toujours en cours
Un homme arrêté dans le bunker des Hells à Lennox

Un homme arrêté dans le bunker des Hells à Lennox
NOS RECOMMANDATIONS
Incendie sur la 13e Avenue : 3 personnes transportées au CHUS

Incendie sur la 13e Avenue : 3 personnes transportées au CHUS
Meilleure accessibilité pour la mobilité réduite à Ayer’s Cliff

Meilleure accessibilité pour la mobilité réduite à Ayer’s Cliff
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Domino's Pizza
 
Béatrice Dupont-Chartier
Jeudi, 22 février 2018
L'importance de s'impliquer à l'école

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 22 février 2018
Quelle est la solution à l’incompétence d’un salarié?

Cégep de Sherbrooke
Jeudi, 22 février 2018
Le Cégep de Sherbrooke selon Marie Théorêt

Daniel Nadeau
Mercredi, 21 février 2018
Le legs de Justin

William Lafleur
Mercredi, 21 février 2018
Ne tourne pas les coins ronds, mais assoupli tes attentes

Isabelle Perron
Mercredi, 21 février 2018
Écoute-moi !!!

Léandre Lachance
Mardi, 20 février 2018
La table à cinq pattes

François Fouquet
Lundi, 19 février 2018
Photo des Jeux

Guillaume Rousseau
Lundi, 19 février 2018
Quelques aspects juridiques entourant la question autochtone

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 22 fevrier 2018
Val Estrie Ford - février 2018
Cinq joueurs du Phoenix mettront leur tête à prix Par Vincent Lambert Jeudi, 15 février 2018
Cinq joueurs du Phoenix mettront leur tête à prix
Incendie sur la 13e Avenue : 3 personnes transportées au CHUS Par Cynthia Dubé Vendredi, 16 février 2018
Incendie sur la 13e Avenue : 3 personnes transportées au CHUS
Quelques aspects juridiques entourant la question autochtone Par Guillaume Rousseau Lundi, 19 février 2018
Quelques aspects juridiques entourant la question autochtone
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous