Théâtre des employés du CHUS
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  La mère de Félix Desautels-Poirier remercie tous ceux qui ont envoyé des messages d'encouragement à la famille.
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Radioactif - sept 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Jeudi, 24 septembre 2015

Exclusif : le SHASE fermera ses portes le 25 décembre



 Imprimer   Envoyer 
Évans Bédard, intervenant au SHASE

La réponse est arrivée mardi : dans les coffres du CIUSSS de l'Estrie - CHUS, il n'y a pas d'argent pour les clients d'Évans Bédard. Sans argent, la seule ressource d'aide aux hommes ayant été agressés sexuellement dans l'Est du Québec fermera ses portes à Noël.

Selon le seul intervenant du SHASE (Soutien aux hommes agressés sexuellement durant l'enfance), Évans Bédard, jamais un gouvernement n'a pris de position claire et n'a fournit les moyens aux organismes d'aider les hommes en difficulté. Et ce, toutes couleurs confondues.

La cause n'est pas sexy, mais essentielle à défendre

« On part de loin! Les femmes ont créé des services pour elles il y a une vingtaine d'années, explique M. Bédard quant au financement des services pour femmes. Aujourd'hui, notre démarche est comparable à leurs balbutiements. Notre cause est moins sexy, c'est dérangeant d'entendre dire que des hommes ont été agressés sexuellement. »

Et pourtant, un homme sur six aurait été victime d'une agression sexuelle, le plus souvent alors qu'il était enfant. Au Québec, cela représente 675 000 hommes. À Sherbrooke, 25 000. Ils sont médecins, hommes d'affaires, professeurs, travailleurs de la construction.

« On a notre lieu d'être, c'est bien certain. J'accueille une centaine de clients par année, même parfois 120. Ils font la route de la Gaspésie, de Québec, de Victoriaville, de Drummondville pour une heure de consultation. La seule autre ressource, c'est le CRIFASE, à Montréal. »

De récentes études appuient cette affirmation de l'intervenant.

« Une étude américaine a récemment démontré qu'une agression dans la douceur provoque des lésions au cerveau, explique M. Bédard. C'est carrément un choc post-traumatique. Pour les militaires ou les enfants secoués, on n'a pas de misère à en parler. Ces nouvelles données nous indiquent qu'on doit prendre en charge les victimes, et rapidement. »

Un système public mal outillé pour cette clientèle

Si la fermeture du SHASE se concrétise en décembre, ceux qui bénéficiaient de suivis individuels ou de groupe seront redirigés vers les urgences et l'accueil psychosocial... qui les avaient justement référés à l'organisme.

« Ces gens-là ne sont pas formés et n'ont pas les outils pour accueillir cette clientèle. En plus, c'est un milieu de femmes qui accueillera ces personnes qui parfois, ne savent pas d'où le malaise provient et à qui ils devront raconter leur histoire. »

Entre hommes, le dialogue et l'établissement d'un lien de confiance est peut-être plus facile puisque des tabous sur le concept de masculinité et sur l'image de l'homme invincible qui n'a pas de faiblesses, il y en a encore beaucoup.

Les répercussions d'une agression sont toutefois semblables entre l'homme et la femme. Entre autres, l'image de la personne est grandement affectée.

« Ils se sentent sales, ils ont honte. Le jeu du délinquant pour ne pas se faire prendre, c'est de faire sentir à sa victime qu'elle est participative dans l'acte. C'est une manière de maintenir le silence, de faire accroire que le jeune est responsable de ce qui lui est arrivé, et ça explique en partie le silence des victimes. »

À cela peuvent s'ajouter des comportements excessifs ou compulsifs, une fois les victimes adolescentes ou adultes.

Aucun financement récurrent pour la mission du SHASE

Évans Bédard est bien au fait du contexte actuel de coupures et de difficultés.

« Avoir un filet social, c'est un choix de société et c'est normal que ça coute des sous. Mais les services dispensés au communautaire coûtent beaucoup moins cher que dans le réseau de santé public. On permet même des économies, parce que ces hommes-là ne finissent pas dans le système public sans trop savoir pourquoi ils sont là, avec comme seul indice des éléments flous dans leur mémoire. »

Le SHASE a utilisé tous les moyens à sa disposition pour sauver sa mission. Concrètement, le gouvernement n'avait que 15 000 $ à offrir pour les hommes, soit trois mois de respirateur artificiel.

« Ça fait cinq ans qu'on fait des demandes de financement au PSOC, le Programme de soutien aux organismes communautaires. Notre principale source de financement, nous n'y avons pas accès. Pour réussir à offrir des services, on a dû user de créativité. »

Pour soutenir le SHASE, on peut téléphoner au 819 564-5043, poste 250. Un lien sur la page Facebook de l'organisme permet de faire un don en ligne (Paypal). Des reçus de bienfaisance sont disponibles. 


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Toujours sans nouvelle de Félix

Toujours sans nouvelle de Félix
Tentative de meurtre pour une histoire de séparation

Tentative de meurtre pour une histoire de séparation
NOS RECOMMANDATIONS
Danick Martel saisira sa chance

Danick Martel saisira sa chance
Un hiver sans tapis roulant

Un hiver sans tapis roulant
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Remise Gagnon
 
Daniel Nadeau
Mardi, 21 novembre 2017
Les réflexes du boutiquier

Yves Paquette
Mardi, 21 novembre 2017
Essai routier du Chevrolet Bolt EV 2017

Isabelle Perron
Mardi, 21 novembre 2017
Mon Top 5 des meilleurs cafés à Sherbrooke

APCHQ Estrie
Lundi, 20 novembre 2017
Groupe Concept PV spécialiste en revêtement de cèdre!

François Fouquet
Lundi, 20 novembre 2017
Tous pour… soi

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 20 novembre 2017
Le psychologue scolaire, une ressource clé

Assurance Xpert
Lundi, 20 novembre 2017
L’assurance hypothécaire, c’est quoi exactement?

Tourisme Cantons-de-l'Est
Vendredi, 17 novembre 2017
Des produits de beauté d’ici

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 8 novembre 2017
Tire le coyote
Six questions à Normand Pelletier (groupe Rebound) Par Cynthia Dubé Mercredi, 15 novembre 2017
Six questions à Normand Pelletier (groupe Rebound)
Un homme arrêté et suspecté de trafic de stupéfiants Par Vincent Lambert Vendredi, 17 novembre 2017
Un homme arrêté et suspecté de trafic de stupéfiants
L’immigration, l’épouvantail d’une certaine mouvance nationaliste québécoise Par Daniel Nadeau Mercredi, 15 novembre 2017
L’immigration, l’épouvantail d’une certaine mouvance nationaliste québécoise
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous