magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 6 juin 2016

Quand les valeurs s’expriment



 Imprimer   Envoyer 

Vendredi soir. Il est 19 h. Nous sommes plus de mille personnes réunies sur les terrains de soccer au parc Jacques Cartier de Sherbrooke. Nous allons vivre un moment fort du Relais pour la vie. Près de 200 survivants du cancer vont faire un tour de piste, soit environ 0,6 km. Et tout au long du parcours, ils seront suivis et applaudis.

Ils le méritent bien.

Et je me disais...

Je me disais que ça se peut que les différences s'estompent entre les personnes. Ce soir-là, il y avait des athées et des religieux. Des bleus et des rouges quand la coloration se fait politique. Il y a des jeunes et des vieux. Des travailleurs et des assistés sociaux. Des salariés et des patrons.

Quand on y regarde de près, il y avait assez d'opposés pour alimenter bien des opinions divergentes.

Pourtant, rien.

Rien que des gens solidaires venus saluer le courage ou la mémoire de gens qui ont, un jour, croisé le cancer sur leur route.

Solidaires, je disais. La solidarité, c'est cette valeur qu'on nomme rarement, mais qu'on vit souvent. On la vit en offrant son soutien à un proche, peu importe la situation. On la vit quand on contribue, par un petit geste, à la reconstruction de Lac-Mégantic. On la vit quand on accompagne une personne seule à un rendez-vous.

On la vit, en fait, bien plus souvent qu'on la nomme. Et c'est normal. Une valeur dite ne vaut pas grand-chose. Une valeur appliquée change tout.

Je me disais aussi que le chacun pour soi n'est pas une valeur. Il n'en a pas d'ailleurs, de valeur. Individuellement, on ne peut y arriver. L'Homme moderne a cru que l'argent remplaçait le reste. Comme il a fini par croire que les légumes poussaient chez IGA, que la viande naissait en paquets de styromousse chez Provigo et que le lait était une variante du Pepsi chez Métro.

Le chacun pour soi nous a fait oublier la valeur des choses. La valeur des échanges. La valeur des gens. La valeur des gestes. La première chose qu'on fait, en entrant chez soi, c'est de bien refermer et barrer la porte.

Vendredi, nous étions plus de mille à réaliser que, seuls, on ne fait pas long. Je me disais surtout qu'il est dommage qu'on ait toujours besoin de quelque chose de grave pour mettre en valeur nos capacités.

Vendredi, je me suis même dit aussi que si on s'arrêtait un peu et qu'on écrivait quelques valeurs sur un bout de papier et qu'on se donnait la mission personnelle de vivre en concordance avec ces valeurs, le monde serait changé.

Imaginez qu'on écrive sur une page d'agenda les mots solidarité, engagement et respect sur une feuille. Et qu'on décide que chaque geste qu'on fait doit être en concordance avec ces mots. Imaginez un peu. Ça va faire une méchante journée! Imaginez maintenant que demain, les mêmes mots reviennent. Et imaginez finalement que chaque humain a les mêmes mots dans ses pages d'agenda.

Ouais, je sais, je devais être euphorique un brin, ce soir-là... Ah! Pis, on l'essaie! Pas game?

Clin d'œil de la semaine
Réponse à un Témoin de Jéhovah matinal insistant à la porte : « Ouin, je t'entends bien. Tu sais, je ne suis pas religieux, mais on m'a dit, à l'époque, qu'il fallait s'aimer les uns les autres. J'essaie fort. Mais y a des matins que c'est plus dur... »


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le coup de poing du gros bon sens

Le coup de poing du gros bon sens
Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part

Ce temps d’attente est bien involontaire de notre part
Rythme_avril20
NOS RECOMMANDATIONS
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

Un monde de découvertes au bout de nos doigts
La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures

La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
BdT 17 mars 20
 
Pierre-Olivier Pinard
Mardi, 7 avril 2020
Êtes-vous prêt à avoir la COVID-19? Partie 2

François Fouquet
Lundi, 6 avril 2020
Grand complot, croyances et COVID-19

Claude Hébert
Dimanche, 5 avril 2020
Le temps d’un confinement

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Le CIUSSSE-CHUS ouvre une clinique désignée d'évaluation Jeudi, 2 avril 2020
Le CIUSSSE-CHUS ouvre une clinique désignée d'évaluation
La radio pour rejoindre les communautés culturelles Jeudi, 2 avril 2020
La radio pour rejoindre les communautés culturelles
Un monde perdu, un monde à venir… Par Daniel Nadeau Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous