Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
7°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Ça se passe en Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Coopérative funéraire de l'Estrie 2 et 9 oct 2018
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Mercredi, 9 décembre 2015

Simulation d'une concertation sur l’accueil des réfugiés



 Imprimer   Envoyer 

À l'initiative de leur stagiaire, les élèves de 5e secondaire de l'école Montcalm ont simulé une table de concertation sur l'accueil des réfugiés syriens au Canada dans le cadre de leur cours Monde contemporain. Un exercice intéressant et fort enrichissant à plusieurs niveaux, selon les participants.

Représentant tous des acteurs impliqués dans le processus, les étudiants avaient à prendre position et étayer leur argumentaire en fonction de ce que leur acteur avait déjà affirmé sur la place publique. C'est Pascal Bureau, étudiant de troisième année au baccalauréat en enseignement au secondaire, qui a eu l'idée de simuler une table de concertation sur le sujet des réfugiés.

« C'est tellement d'actualité et ça permet de toucher à plein de sujets, comme les mouvements migratoires. Les élèves ont eu un mois pour se préparer, faire leurs recherches, prendre connaissance de qui ils représentaient, ses intérêts... ils ont réalisé que la question en est une très complexe! »

Les points les plus litigieux mis en lumière
Les premiers ministres canadiens et québécois, les ministères de la Sécurité publique du Canada et du Québec, le ministère des Affaires étrangères, de l'Immigration, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), les villes qui accueilleront les réfugiés, la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées (TCRI) et des regroupements de citoyens pour et contre l'accueil des réfugiés au Canada étaient représentés lors de l'exercice.

Plusieurs point litigieux ont été abordés et même confrontés par les élèves, notamment en ce qui concerne l'espace suffisant pour accueillir les 25 000 personnes censées arriver au pays d'ici les trois prochains mois, d'où proviendrait le financement pour la francisation des Syriens, en plus de soulever les déficiences actuelles du réseau de la santé du Québec et la promesse de prendre en charge tous les nouveaux arrivants.

La question de la sécurité a aussi été soulevée, à laquelle les responsables de la Sécurité publique ont réaffirmé les procédures de vérifications qui seraient réalisées pour chacun des réfugiés.

La beauté de l'exercice est que ces jeunes sont maintenant bien au fait des engagements pris par leurs gouvernements. Gageons qu'ils suivront l'évolution du dossier de très près!

Leurs points de vue personnels
Bien entendu, les élèves ont ensuite pu sortir de leur personnage et s'exprimer librement! Chose intéressante, parmi ceux qui ont exprimé leur point de vue personnel, certains avaient des réticences particulièrement basées sur le manque d'information quant aux réfugiés que le Québec accueillera.

Une étudiante a par ailleurs soulevé le fait qu'il y a beaucoup de désinformation et qu'il existe un grand manque d'information sur le sujet. « Souvent, les gens ont des craintes parce qu'ils ne savent pas et qu'ils n'ont pas fait de recherches », affirme-t-elle.

Une autre est convaincue que bien des personnes ont généralisé les attentats de Paris et poussé l'amalgame musulmans - terrorisme beaucoup trop loin.

De manière générale, les élèves pensent que la crainte que tous les musulmans soient des terroristes est non-fondée. Cependant, plusieurs affirment qu'il est difficile de distinguer le vrai du faux et que les médias ont une part de responsabilité dans la désinformation.

Une des étudiantes est elle-même une réfugiée : « Si le Canada ne m'avait pas accueillie lorsque j'en ai eu de besoin, je ne sais pas où je serais aujourd'hui. Malheureusement, probablement morte... », affirme-t-elle.

Ceux qui étaient déjà en faveur de l'accueil des 25 000 réfugiés syriens ont apprécié connaître les processus décisionnels et les petits caractères des plans des gouvernements. Pour plusieurs, de connaître les différences entres les statuts de réfugié et d'immigrant a été fort intéressant.

Un public expérimenté en accueil des réfugiés
Pauline Ronsmans du Service d'aide aux néo-canadiens (SANC), le lieutenant-colonel Martin Barrette des Forces armées canadiennes et le conseiller municipal Pierre Tardif ont assisté aux échanges entre les différents acteurs.

Si Mme Ronsmans a détaillé les différents rôles du SANC, M. Barrette a profité de l'occasion pour rappeler que les réfugiés sont des personnes qui ont vécu sous l'égide de la terreur dans leur pays d'origine. Ayant servi dans les services médicaux des Forces armées canadiennes, le lieutenant-colonel a été déployé en Bosnie-Herzégovine en 1999 et en Afghanistan en 2004.

« L'exercice que vous avez fait est d'un très haut calibre. Si vous voulez faire encore plus, adressez une lettre à vos élus, à vos médias, en disant : « Nous, les jeunes, sommes pour l'accueil des réfugiés » pour éduquer ceux qui n'ont pas eu la chance de réaliser cette simulation. Rappelez-vous aussi qu'il faut intégrer ces réfugiés... Deviendront-ils des fans du Canadien de Montréal? Iront-ils à la cabane à sucre ce printemps? », soulignait M. Barrette, en rappelant que les petits gestes peuvent faire de grandes différences.

Pierre Tardif a quant à lui affirmé que Sherbrooke est très bien organisée pour l'accueil, notamment grâce à l'expertise du SANC. Avec les années, celui-ci a développé un réseau de ressources solide.

« Sherbrooke est l'une des 13 villes retenues pour accueillir ces gens. Si d'autres villes auront plus de difficultés, ici, on parle d'une centaine de personne de plus que le nombre habituel, a expliqué M. Tardif. D'ailleurs, bien des Sherbrookois ne se rendent même pas compte qu'il arrive près de 400 immigrants à Sherbrooke par année! »


Vieux Clocher Magog 24 sept 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
SAAQ: expérience choc en 3D

SAAQ: expérience choc en 3D
La communauté derrière Èva

La communauté derrière Èva
NOS RECOMMANDATIONS
Le hockey, de père en fils

Le hockey, de père en fils
Le Comptoir gourmand du centro maintenant en ligne

Le Comptoir gourmand du centro maintenant en ligne
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
J & M Grégoire juin 2018
 
Sarah-Eve Desruisseaux
Mardi, 25 septembre 2018
Top 3 des raisons pour aller voter aux élections provinciales

APCHQ Estrie
Lundi, 24 septembre 2018
Vieilles fenêtres : on les change ou on les répare?

François Fouquet
Lundi, 24 septembre 2018
Et si Gatineau marquait l’histoire?

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 24 septembre 2018
Chantier de la création du Cégep : René Aubry se souvient

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 21 septembre 2018
Mythes et réalités (partie 2)

Jacinthe Dubé
Hyundai Sherbrooke
Un circuit à vélo de niveau international entre Montréal et Sherbrooke Par Cynthia Dubé Mercredi, 19 septembre 2018
Un circuit à vélo de niveau international entre Montréal et Sherbrooke
Ils volent et prennent la fuite Par Vincent Lambert Mercredi, 19 septembre 2018
Ils volent et prennent la fuite
De la recherche financée par des professeurs Par Vincent Lambert Lundi, 17 septembre 2018
De la recherche financée par des professeurs
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous