Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
23°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
Resto-Brasserie Le Dauphin
ACTUALITÉS / Estrie
Sarah Pomar Chiquette Par Sarah Pomar Chiquette
spomarchiquette@estrieplus.com

Jeudi, 12 mars 2015

Projet de loi 20 : une approche « mathématique » et « inhumaine »



 Imprimer   Envoyer 

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) était de passage à Sherbrooke le 11 mars dernier dans le cadre de sa tournée provinciale qui a pour objectif d'élaborer une réplique au projet de loi 20.

Ce sont plus de 200 médecins de famille qui se sont réunis pour discuter notamment des conséquences négatives qu'aura le projet de loi 20 s'il est adopté par l'Assemblée nationale. Les membres de la FMOQ ont également élaboré des propositions pour améliorer l'accès aux médecins de famille, sans compromettre pour autant la qualité des soins offerts.

En conférence de presse, le président de la FMOQ, Dr Louis Godin, a énuméré des propositions qui seront présentées en commission parlementaire le 19 mars prochain à Québec.

Les propositions

Selon la FMOQ, il faut « renverser la tendance du gouvernement à l'hospitalocentrisme en favorisant davantage la pratique médicale en cabinet ». La création d'un réseau de clinique permettra de favoriser considérablement l'accès à un médecin de famille, a-t-il poursuivi.

Le président précise que pour l'heure, le Québec est la seule province canadienne à imposer aux médecins de travailler à l'hôpital. En effet, au Québec, 40 % du temps des médecins de famille se passe à l'hôpital, alors que dans les autres provinces les médecins passent 20 % de leur temps à l'hôpital. D'où l'importance pour la FMOQ de renverser la situation en modifiant le régime des activités médicales particulières.

Il est également nécessaire « d'accroître la présence d'infirmières et d'autres professionnels de la santé dans les cliniques médicales ». Puis, il est impératif de « créer des supercliniques et instaurer une plus grande flexibilité dans l'horaire quotidien des médecins de famille », a expliqué Dr Godin.

Questionné sur les autres propositions qui seront présentées en commission parlementaire, le président de l'Association des médecins omnipraticiens de l'Estrie (AMOE), Dr Alain Demers, a indiqué ne pas être en mesure, pour l'instant, de préciser le nombre de propositions, mais qu'il y en aurait sur le système de rendez-vous, la prise en charge des patients au guichet. « La plupart des propositions auront a trait à l'amélioration de l'accessibilité », a-t-il précisé.

Une approche « mathématique » et « inhumaine »

« Le projet de loi 20 du ministre Gaétan Barrette propose de carrément déshumaniser la pratique de la médecine familiale en la transformant en un simple travail à la chaîne », a lancé le Dr Louis Godin.

« Il veut imposer à chaque médecin de famille des quotas de 1 500 patients à prendre en charge tout en prolongeant l'obligation de travailler en milieu hospitalier », a-t-il déploré.

Le président de l'AMOE a évoqué à titre d'exemple la situation des médecins enseignants : « Ils ne pourront pas respecter le quota de 1 500 patients tout en enseignant des cours théoriques et pratiques », a-t-il souligné.

Selon Dr Demers, les répercussions du projet de loi 20 sont d'autant plus préoccupantes pour les femmes : « C'est affreux pour les femmes. Je ne comprends pas le Conseil du statut de la femme qui endosse le projet de loi 20. C'est une loi qui est profondément rétrograde. Ce sont les femmes qui seront les plus touchées par ces mesures. Les hommes auront plus de facilité à respecter le quota et à travailler 55 heures par semaine », a assuré Dr Demers.

« En plus d'être payé moins, les omnipraticiennes qui décident de travailler à temps partiel sont imputées de moins 30 %. La conciliation travail famille est où dans ce projet de loi », s'est-il questionné.

L'AMOE et la FMOQ craignent de voir des départs à la retraite prématurée de certains médecins de famille en fin de carrière en raison de ces nouvelles contraintes. Puis, selon eux, le projet de loi 20 occasionnera inévitablement des problèmes de recrutement d'étudiants et de jeunes médecins.

« On veut avoir le droit de discuter et de négocier avec le ministre Barrette. Le projet de loi 20 lui permet de décréter ce qu'il souhaite par voie de règlement. Avec ce qui s'est passé avec le projet de loi 10 et la façon dont agit le ministre Barrette, j'ai très peur que la loi passe », a conclu le président de l'AMOE.

À savoir que le Syndicat professionnel représentant l'ensemble des médecins omnipraticiens du Québec, la FMOQ, compte 8 800 membres, dont plus de 200 en Estrie.


Vieux Clocher de Magog 16 juillet 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Les suspects comparaissent pour le meurtre de Félix Bergeron

Les suspects comparaissent pour le meurtre de Félix Bergeron
Disparition de Michaël Fortin-Turcotte

Disparition de Michaël Fortin-Turcotte
NOS RECOMMANDATIONS
Du bon bord du gazon... à Milby!

Du bon bord du gazon... à Milby!
Incendie chez Ateliers B.G, rue King Est

Incendie chez Ateliers B.G, rue King Est
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique.com
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Resto-Brasserie Le Dauphin
 
Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Vendredi, 20 juillet 2018
La crème solaire, bonne ou mauvaise pour la santé?

Sylvie Roy
Jeudi, 19 juillet 2018
« C’est pas juste! »

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 20 juillet 2018
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Un premier baptême pour Fred Fortin Par Vincent Lambert Mercredi, 18 juillet 2018
Un premier baptême pour Fred Fortin
Encore des récalcitrants du cellulaire au volant Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 juillet 2018
Encore des récalcitrants du cellulaire au volant
Le SPS veut rapidement retrouver une adolescente disparue Par Cynthia Dubé Jeudi, 19 juillet 2018
Le SPS veut rapidement retrouver une adolescente disparue
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous