Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 4 août
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 26 septembre 2016

Le privilège et la réussite



 Imprimer   Envoyer 

Changer le paradigme.

Le mot paradigme me rebute, je dois dire. Je trouve qu'il a une allure élitiste. Qu'il fait se sentir moins confortable, disons, la personne ordinaire.

Là, c'est le mot ordinaire qui me rebute. Il fait populiste. On finit par parler du monde ordinaire comme étant le « vrai monde », ce qui vient clôturer leur espace vital en laissant tout le reste du terrain à celles et ceux qui ont réussi. Selon les critères actuels de la réussite, bien entendu.

Comme quoi rien n'est jamais simple.

D'abord, en deux mots, le paradigme, c'est l'ensemble des règles et valeurs qui régissent un système. Des fois, quand le système ne marche plus (ou moins bien) il faut en changer les règles. C'est juste ça, le paradigme. Juste ça et tout ça, en même temps.

Dans notre société, on mesure généralement la réussite d'une personne à ce qu'elle possède. Le poste qu'elle occupe. La panoplie des biens qui vient avec. Comme si ce n'était pas assez, vient avec le succès une série de privilèges qui procurent des accès directs à certains droits et biens, des gratuités pourtant pas nécessaires et toutes sortes d'avantages en bonus.

Le succès implique des privilèges.

Ce système-là est difficile à changer. Pourtant, il faudra bien le faire. La concentration de la richesse se vit à vitesse grand V et une pression croissante afflige la classe moyenne qui a de moins en moins les moyens de ses ambitions. Faudra changer ce paradigme-là.

Un bout de reportage concernant la collation des grades de l'Université de Sherbrooke m'a interpellé, l'autre jour. Ça et les propos de jeunes dans la vingtaine (entendus dans « Sur la route des 20 », série radio animée par Patrick Masbourian).

D'abord, on demandait à des jeunes ayant reçu leur diplôme au cours des années ce qu'ils avaient ressenti au moment de prendre le précieux papier dans leur main. Un constat se démarquait : la volonté de contribuer à un monde meilleur.

Ouais, je sais, la naïveté légendaire de l'étudiant qui s'apprête à découvrir la vie teinte la situation en rose. Je sais, je sais... Eh, puis, oui, vous avez raison, bien des jeunes ayant vécu en commune au début des années '70 sont devenus des gens d'affaires soucieux de ramener tous les feux de la rampe sur leur personne. Je sais, je sais.

Mais j'ai espoir. Vraiment.

Espoir parce qu'en écoutant le reportage « Sur la route des 20 », plusieurs jeunes entrepreneurs insistent sur la notion de monde meilleur dans le sillon de leur entreprise, qu'elle soit petite ou déjà grande. Mon espoir vient de cette impression que leur engagement est véritable. Qu'il dépasse les mots.

Imaginez ceci : je fonde une entreprise. Au départ, je fixe comme condition que celle-ci doit impliquer, dans sa réussite, le fait de favoriser un monde meilleur autour de et par ses activités.

Ça veut dire que je dois m'assurer du bien-être des employés auprès desquels l'entreprise a une responsabilité. Ça veut dire que j'ai besoin de règles éthiques qui favoriseront le développement durable. Ça veut peut-être dire un pourcentage moindre de profits pour le proprio... Isssshhhhhh.... Ça vous scrape un paradigme, ça, madame, monsieur!

Mais ça vient assurer une pérennité solide et ça crée une onde de choc positive autour. L'entreprise qui assume ses responsabilités sociales deviendra privilégiée aux yeux de ses clients.

Et cette fois, c'est ce privilège mérité qui impliquera une forme nouvelle de réussite.

Je persiste et signe: j'ai confiance...

Clin d'œil de la semaine
« Je veux le meilleur pour mes enfants » ou « Je veux que mes enfants fassent ce qu'il faut pour un monde meilleur ». Chaque semence implique sa récolte...


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Entre trois… et divague!

Entre trois… et divague!
L’amitié non industrialisée

L’amitié non industrialisée
Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
NOS RECOMMANDATIONS
Consommation d’alcool : les Estriens plus enclins à prendre le volant

Consommation d’alcool : les Estriens plus enclins à prendre le volant
Bilan COVID-19 du 3 août

Bilan COVID-19 du 3 août
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Geneviève Hébert députée juillet 2020
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 août 2021
Les Jeux olympiques au féminin

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste

François Fouquet
Lundi, 2 août 2021
Entre trois… et divague!

Me Michel Joncas
Jeudi, 29 juillet 2021
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Un corps brûlé confondu avec un mannequin à Sherbrooke Par Maxime Grondin Jeudi, 29 juillet 2021
Un corps brûlé confondu avec un mannequin à Sherbrooke
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE Par Me Michel Joncas Jeudi, 29 juillet 2021
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE
Bilan COVID-19 du 3 août Par Maxime Grondin Mardi, 3 août 2021
Bilan COVID-19 du 3 août
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous