RYTHME_RETOUR_2103
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 11 avril
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
RYTHME_WE_2103
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 23 mars 2015

Le printemps qui n’ose pas arriver



 Imprimer   Envoyer 

Il fait froid. Le printemps ne s'installe pas. Pas pour le moment, en tous les cas.

Il n'y a pas que le mercure qui joue au yoyo. Cette semaine, j'ai vécu la chaleur de la conférence de Gaston Michaud, un être d'exception qui est venu expliquer les constats qu'il a retenus en lien avec certaines actions qu'il a posées. Il est de même, M. Michaud! Il écrit ses théories après avoir posé des gestes. Ça change, quand même! Il croit fermement qu'il faut impliquer chaque membre de la société pour finir par obtenir une société qui fonctionne. Il croit aussi que le fait de s'attaquer à la pauvreté n'est qu'un écran de fumée si chacune des personnes visées ne se voit pas octroyer un rôle, une valorisation, si modeste soit-elle.

Il faut s'intéresser aux propos de M. Michaud.

Après ce coup de chaleur et d'espoir, j'ai constaté, au fil d'implications communautaires, que la froideur s'installe plus que jamais dans le tissu social.

Que les coupes massives qu'on fait présentement (du travail de rue jusqu'au développement économique régional) viennent anéantir des ressources directement sur le terrain. Et on semble applaudir à cela, au nom de la rigueur!

Trois fois, cette semaine, la même discussion est revenue :

« On n'a pas les moyens de dépenser autant, tu sais, il faut couper! »
« Je veux bien, mais on aurait pu jaser d'un modèle, non? »
« Non, puisque c'est le seul modèle possible. Il faut couper, c'est tout! »

Comme le disait un ami cette semaine : « on coupe les budgets comme on coupe une haie de cèdres. On coupe égal partout, sans regarder, sans se soucier des conséquences. »

Quand je demande pourquoi on n'a pas décrit la nature des coupes budgétaires lors des dernières élections, on me dit que c'est « parce qu'on n'aurait pas été élus si on l'avait dit. » Et vous savez quoi? C'est vrai. On est enlisés dans une culture politique dans laquelle on vote pour quiconque promet de tout régler. Sans se soucier de la nature du règlement.

Pour ma part, je dirais ceci : il faut d'abord apprivoiser les modèles de société offerts bien plus que les partis. C'est le plus grand défi. Le fameux « si t'es pas un bon Libéral t'es juste un Péquiste », et vice versa, c'est vide et stérile.

En trois occasions différentes, cette semaine, on m'a posé cette question, avec un air de défi : « OK, tu couperais où, hein? » Je dirais qu'il n'y a pas que des coupes dans l'équation. Quelques points d'impôts chez les banques et les entreprises viendraient changer la donne sans toucher au modèle économique (notez au passage qu'il est plus simple de frapper la classe moyenne que sur les lobbys économiques puissants. Le vrai courage serait là, pas dans le fait de frapper sur quelqu'un qui est déjà par terre). Si la lutte à l'évasion fiscale des mieux nantis et des entreprises se faisait avec autant de hargne que celle pour récupérer 10$ chez un contribuable qui gagne 40 000$ par année, on serait plus riches. Après, on pourrait regarder les coupes à faire en fonction de leur mérite et selon un plan qui tient compte du fait que chaque citoyen a sa place en société.

Un fait demeure, tout cela étant. Nous vivons le jour de la marmotte : Lucien Bouchard a obtenu le déficit zéro dans les années '90. Même qu'une loi avait été adoptée pour protéger le concept. Les dirigeants des années 2000 ont fait fi de cette loi. Aujourd'hui, le même parti qui a ignoré la loi recommence le saccage au nom de l'urgence de sauver le modèle économique. La seule urgence, c'est de frapper en début de mandat pour être plus fin après et être réélu. Rien de neuf dans un modèle politique qu'il faut revoir.

Je regarde le gouvernement agir et j'écoute PKP éviter systématiquement chaque question et je me dis qu'on est dans le trouble solide.

Le printemps n'ose pas trop s'installer cette année. Il a peut-être raison.

Clin d'œil de la semaine

Recette traditionnelle du printemps : pratiquez une entaille dans le citoyen et récupérez la sève qui en sortira.


Écoloboutique avril 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Amer souvenir de Harper

Amer souvenir de Harper
Legault, philo et brisures de chocolat

Legault, philo et brisures de chocolat
Café William Spartivento 2103
NOS RECOMMANDATIONS
Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés

Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés
Bilan COVID-19 du 3 avril

Bilan COVID-19 du 3 avril
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique avril 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Geneviève Hébert députée juillet 2020
 
Yves Nantel
Samedi, 10 avril 2021
LES 3 R, TU APPLIQUERAS

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 8 avril 2021
Notre histoire en archives : Derrière le rideau du photomaton

Daniel Nadeau
Mercredi, 7 avril 2021
Les pissous de François Legault

François Fouquet
Mardi, 6 avril 2021
Le printemps, Vivaldi et les refrains

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
La vaccination s’accélère en Estrie Par Maxime Grondin Mercredi, 7 avril 2021
La vaccination s’accélère en Estrie
Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés Par Maxime Grondin Mardi, 6 avril 2021
Congé de Pâques : les policiers de la RPM occupés
Prix Cardozo-Coderre : une résidente de Magog est lauréate Par Maxime Grondin Samedi, 3 avril 2021
Prix Cardozo-Coderre : une résidente de Magog est lauréate
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous