magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 10 novembre 2014

Le but est refusé !



 Imprimer   Envoyer 

Le ministre Denis Lebel, lieutenant de Stephen Harper au Québec, croyait probablement avoir compté un gros but. Maurice Richard! Le nom d'un héros national! L'équation semble simple : les Conservateurs sont faibles au Québec et tout le monde aime Maurice Richard. Un but facile!

Sauf que...

Remettons tout ça en perspective un peu.

Maurice Richard a été un des plus grands joueurs de hockey. Il a été le plus grand chez nous. Oui, je sais, tout est relatif. Le jeu de la comparaison n'a aucune prise sur une patinoire sur laquelle glisse le temps et l'évolution qui vient avec.

Socialement, Maurice Richard a été un grand joueur. Il a secoué les préjugés et les complexes. Il a réussi à rejoindre les gens de tout le Québec. De la métropole aux terres agricoles, de la ville au village, tout le monde a été transporté par la vague de volonté, de confiance en soi et d'espoir qu'il a provoqué sur le Québec.

Le "petit Québécois" apprenait à se débarrasser du qualificatif "petit". Il ne restait que le Québécois. Celui qui pouvait prendre ses décisions hors de la mainmise de l'église, celui qui pouvait rivaliser en talent avec les anglophones omniprésents dans « l'espace réussite » de l'époque, toutes patinoires confondues.

Maurice Richard a changé des choses.

Voilà que le but de Lebel est refusé. Il dit réagir au fait que la famille n'est pas à l'aise. Le ministre joue donc au bon chevalier servant dans une pièce qui devient loufoque. Il semble toujours parler au nom d'un comité, mais il a le « je » facile quand vient le temps d'enlever un nom de la liste.

Il y a des décennies, Maurice Richard, par sa simple présence, par ses actions sur la patinoire, a regroupé les Québécois. Son objectif était de jouer au hockey. Du mieux qu'il le pouvait. Il ne s'est jamais donné comme mission d'être un vecteur de changement social au Québec. Il l'a été par voie de conséquences. Conséquences heureuses.

Aujourd'hui, c'est encore un peu malgré lui qu'il sonne le réveil populaire. Mais un réveil qui pourrait bien, ma foi, être salutaire pour nous tous. Encore une fois...

La culture politique est encrassée depuis quelques décennies. Les jeux de stratégie ont pris la place des enjeux de société. Tout cela provoquant une crise de confiance envers nos politiciens. Crise justifiée, cela dit.

Voilà qu'on réalise que notre voix a un poids lorsqu'elle s'exprime clairement et qu'elle en appelle au gros bon sens. Ça, c'est la démocratie : celle qui a besoin de la base citoyenne active pour vivre et avancer. Pour survivre, je dirais.

Voilà que le but refusé à Denis Lebel est crédité à la fiche de Maurice Richard. Il a compté sans le vouloir, vous me direz, mais un but, c'est un but! C'était un homme droit et honnête. Il n'aurait pas voulu tasser un fondateur comme Champlain pour prendre toute la place sur la surface du St-Laurent. Il était trop conséquent pour trouver que tout cela était censé, j'en suis convaincu.

Maurice Richard mérite toute notre admiration. Et on doit se souvenir de lui. Mais si on décide d'honorer clairement sa mémoire en nommant un lieu, une route ou quoi que ce soit en son honneur, ayons au moins assez de respect pour être conséquent dans le choix qu'on fera.

Maurice Richard ne peut pas mettre en échec Samuel de Champlain.

D'ailleurs, personne ne devrait le faire. Il ne faut pas effacer le nom de Champlain sur le nouveau pont. Il faut juste ajouter « Samuel-de- ».

Clin d'œil de la semaine

Après une défaite, on a entendu Maurice Richard dire « quand tu joues pour perdre, tu perds... » Pas la langue de bois, non plus, le Rocket. Belle leçon pour refaire la chose politique.


Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Des écarts qui font frissonner

Des écarts qui font frissonner
Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!

Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!
NOS RECOMMANDATIONS
Cinq introductions par effraction, suspects arrêtés

Cinq introductions par effraction, suspects arrêtés
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Dominos_juin2020
 
François Fouquet
Lundi, 6 juillet 2020
Les clichés du miroir

Sarah Beaudoin
Lundi, 6 juillet 2020
Chronique en rappel - Parlons sexe, genres et identité

Alexis Jacques
Jeudi, 2 juillet 2020
Chronique en rappel - Agile âgisme

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 juillet 2020
Le pays qui refuse de naître

Jérôme Blais
Mercredi, 1 juillet 2020
La pression des mains

Nathalie Larocque
Mercredi, 1 juillet 2020
Chronique en rappel - Parcours scolaire parsemé d'étiquettes

JD 22 juin 2020
Concours Ma bucket list
La Maison du cinéma ouvrira ses portes le 3 juillet Mardi, 30 juin 2020
La Maison du cinéma ouvrira ses portes le 3 juillet
Disparition d'un octogénaire en Estrie Mardi, 30 juin 2020
Disparition d'un octogénaire en Estrie
Première pelletée de terre pour l'usine de magnésium d'Asbestos Lundi, 29 juin 2020
Première pelletée de terre pour l'usine de magnésium d'Asbestos
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous