magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Le SPS recherche un fraudeur qui gesticule beaucoup!
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 31 août 2015

Vis, comme si c’était la dernière journée de ta vie



 Imprimer   Envoyer 

Au gré des statuts Facebook, celui-là a attiré mon attention : « Vis, comme si c'était la dernière journée de ta vie »

C'est plein de sens, non? Vis à plein, profite de chaque instant, éclate-toi, fais des folies, saute en parachute, dépense! Allez, hop! Comme le crient désespérément les publicités de ventes d'automobiles : « demain, il sera trop tard! »
  
Ironiquement, deux statuts plus bas, cette phrase tellement profonde : « si tu réussis à trouver le N dans la série de M que tu vois, tu trouveras de l'argent! »

« Profonde » et « creuse » ont parfois un lien de parenté assez solide!

Mais revenons à la phrase de départ.

On entre de plain-pied dans la pensée magique. Et pas à peu près! Conseiller à quelqu'un de vivre comme si c'était son dernier jour, c'est facile comme remplir une carte de crédit que l'on n'aura pas à payer!

La phrase relève du fantasme bien plus qu'autre chose. Vivre tout ce qu'on veut sans avoir à faire face aux conséquences, vous imaginez? Vivez les aventures que vous voulez, vous n'entendrez jamais les reproches. Jamais! C'est pas beau, ça?

En fait, disons-le autrement : vous n'entendrez pas les reproches parce que vous n'y serez plus. C'était votre dernier jour! Mais les conséquences seront là quand même!

Oui, oui, je sais, je semble faire preuve d'une mauvaise foi évidente. N'importe qui comprendrait que, dans la phrase magique, il y a un second degré. Qu'il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre. Et tout, et tout...

Mais premier, deuxième ou troisième degré, la phrase demeure vide. Parce qu'elle est fondée sur des notions pouiches de motivation personnelle. Vous savez, toutes ces petites phrases de format passe-partout dont on se sert pour « faire du bien » autour de nous? On devrait bannir, dans ce contexte, le « faire du bien » et le changer pour « dire du bien ». Faire nécessite une action, un engagement, une implication. Dire, bien... c'est dire. C'est tout!

Mon point est tout simple : il est facile de fuir en s'abreuvant de petites phrases positives. Si aujourd'hui est le premier jour du reste de ma vie, que si je veux, je peux, que j'attire ce à quoi je pense et que je suis en mode éveil intérieur, n'est-ce pas que ma journée sera belle, bonne et remplie de joie et d'allégresse? Ben... peut-être pas, justement!

Il y a plein de trucs qui peuvent survenir, tous plus ou moins liés au hasard. Ah, c'est vrai, le hasard n'existe pas...

À tout prendre, je préfère ne pas vivre comme si c'était ma dernière journée. Je virerais même mon capot de bord complètement et je mettrais tout en place pour vivre comme si demain n'était pas mon dernier jour. Que j'aurais à faire face aux conséquences de mes gestes. Que j'aurais, pour vivre heureux avec ces conséquences, à m'accoter solide sur des valeurs simples qui tiennent en mots simples, mais tellement engageants. Vous savez, ces petits mots qui n'ont pas besoin de sujet, ou de compléments? Des mots simples comme engagement, solidarité, respect... Des affaires faciles, quoi!

À la pensée et aux paroles magiques, je préfère l'action. Celle qui, la plupart du temps, n'attend pas qu'on la nomme pour trouver sa valeur.

Clin d'œil de la semaine :

Aux élections, il est important de voter en se disant qu'ils ne mourront pas demain...

Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le choix et le pas le choix

Le choix et le pas le choix
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"
NOS RECOMMANDATIONS
La Covid: Fausse balle pour la Classique Pif

La Covid: Fausse balle pour la Classique Pif
Disparition d'un octogénaire en Estrie

Disparition d'un octogénaire en Estrie
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Dominos_juin2020
 
Alexis Jacques
Jeudi, 2 juillet 2020
Chronique en rappel - Agile âgisme

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 juillet 2020
Le pays qui refuse de naître

Jérôme Blais
Mercredi, 1 juillet 2020
La pression des mains

Nathalie Larocque
Mercredi, 1 juillet 2020
Chronique en rappel - Parcours scolaire parsemé d'étiquettes

François Fouquet
Lundi, 29 juin 2020
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 26 juin 2020
Suis-je sédentaire sans le savoir ?

JD 22 juin 2020
Concours Boucherie du Terroir juin 2020
Projet Ch. Rhéaume: Sherbrooke Citoyen veut s'assurer de la comformité du processus Vendredi, 26 juin 2020
Projet Ch. Rhéaume: Sherbrooke Citoyen veut s'assurer de la comformité du processus
La maladie de Lyme bien installée en Estrie Jeudi, 25 juin 2020
La maladie de Lyme bien installée en Estrie
Disparition d'un octogénaire en Estrie Mardi, 30 juin 2020
Disparition d'un octogénaire en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous