GRANADA 5 NOV 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
SMLT_2021
CHRONIQUEURS / Vivement l'histoire
Archives nationales du Québec à Sherbrooke Par Archives nationales du Québec à Sherbrooke
archives.sherbrooke@banq.qc.ca

Lundi, 6 septembre 2021

Notre histoire en archives : des fers à cheval aux chevaux-moteurs


Par William Laguë, stagiaire aux Archives nationales du Québec à Sherbrooke

 Imprimer   Envoyer 
Garage O’Donnell & Morissette Ltd, [vers 1928]. Archives nationales du Québec à Sherbrooke, fonds Sylvio Lacharité (P3). Photographe : inconnu.

Le mois dernier, Ernest Lacharité était occupé à ferrer les chevaux. Ce mois-ci, nous le retrouvons, quelque 20 ans plus tard, grâce à cette photographie qui nous apprend qu'il est passé de la manipulation des sabots à la réparation de moteurs! Maintenant garagiste, Ernest Lacharité (groupe central devant la porte d'arche, dernier à droite) pose avec ses collègues devant le garage O'Donnell & Morissette, situé au 21 de la rue Wellington Sud. La compagnie O'Donnell & Morissette Ltd est incorporée le 19 mars 1920, mais est en fonction depuis quelques années déjà. Elle fait le commerce d'automobiles luxueuses, telles la Studebaker, la Gray-Dort ou encore la Maxwell, vendue en 1916 au coût de 850 $ en (l'équivalent de 18 164 $ aujourd'hui). Également établie à Thetford Mines, O'Donnell & Morissette s'assure d'une présence remarquée dans les journaux avec des publicités de tout genre, des petites annonces aux grandes publicités avec images.

De la forge au garage : une transition étonnante, mais vraie! Au Québec, de nombreuses forges sont reconverties en garage automobile. L'intérêt est multiple : l'espace de la forge est idéal pour accueillir des automobiles et travailler convenablement ; les portes à battants sont parfaites pour les allées et venues des voitures ; les outils sont similaires pour le travail de forge et de carrosserie ; enfin, les connaissances acquises dans la forge s'adaptent fort bien aux réparations et aux assemblages d'automobiles. À titre comparatif, en 1907, alors qu'Ernest Lacharité fonde sa forge, Sherbrooke compte seulement 10 propriétaires d'automobiles ; en 1928, la ville en compte 2201! Ainsi, jusqu'en 1930, Sherbrooke occupe régulièrement le troisième rang des villes du Québec pour le nombre de véhicules enregistrés.

Au début du xxe siècle, le partage de la route entre les chevaux et les voitures n'est pas sans danger. Des accidents regrettables sont courants, comme celui-ci rapporté dans La Tribune le 16 octobre 1928, alors qu'un certain Léo Vallière succombe à ses blessures après qu'un cheval a pris peur et s'est jeté sur son auto : « Léo Vallière, allant en auto à St-Évariste, hier soir, vers 6 heures, rencontra deux voitures et le cheval de la deuxième voiture ayant eu peur alla se jeter sur l'auto. Vallière reçut des blessures mortelles à la tête. » Pourtant, dès 1906, le gouvernement avait instauré une loi qui reste valide jusque dans les années 1950 : à la rencontre d'un cheval, l'automobiliste doit ralentir, voire arrêter le moteur.

En 1918-1919, le gouvernement libéral de Lomer Gouin prévoit l'aménagement d'un réseau routier plus adapté. Avec de nombreuses routes provinciales passant près de Sherbrooke, la ville devient rapidement un carrefour touristique important. À l'été 1927, c'est pas moins de 10 000 touristes américains qui s'y arrêtent!

L'engouement pour les automobiles atteint également la gent féminine et l'industrie automobile reconnaît rapidement cet intérêt. Sur la photographie, trois femmes sont à bord du véhicule, conduit par un homme. Cette mise en scène photographique rappelle que la voiture, objet de modernité et d'affirmation, est également un vecteur de changement pour les femmes des années 1920. L'automobile est ainsi synonyme de liberté et de loisir, ce que les dames semblent assumer pleinement sur la photographie.

L'édifice autrefois occupé par le garage O'Donnell & Morissette accueille aujourd'hui le magasin de l'Armée du Salut (partie gauche et centrale) et un salon de tatouage, le 116 tattoo (partie droite).

 

Sources :

Banque du Canada, Feuille de calcul de l'inflation, www.banqueducanada.ca/taux/renseignements-complementaires/feuille-de-calcul-de-linflation/ (consulté le 22 mars 2021).

BARON, Martin, « L'éloge de la Grise - Le cheval et la culture populaire au Québec (1850-1960) », thèse de maîtrise, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, 1997, 165 p.

BÉRUBÉ, Harold et Stéphane SAVARD (dir.), Pouvoir et territoire au Québec depuis 1850, Québec, Septentrion, 2017, 386 p.

« C'est là le plus Fameux SIX qui soit "Fait au Canada" », La Tribune, 24 mars 1916, https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3504555?docsearchtext=o%27donnell%20%20Morrissette  (consulté le 22  mars 2021).

DUPONT, Jean-Claude, « Ouvrage de forge », L'encyclopédie canadienne, https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/forge-ouvrage-de  (consulté le 15 mars 2021).

FAUGIER, Étienne, « Automobile, transports urbains et mutations : l'automobilisation urbaine de Québec, 1919-1939 », Urban History Review / Revue d'histoire urbaine, vol. 38, n1, 2009, p. 26-37.

FAUGIER, Étienne, « L'économie de la vitesse : l'automobilisme et ses enjeux dans le département du Rhône et la région de Québec (1919-1961) », thèse de doctorat, Québec, Université Laval, 2013, 558 p.

« Garage! Garage! », Le Canadien, 30 décembre 1920, https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/4207110?docsearchtext=O%27Donnell%20%20Morissette (consulté le 22 mars 2021).

GENEST, Bernard, « L'avènement de l'automobile et son impact sur les métiers traditionnels », Cap-aux-Diamants, no 45, 1996, p.10-13.

KESTEMAN, Jean-Pierre, Histoire de Sherbrooke, tome 3 : La ville de l'électricité et du tramway (1897-1929), Sherbrooke, Éditions GGC, 2002, 292 p.

KESTEMAN, Jean-Pierre, Histoire de Sherbrooke, tome 4 : De la ville ouvrière à la métropole universitaire (1930-2002), Sherbrooke, Éditions GGC, 2002, 489 p.

LACHANCE, André, « La vie est si fragile... » - Étude sur la mort violente dans les Cantons de l'Est - 1900-1950, Sherbrooke, Éditions GGC, 2002, 209 p.

LAMBERT, Maude-Emmanuelle, « Québécoise et Ontarienne en voiture! - L'expérience culturelle et spatiale de l'automobile au féminin (1910-1945) », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 63, nos 2-3, 2010, p. 305-330.

« Léo Vallière, de Saint-Sébastien, est tué en automobile », La Tribune, 16 octobre 1928, https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3494389?docsearchtext=cheval%20peur%20voiture (consulté le 22  mars 2021).

« L'automobilisme dans nos cantons », La Tribune, 18 mars 1916, https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3504550?docsearchtext=automobilisme%20dans%20nos (consulté le 22 mars 2021).

LINTEAU, Paul-André, René DUROCHER et Jean-Claude ROBERT (dir.), De la Confédération à la crise (1867-1929), Montréal, Boréal, 2002, 758 p.

« Sherbrooke a eu sa part de touristes », La Tribune, 20 octobre 1927, https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3506530?docsearchtext=touristes%20king (consulté le 22 mars 2021).

TREMBLAY, Alex, « L'avènement de l'automobile au Québec : une petite Révolution tranquille au tournant du xxe siècle », Cap-aux-Diamants, no 111, 2012, p. 17-21.

 

Ces archives vous intéressent? Prenez rendez-vous avec nous :

Les Archives nationales du Québec à Sherbrooke sont situées au

225, rue Frontenac, bureau 401

819 820-3010, poste 6330

archives.sherbrooke@banq.qc.ca


SSRI_OCT_2021
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Notre histoire en archives : John Kerr, chauffeur de tramway des plus malchanceux

Notre histoire en archives : John Kerr, chauffeur de tramway des plus malchanceux
CCSI SHERBROOKE OCT 21
NOS RECOMMANDATIONS
Le maire de Coaticook n’est pas content! L’urgence de Coaticook encore fermée de soir et de nuit !

Le maire de Coaticook n’est pas content! L’urgence de Coaticook encore fermée de soir et de nuit !
FRANC SUCCÈS DE LA 8e ÉDITION DE LA COUPE DU BRASSEUR AU PROFIT DE LA GRANDE TABLE

FRANC SUCCÈS DE LA 8e ÉDITION DE LA COUPE DU BRASSEUR AU PROFIT DE LA GRANDE TABLE
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

HYUNDAI_USAGÉ_2
HYUNDAI SHERBROOKE ELECTRIQUE 2109
 
François Fouquet
Lundi, 18 octobre 2021
Une vie, un sentier, des repères

Ombudsman de la Ville de Sherbrooke
Jeudi, 14 octobre 2021
Journée des ombudsmans

Daniel Nadeau
Mercredi, 13 octobre 2021
La fin d’un monde

Attention aux faux policiers à Sherbrooke Par Daniel Campeau Mardi, 12 octobre 2021
Attention aux faux policiers à Sherbrooke
Le maire de Coaticook n’est pas content! L’urgence de Coaticook encore fermée de soir et de nuit ! Par Daniel Campeau Mercredi, 13 octobre 2021
Le maire de Coaticook n’est pas content! L’urgence de Coaticook encore fermée de soir et de nuit !
FRANC SUCCÈS DE LA 8e ÉDITION DE LA COUPE DU BRASSEUR AU PROFIT DE LA GRANDE TABLE Par Daniel Campeau Mardi, 12 octobre 2021
FRANC SUCCÈS DE LA 8e ÉDITION DE LA COUPE DU BRASSEUR AU PROFIT DE LA GRANDE TABLE
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut