magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Le SPS recherche un fraudeur qui gesticule beaucoup!
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 24 août 2015

Dessine-moi une murale



 Imprimer   Envoyer 

Les murales qui ornent des pans latéraux complets de certains édifices de Sherbrooke (et qui autrement seraient désuets et pas très beaux) sont devenues une valeur ajoutée dans notre vie quotidienne.

Nées d'une initiative heureuse il y a plusieurs années maintenant, les murales sont agréables et utiles. Pour plusieurs raisons.

D'abord, elles nous forcent à nous arrêter un brin. Pas facile de faire ça de nos jours. S'arrêter! Vous imaginez? Ça veut dire mettre en veilleuse toute la séquence des gestes que nous avons mis en place pour être performants! Passer à côté d'une murale sans au moins ralentir le pas, quand on circule à pied, ça demande un petit effort (à moins qu'on croise la même murale chaque jour).

Mais il y a plus. Les murales s'inscrivent dans ce que j'appelle le devoir de mémoire. Une ville se bâtit au gré des gestes posés par des citoyens dans des contextes qui ne cessent d'évoluer. Se rappeler de ce qu'était hier est non seulement une marque de respect pour ce que Sherbrooke a été, mais c'est aussi un moyen de remettre en question ce que nous faisons présentement. Apprendre du passé dénote une sagesse qui peut s'avérer rentable.

Encore une chose : l'aspect ludique et franchement très réussi des murales vient égayer des coins qui étaient bien plus tristes avant.     

On pourrait continuer ainsi un bout de temps, soulignant au passage qu'en plus, les murales sont un attrait touristique de premier niveau. J'émets un bémol (je suis parfois rabat-joie, je sais). Nous sommes dans une ère de mesures. On investit des sommes folles pour mesurer, de façon parfois plus ou moins théorique, l'impact de tel ou tel geste posé.

En fait, on met souvent des sommes assez folles pour faire la démonstration que l'idée de base n'était pas folle! Les murales demeurent un attrait. Suffisant pour faire déplacer des gens? Prise séparément de toutes les autres activités et de tous les points d'intérêt, la notion demeure discutable. Mais affirmer que les murales font partie de l'offre touristique sherbrookoise, là, j'achète.

Fort de tout ce que je viens d'énoncer, vous ne serez pas surpris de savoir que je suis heureux de l'initiative visant à retourner dans les rues de Sherbrooke, arrondissement par arrondissement, de cibler des murs plus petits et de faire en sorte d'insérer des murales plus petites, mais souvent plus éclatées que le réseau de base des grandes murales. Au fil des ajouts de murales, on est en train de créer une véritable offre complète.

Il est rafraîchissant de longer la rue King Est, entre autres, et de voir, à intervalles plus ou moins réguliers, des murales colorées, vivantes et riches de sens.

Ce sera la même chose pour Lennoxville cet été. Et ça devrait continuer ailleurs l'an prochain.

Que des artistes d'un peu partout dans le monde se joignent à des pinceaux d'ici pour créer une mosaïque de murales, c'est comme mettre valeur des visions différentes d'un même monde, reflétant ainsi la richesse multiculturelle de notre ville.

Je suis fier d'évoluer dans ma ville depuis 54 ans.

Je suis touché quand je réalise que l'art vient servir à mettre de l'avant ce devoir de mémoire que nous devons cultiver à une époque où tout devient virtuel.

Les murales donnent de la valeur à la vie. À notre vie.

Clin d'œil de la semaine :

Dessine-moi une murale... Il faut appliquer notre devoir de mémoire pour éviter de devenir : « Le Petit Prince... qui détruisait son royaume », récit de St-Exaspéré...      



Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le choix et le pas le choix

Le choix et le pas le choix
Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!

Pas raciste. Ou peu… Ça dépend, quand même!
NOS RECOMMANDATIONS
La maladie de Lyme bien installée en Estrie

La maladie de Lyme bien installée en Estrie
Une nouvelle piscine avec plage au Parc Centennial

Une nouvelle piscine avec plage au Parc Centennial
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Dominos_juin2020
 
Alexis Jacques
Jeudi, 2 juillet 2020
Chronique en rappel - Agile âgisme

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 juillet 2020
Le pays qui refuse de naître

Jérôme Blais
Mercredi, 1 juillet 2020
La pression des mains

Nathalie Larocque
Mercredi, 1 juillet 2020
Chronique en rappel - Parcours scolaire parsemé d'étiquettes

François Fouquet
Lundi, 29 juin 2020
Souvenirs et repères d'un "mon'oncle"

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 26 juin 2020
Suis-je sédentaire sans le savoir ?

Jacinthe Dubé 5 juin20
Concours Boucherie du Terroir juin 2020
La maladie de Lyme bien installée en Estrie Jeudi, 25 juin 2020
La maladie de Lyme bien installée en Estrie
Projet Ch. Rhéaume: Sherbrooke Citoyen veut s'assurer de la comformité du processus Vendredi, 26 juin 2020
Projet Ch. Rhéaume: Sherbrooke Citoyen veut s'assurer de la comformité du processus
Travailleuse de rang: semer le bien-être Par Anita Lessard Dimanche, 28 juin 2020
Travailleuse de rang: semer le bien-être
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous