Théâtre des employés du CHUS
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
2°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Radioactif - sept 2017
ACTUALITÉS / Estrie
Sarah Pomar Chiquette Par Sarah Pomar Chiquette
spomarchiquette@estrieplus.com

Samedi, 24 janvier 2015

Mois de la sensibilisation de la maladie d’Alzheimer : témoignage d’une proche aidante



 Imprimer   Envoyer 

Perdre un être cher à petit feu est douloureux et épuisant tant moralement que physiquement. Le témoignage de Claudette Bégin, âgée de 71 ans, met en lumière les difficultés auxquelles sont confrontés les proches aidants.

« Mon mari commençait à avoir des pertes de mémoire. Il traversait des périodes de dépression et d'anxiété. Son comportement changeait tranquillement », se rappelle Mme Bégin.

Il y a environ cinq ans que les premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer sont apparus chez son mari. Elle connaissait bien les symptômes de la maladie : Sa mère et sa belle-mère ont souffert d'Alzheimer. « Je m'en doutais bien, mais je ne voulais pas y croire. Ça m'attristait énormément de voir mon mari vivre toutes ces émotions mélangées. »

« Comme proche aidante, je me sentais obligée de le suivre de plus près. Il ne faisait plus sa toilette matinale, il ne se faisait plus la barbe. Si nous avions des invitations chez des amis, je préférais refuser ou trouver un prétexte, parce qu'il n'était pas patient, il était obstiné. Ça me mettait mal à l'aise », explique Claudette Bégin.

Claudette a traversé chacune des déceptions de son mari. Elle se rappelle particulièrement lorsqu'il a perdu son permis de conduire : « Ça été l'enfer, ça été pénible pendant des semaines », lance-t-elle visiblement ému. « Quand il en parlait, il devenait menaçant, agressif, il faisait même des crises de pleur. Il n'était plus le même homme. Ça me faisait peur », poursuit-elle.

Claudette a dû limiter ses sorties à l'extérieur de la maison : « Lorsque je quittais la maison, il appelait la police pour dire qu'il m'avait perdue. Il avait peur de rester seul. Je me sentais ainsi toujours coupable de sortir de la maison. »

Depuis quelques mois, son mari vit en hébergement : « Je le visite souvent, j'ai beaucoup de peine de le voir dans cet état. »

Une surcharge de travail

Claudette Bégin devait s'occuper de manière permanente de son mari en plus d'assumer l'ensemble des travaux ménagers. « Au cours des années, je me suis épuisée. J'ai perdu l'appétit et le sommeil. Je ne m'en suis pas rendu compte sur le coup. J'essayais de trouver des solutions, de remédier à la situation », raconte-t-elle.

Un temps de répit pour les proches aidants

Les services offerts par la société d'Alzheimer de l'Estrie ont permis de donner du temps de répit à Mme Bégin : « Nous recevons beaucoup d'aide en tant que proche aidant. On m'a trouvé un gestionnaire de cas, une travailleuse sociale, une psychologue pour m'aider. On m'a offert des rencontres de soutien avec d'autres personnes qui traversaient la même situation que moi. J'ai également utilisé plusieurs fois le service d'accompagnateur qui m'a beaucoup aidée. »

Le plus difficile pour Mme Bégin a été de trouver des accompagnateurs lorsqu'elle devait s'absenter de la maison pour des imprévus ou des urgences.

Dorice Poulin est accompagnatrice depuis 2009 pour la société d'Alzheimer de l'Estrie : « Le but de mon travail est de donner un répit aux proches aidants parce que les tâches augmentent rapidement lorsqu'il y a une personne malade à la maison. Nous essayons également de créer une relation de confiance avec les personnes malades pour ne pas qu'elles dépendent trop des proches aidants. »

Les accompagnateurs offrent trois heures de répit aux proches aidants par semaine : « Notre objectif est que la personne se sente vivante, qu'elle sente qu'elle fait toujours partie de la société », a-t-elle poursuivi.

Claudette Begin a également eu quelques jours de repos par mois grâce à un centre de soins intermédiaire. « Une semaine par mois, mon mari allait à ce centre se faire garder. Je ne sais pas à quel point ça me faisait du bien. C'était paradoxal. D'un côté, c'était triste, déchirant de le laisser là. Il me faisait sentir coupable de le laisser à ce centre. Ce n'était pas facile de se reposer parce que j'étais inquiète et je m'ennuyais », explique-t-elle.

Pour plus d'informations sur la société d'Alzheimer de l'Estrie, cliquez ici.

Crédit photo: Société d'Alzheimer de l'Estrie


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Projectiles tirés sur des véhicules : un homme arrêté

Projectiles tirés sur des véhicules : un homme arrêté
Attention au stationnement de nuit dès mercredi

Attention au stationnement de nuit dès mercredi
NOS RECOMMANDATIONS
Attention au stationnement de nuit dès mercredi

Attention au stationnement de nuit dès mercredi
Du Nutella sans scandale

Du Nutella sans scandale
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Gestion Financière JLR
 
Tourisme Cantons-de-l'Est
Vendredi, 17 novembre 2017
Des produits de beauté d’ici

Fontaine Panneton Joncas Bourassa & Associés
Jeudi, 16 novembre 2017
Dol, vice caché et copropriété

Bedon & bout'chou
Jeudi, 16 novembre 2017
La magie de l’éveil musical

Alexandre Dagenais
Jeudi, 16 novembre 2017
Récoltes terminées: au tour du bilan de fin de saison

Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 16 novembre 2017
Changer ? Oui, tu as le droit !

Marianne Therriault
Mercredi, 15 novembre 2017
Une inspiration signée Lady Gaga

William Lafleur
Mercredi, 15 novembre 2017
Un hiver sans tapis roulant

Laura Basque
Mardi, 14 novembre 2017
Le combat des librairies indépendantes

Léandre Lachance
Mardi, 14 novembre 2017
Attention au chemin de non-retour

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 8 novembre 2017
LES DENIS DROLET
Steve Lussier dévoile son comité exécutif Par Vincent Lambert Mardi, 14 novembre 2017
Steve Lussier dévoile son comité exécutif
Six questions à Normand Pelletier (groupe Rebound) Par Cynthia Dubé Mercredi, 15 novembre 2017
Six questions à Normand Pelletier (groupe Rebound)
Juvénal contre César… ou google-moi la vie Par François Fouquet Lundi, 13 novembre 2017
Juvénal contre César… ou google-moi la vie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous