Matelas Houde - janvier 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Val Estrie Ford
ACTUALITÉS / Estrie
Elizabeth Nadeau Par Elizabeth Nadeau
enadeau@estrieplus.com

Dimanche, 16 août 2015

Santé publique : les Estriens sont actifs… et plus exposés à la maladie de Lyme



 Imprimer   Envoyer 

Un sondage diffusé sur la plateforme Facebook de Santé publique de l'Estrie révèle que 80 % des Estriens sont inquiets vis-à-vis de la maladie de Lyme. Comme ils sont de grands amateurs de randonnée pédestre et de camping, 78 % s'exposent au moins une fois par mois aux tiques en pratiquant des activités à l'extérieur. Les résultats du sondage permettront d'orienter les stratégies de prévention et outiller les médecins pour répondre aux questions.

Mené par la Direction de santé publique de l'Estrie et la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke, l'enquête visait à dresser un portrait des connaissances des gens sur la maladie et de leurs comportements lors de la pratique d'activités extérieures.

« Nous sommes très contents de la participation des gens, commente la directrice de santé publique de l'Estrie, Dr. Mélissa Généreux. L'enquête nous démontre que les gens bougent et c'est très bien. Cependant, les comportements ne sont pas toujours adéquats dans la prévention de la maladie de Lyme lors de certaines activités. »

La prévention est essentielle

15 % des tiques sont porteuses de la maladie de Lyme et il n'y a pas de solution miracle pour la prévenir, selon la docteure Généreux. Cependant, on peut diminuer les risques de piqûres par des gestes simples avant, pendant et après une activité.

« Avant une randonnée, on recommande d'utiliser un chasse-moustique, de couvrir de vêtements le plus possible la peau et de porter des vêtements clairs. On pourra identifier l'insecte rapidement. Pendant l'activité, il faut marcher au milieu des sentiers le plus possible et éviter les passages dans les herbes hautes. »

De retour à la maison, on invite les gens à examiner leur peau pour détecter des rougeurs, ou l'insecte lui-même. Une tique est habituellement de couleur noire et mesure entre 3 et 5 millimètres, soit la grosseur d'une graine de sésame.

« C'est une mesure payant, simple et qui n'empêche en rien la pratique des activités à l'extérieur. Si on détecte une tique et qu'on la retire de la peau dans les 24 h après la piqûre, on réduit grandement les risques de contracter la maladie. Malheureusement, on constate qu'une personne sur trois seulement examine sa peau. »

Mélissa Généreux ajoute qu'une piqûre de tique ne signifie pas toujours que la personne a contracté une infection.

« Il faut être attentif. Si une rougeur apparaît dans les 24 h suivant la piqûre, c'est fort probable que la personne n'ait pas contracté la maladie. En cas d'infection, la rougeur prend au minimum deux jours à se manifester, voir des semaines. Elle sera semblable à une cible et peut avoir cinq centimètres de diamètre. »

En cas de piqûre, Mme Généreux suggère aux gens de conserver la bestiole dans un contenant étanche et de consulter un médecin. Une analyse de la tique en question permettra d'établir si elle était porteuse ou non de la maladie.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Niveau de la rivière sous surveillance à Sherbrooke

Niveau de la rivière sous surveillance à Sherbrooke
Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke

Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke
NOS RECOMMANDATIONS
Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke

Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke
Skier pour persévérer et ne pas décrocher

Skier pour persévérer et ne pas décrocher
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Gestion Financière JLR janvier-Fevrier 2018
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience

René Dubreuil
Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René

Guillaume Rousseau
Vendredi, 19 janvier 2018
Réflexion sur l’accès à la justice en matière criminelle

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 4 janvier 2018
Bedon & bout'chou
Tendances à surveiller en 2018 Par Catherine Côté Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018
Portraits robots d’un homme au comportement à risque envers les femmes Par Cynthia Dubé Lundi, 15 janvier 2018
Portraits robots d’un homme au comportement à risque envers les femmes
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible? Par Alexandre Dagenais Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous