magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
ACTUALITÉS / Estrie
Anita Lessard Par Anita Lessard

Lundi, 4 novembre 2019

Les enseignants contestent la loi 40


Selon les syndicats d'enseignement, l'impression qui se dégage du document soumis par le ministre l'éducation Jean-François Roberge, est qu'il essaye de leur imposer de fçon détournée et à la pièce, des éléments d'un ordre professionnel, en plus de centraliser des pouvoirs à son ministère.

 Imprimer   Envoyer 
crédit photo: Jacques Boissinot, La Presse Canadienne; Jean-François Roberge, Ministre de l'éducation

Le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie s'inquiète des modifications qu'apporteraient le projet de loi 40 au rôle décisionnel  des enseignants. Après moults réformes dans le réseau de l'éducation au fil des décennies, cette nouvelle loi est vue comme une façon d'enlever une fois encore, de l'autonomie et du contrôle à ceux-ci.

Cette semaine l'Assemblée nationale débute l'étude du projet de loi no 40 sur la gouvernance des commissions scolaires qui doit abolir celles-ci pour les remplacer par des centres de services. Le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie a fait part de son mécontentement face à son contenu, puisqu'il considère que le projet de loi est une façon déguisée d'enlever d'autres pouvoirs aux enseignantes et enseignants en réduisant leur espace décisionnel, en amoindrissant la portée de leur jugement professionnel et de leur autonomie.

Selon les syndicats d'enseignement, l'impression qui se dégage du document soumis par le ministre l'éducation Jean-François Roberge, est qu'il essaye de leur imposer de fçon détournée et à la pièce, des éléments d'un ordre professionnel, en plus de centraliser des pouvoirs à son ministère.

Ce projet de loi devait à l'origine revoir les structures scolaires et ne laissait pas présager une révision de l'encadrement du travail des enseignantes et enseignants.

« Depuis des années, nous travaillons à valoriser la profession enseignante. Nous souhaitons redevenir maîtres de notre profession, puisque nos droits se sont érodés au fil des réorganisations du réseau, des compressions et de la gestion axée sur les résultats. Si ce projet de loi voulait nous valoriser, il rate complètement sa cible. Il dilue nos droits et tente de faire des enseignants des exécutants et des pantins qui ont de moins en moins de prises pour exercer leur jugement professionnel », fait valoir Richard Bergevin, président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie.

Le projet de loi no 40, contient plusieurs clauses qui soulève l'inquiétude des syndicats ; notamment une manipulation des notes consentie à la direction de l'établissement scolaire; une autonomie professionnelle à laquelle on imposerait un « comité d'engagement » qui pourra faire pression pour uniformiser les pratiques selon la dernière mode pédagogique, et donc de dévaloriser l'expertise acquise par la pratique concrète des enseignants. Les instances syndicales croient aussi qu'il y aura une perte d'influence quant aux décisions prises au conseil d'établissement, puisqu'il n'y aura plus de parité dans la représentativité des enseignants.

Le ministre entend imposer une formation continue sans égards aux besoins, tout en s'octroyant le pouvoir sanctionner des enseignantes et enseignants qui ne se plieront pas à ces exigences. Les syndicats croient que c'est plutôt sur l'accessibilité et l'amélioration des activités de formation que devrait se concentrer le ministre.

On craint également que des inégalités scolaires iront en s'accroissant, en facilitant le développement de projets particuliers sans aucune forme d'encadrement.

« Quand on valorise l'éducation, on valorise aussi ceux qui s'y consacrent au quotidien. La souffrance des enseignants est trop grande pour en faire fi à ce point dans un projet de loi aussi large et intrusif. Le ministre doit sérieusement reconsidérer la portée de sa loi », a déclaré Richard Bergevin, président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie.

Le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie représente quelque 3 500 enseignantes et enseignants des Commissions scolaires des Sommets, des Hauts-Cantons et de la Région-de-Sherbrooke.


Sherb_achat_local_2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le CEGEP de Sherbrooke créé un fonds d'urgence

Le CEGEP de Sherbrooke créé un fonds d'urgence
La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures

La ville de Sherbrooke adopte de nouvelles mesures
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Deux suspects recherchés pour vol

Deux suspects recherchés pour vol
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sherb_achat_local_2020
 
François Fouquet
Lundi, 6 avril 2020
Grand complot, croyances et COVID-19

Pierre-Olivier Pinard
Lundi, 6 avril 2020
Êtes-vous prêt à avoir la COVID-19? Partie 1

Claude Hébert
Dimanche, 5 avril 2020
Le temps d’un confinement

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Un monde perdu, un monde à venir… Par Daniel Nadeau Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…
La radio pour rejoindre les communautés culturelles Jeudi, 2 avril 2020
La radio pour rejoindre les communautés culturelles
Vives inquiétudes à Coaticook Par Daniel Campeau Jeudi, 2 avril 2020
Vives inquiétudes à Coaticook
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous