magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Deux suspects recherchés pour vol
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 25 novembre 2013

Langue dans le vinaigre



 Imprimer   Envoyer 

La langue de chez nous. « C'est une langue belle, avec des mots superbes », dit la chanson.

C'est vrai.

On le voit moins, il me semble, ces années-ci, mais ça demeure vrai. Notre langue est riche d'images, de sonorités, de contrastes... J'en conviens, explorer cette richesse demande un effort. Et nous sommes, visiblement, à contre-courant en ce domaine. L'effort est souvent remplacé par des raccourcis qui passent partout, faisant fi des conjugaisons, des accords et autres peccadilles du genre.

Entk...

Il y a, il me semble, un je-m'en-foutisme flagrant en lien avec la langue. Et je ne parle pas que du langage codé des médias sociaux. Je n'ai rien contre ce langage dans la mesure où il n'implique pas qu'on ignore comment écrire correctement.

Et non, ne me dites pas que je suis un nostalgique poète qui vit dans le passé. Et ne me dites pas non plus qu'il y a trop de règles, trop d'exceptions et que c'est compliqué pour rien. Votre argument serait trop facile.

C'est vrai qu'il y a des pièges linguistiques nombreux et pas toujours compréhensibles. Mais si l'on accorde les verbes de telle ou telle manière, ou qu'on écrit un mot de telle ou telle manière, ce n'est pas pour rien. C'est par souci de clarté. De compréhension.

L'autre jour, je reçois une facture au bureau. Rien de bien spécial. La date qui apparaît remonte à quelques semaines déjà. Un peu plus d'un mois, en fait. Elle est estampillée du mot PAYEZ. En rouge. Et en gros.

Je réfère à ma collègue de la comptabilité qui me dit : « Ça me dit de quoi, ça... » Les gens de la comptabilité ont souvent cette mémoire photographique... Elle me revient, quelques minutes après, avec l'explication. « Ces gens-là voulaient être payés à l'avance pour le projet, ce que nous avons fait. La facture est, en fait, un reçu. » J'imagine que la personne voulait dire PAYÉ ou PAYÉE, c'est selon...

Je sais, c'est un bien petit exemple. Mais je m'inquiète. Je m'inquiète de sentir qu'on marche sur du mou. Qu'on se fout un peu de tout et qu'on se dit que la personne va comprendre, peu importe comment on écrit la chose.

Inquiétant, aussi, de voir la France enrubanner son propos de mots anglais, avec ce petit air tellement décontracté, comme si le goût du jour nécessitait qu'on se "franglise" de plus en plus. Un ami me racontait que l'entreprise pour laquelle il travaille a décidé de changer son logiciel d'exploitation interne. Rien de bien spécial, me direz-vous, ça arrive. Je sais, mais ce qui est spécial, c'est que la version française n'a été faite que pour le Québec. La France a opté pour la version anglaise. C'est plus « in », j'imagine.

C'est pouiche....

La lueur de l'espoir apparaît, cela dit, dans la création artistique des gens d'ici. Écoutez les slameurs et rappeurs francophones s'exprimer, portez attention aux paroles des chansons (surtout celles qui sortent un peu du moule commercial) et vous entendrez chanter la langue française. Vous découvrirez le plaisir d'entendre quelqu'un s'exprimer avec des mots qui sonnent juste, qui ont une couleur, une saveur, qui disent quelque chose de précis. 

Autre exemple. Que j'invente de toutes pièces pour résumer le malaise.

Cela se passe, disons, en mode texte sur un blogue en lien avec mon travail. Quelqu'un m'écrit :

-          Vos groupes de suivi de deuil, c'est religieux, cette affaire-là?

-          Non, les notions et les repères sont plus larges et se veulent inclusifs.  

-          OK. D'après vous, Il faut être croyant pour survivre à un deuil?

-          Non, pas vraiment...

-          Donc, on peut vivre sans foie?

-          Je ne crois pas, non...

-          Je ne vous suis pas...

-          C'est vrai que ce n'est pas simple... il faut parfois chercher un peu...

Ouais, je sais, je suis parfois de mauvaise foi. Mais juste des fois.   

Clin d'œil de la semaine

-          Fuck, man, la langue, c'est full important, come on! Lance le Québécois au Français

-          Ouais, bon, mais comme on dit en France : so what. 



Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau
Le coup de poing du gros bon sens

Le coup de poing du gros bon sens
DOMINO’S PIZZA - magasin général
NOS RECOMMANDATIONS
Le CEGEP de Sherbrooke créé un fonds d'urgence

Le CEGEP de Sherbrooke créé un fonds d'urgence
L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques

L'Archidiocèse s'adapte pour Pâques
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
BdT 17 mars 20
 
Claude Hébert
Vendredi, 3 avril 2020
Menez vos investissements à bon port

Me Michel Joncas
Jeudi, 2 avril 2020
Coronavirus et bail commercial

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 avril 2020
Un monde perdu, un monde à venir…

Isabelle Simoneau
Mardi, 31 mars 2020
Un monde de découvertes au bout de nos doigts

François Fouquet
Lundi, 30 mars 2020
Tous dans le même bateau

JD Mars 2020
1077 Printemps 20
Une ligne d'aide pour la MRC Des Sources Lundi, 30 mars 2020
Une ligne d'aide pour la MRC Des Sources
Vives inquiétudes à Coaticook Par Daniel Campeau Jeudi, 2 avril 2020
Vives inquiétudes à Coaticook
La STS passe à son horaire d'été Vendredi, 27 mars 2020
La STS passe à son horaire d'été
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous