Zoo de Granby juin 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 4 août
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 17 novembre 2014

La langue de chez nous. Pis?



 Imprimer   Envoyer 

Des fois, je me dis que ce serait plus simple. J'ai presque le goût d'une trêve. Ou même d'un drapeau blanc. J'ai le goût de capituler.

Ce serait plus simple si on se mettait à parler anglais. Simplement. Si on adoptait la langue des affaires. Après tout, les affaires, c'est la vie et la réussite, non? Pourquoi cet éternel combat pour conserver notre langue?

Les paroles sont plus mélodieuses en anglais, dit-on. Le marché est là. Et la culture qui vend, c'est celle qui marche. Alors, pourquoi s'obstiner? On arrête tout et on s'uniformise. Ce sera plus simple. Et on deviendra automatiquement des gens bien dans leur peau, heureux, ralliés au monde autour. Le Gaulois devient Romain. Il se débarrasse, au passage, de ses complexes. De toute façon, on l'a pas, nous, la potion magique...

Pire, le combat sera éternel. C'est long, l'éternité!

Quand je me dis ça, je sais que je suis fatigué. Mentalement. Mais, justement, la fatigue, elle doit venir de quelque part, non? Si on arrête cet éternel combat de la langue, je ne serai plus fatigué, non?

Au moment où je me dis que ce serait plus simple, voilà qu'on se ligue pour me montrer l'autre côté de la médaille. D'abord, Yves Duteil, la semaine dernière, qui raconte, tout doucement, comment il a composé « la langue de chez nous » après une journée passée avec Félix. Comment il a refusé de la faire en spectacle, au Québec, avant de la chanter au poète devenu vieux tout en demeurant créatif. « Un vieux pommier ne donne pas de vieilles pommes », disait Félix,d'ailleurs.

Duteil fait chanter les mots. Des mots riches. Précis et vastes en même temps.

Mais la conspiration était plus large que Duteil!

Au hasard d'une visite « dans les Internet », je suis tombé sur une entrevue avec Manny Malhotra. Le gars joue maintenant pour le Canadien. Son père, un Indien, est passé par le Québec où il a rencontré sa femme. Ils se sont installés, ensuite, à Mississauga. Il s'exprime très bien en français. Et il souhaite continuer. Après tout, dit-il, c'est ma fibre maternelle, ce n'est pas rien. Et cette fibre le rend plus riche.

Puis, comme si ce n'était pas suffisant, j'ai vu l'émission En direct de l'univers (signe des temps, j'ai vu, en différé, En direct de l'univers!). Boucar Diouf y était. Il a rendu un hommage vibrant à la culture québécoise. Ça fait toujours drôle quand ça vient d'ailleurs. Comme quand Jim Corcoran chante en français parce que les mots sont plus riches, qu'ils sonnent mieux.

Boucar disait, essentiellement, deux choses. D'abord que ses racines sont africaines, mais que son feuillage est québécois, rien de moins! Et il a choisi une chanson de Daniel Boucher pour exprimer ce qu'il comprend de notre situation géo-politico-culturelle. Boucher chante, essentiellement, ceci : c'est à mon tour d'ouvrir la maison chez nous, pis de pas m'gêner pour dire que je l'aime, pis que c'est de même que ça se passe... Il dit aussi : les « vouleurs » de rire, sont bienvenus chez nous! Un vouleur de rire. Faire chanter les mots, c'est aussi les colorer d'une humeur, d'une profondeur nouvelle.

Et Boucar insiste. Il faut que les gens qui viennent ici sachent « que c'est de même que ça se passe ». C'est quoi cette gêne autour d'une culture différente de celle de la masse?

Quand je me dis que ça ne vaut pas la peine, ils sont légion, de tous les horizons, à venir me dire que ça vaut la peine de continuer. Que la richesse de ce qu'on est ne se traduit pas en argent.

Ma culture n'est pas exclusive. Elle est d'ouverture. Et elle devient mature, c'est-à-dire que je refuse les propos des rapetisseurs de ma culture. Si elle n'est pas plus grande qu'une autre, ma culture n'est pas plus petite. Elle est riche de son ouverture et de sa fierté d'être ce qu'elle est.

Au Québec, on a un petit fond de frustration collé dans la poêle et qui se met à sentir dès que ça chauffe un peu. La gêne d'être ce qu'on est me gêne de plus en plus! Qu'on soit indépendantiste ou fédéraliste n'y change rien. La culture, celle qui nous distingue, est au-dessus de tout ça.

Mais elle a besoin qu'on s'en occupe un brin, par exemple. Et s'en occuper, c'est d'abord l'apprécier. Je parle français et anglais. J'aimerais parler l'espagnol. Mes racines sont québécoises. Mon feuillage peut être bigarré sans que mes racines n'en souffrent.

Si je brandis le drapeau blanc, un jour, ce sera pour prôner la paix. Pas pour abandonner la langue de chez nous.

Clin d'œil de la semaine

C'est toujours quelqu'un qui vient d'ailleurs qui te dit : « C'est une région magnifique, chez vous! » Inutile, alors, de chercher à réduire la chose, c'est beau, c'est tout!


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Les vieux dans notre environnement

Les vieux dans notre environnement
Entre trois… et divague!

Entre trois… et divague!
Musée Nature Science Sherbrooke JUIL 21
NOS RECOMMANDATIONS
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste

Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste
Enlèvement de Serge Boutin : arrestation de deux suspects

Enlèvement de Serge Boutin : arrestation de deux suspects
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Festival Cinema du monde 2021
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 août 2021
Les Jeux olympiques au féminin

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste

François Fouquet
Lundi, 2 août 2021
Entre trois… et divague!

Me Michel Joncas
Jeudi, 29 juillet 2021
TRAVAIL AU NOIR ET GARANTIE

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste Par Archives nationales du Québec à Sherbrooke Mardi, 3 août 2021
Notre histoire en archives : Ernest Lacharité, de maréchal-ferrant à garagiste
Consommation d’alcool : les Estriens plus enclins à prendre le volant Par Maxime Grondin Jeudi, 29 juillet 2021
Consommation d’alcool : les Estriens plus enclins à prendre le volant
464800 $ pour soutenir la mission des CJE de Sherbrooke et de Coaticook Par Maxime Grondin Lundi, 2 août 2021
464800 $ pour soutenir la mission des CJE de Sherbrooke et de Coaticook
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous