Service d’aide aux Néo-Canadiens
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
12°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Les drapeaux de l'Hôtel de Ville de Sherbrooke seront mis en berne pour soutenir la population de la ville de Toronto.
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Affaires & Juridique
Automobiles
Découvertes
Éducation
Famille
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Style de vie
Voyages & Gastronomie
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Coopérative Funéraire de l'estrie 25 avril 2018
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 13 décembre 2017

La fin de la lune de miel de Justin



 Imprimer   Envoyer 
Au Québec, les libéraux de Justin Trudeau enregistrent 47 % des appuis devant les conservateurs et les bloquistes qui sont à 18 % et le NPD ferme la marche avec 12 % des appuis.

Un sondage récent Léger-Le Devoir rend compte de résultats selon lesquels le gouvernement de Justin Trudeau conserve encore la confiance des Canadiennes et des Canadiens avec des résultats qui le place à 40 % d'appuis alors que les conservateurs d'Andrew Scheer sont à 34 % et le NPD de Jagmeet Singh à 13 %. Au Québec et dans les maritimes, les libéraux caracolent en tête alors qu'ils perdent du terrain en Ontario et dans l'Ouest du pays.

Au Québec, les libéraux de Justin Trudeau enregistrent 47 % des appuis devant les conservateurs et les bloquistes qui sont à 18 % et le NPD ferme la marche avec 12 % des appuis.

Le moment est bien choisi pour faire un bilan du gouvernement Trudeau après plus de deux ans au pouvoir. Il semble bien que la lune de miel entre Justin Trudeau et le Québec tire à sa fin et qu'en filigrane se pointent de grandes incompréhensions entre les libéraux de Justin Trudeau et le Québec. Réflexions libres sur la fin de l'espoir incarné par Justin Trudeau.

Des crises mal gérées

Le vernis de Justin Trudeau a été égratigné à maintes reprises durant la dernière année. Cela a débuté avec le voyage de monsieur Trudeau sur l'île de l'Aga Khan. Cela faisait suite à des opérations ciblées de collecte de fonds auprès de représentants du monde des affaires. Il y a eu aussi la question des réfugiés haïtiens entrés illégalement au pays à la frontière des États-Unis au Québec. Il y a la crise non résolue du système de paie Phénix. Le pire c'est surement cette réforme fiscale mal comprise du ministre des Finances, Bill Morneau, suivie de toutes ces rumeurs de scandales liés au fait qu'il n'avait pas mis ses avoirs dans une fiducie sans droit de regard et toutes les supputations qui s'en sont suivies sur le fait que certaines de ses politiques fiscales ont avantagé la firme familiale Morneau Shepell. Il y a aussi cette question de la légalisation du cannabis qui se fait à toute vapeur en dépit de l'avis des provinces qui a aussi des répercussions dans l'opinion, particulièrement au Québec où, étonnamment, on semble plus nombreux à être rébarbatif à cette politique.

La tiédeur de l'appui à l'industrie aéronautique et à Bombardier. L'absence de réponses quant à l'avenir du chantier de la Davie est aussi une question fort préoccupante. L'abandon de l'engagement quant à la réforme du mode de scrutin fut la première grande rupture de Justin Trudeau avec son discours de campagne électorale. Que dire enfin de la crise Netflix et des justifications abracadabrantes de la ministre Mélanie Joly?

De manière générale, le gouvernement de Justin Trudeau a semblé moins habile à gérer des crises qu'à gérer ses communications planifiées. Tout cela a laissé des traces et il n'est pas dit que cela percole et puisse avoir des effets significatifs dans les prochains sondages d'opinion qui seront publiés en 2018.

La question du Québec

Un autre thème qui semble de plus en plus s'imposer ces dernières semaines, c'est la question du Québec. Nul ne feindra la surprise de découvrir que Justin Trudeau est un grand adepte des politiques multiculturelles de son père et qu'il éprouve une allergie certaine aux manifestations du nationalisme québécois. Les positions du gouvernement Trudeau sur le bilinguisme des juges, sur ses réserves évidentes quant à la Loi 62 concernant la neutralité religieuse adoptée par l'Assemblée nationale du Québec, sur sa volonté d'investir une responsabilité des provinces avec sa politique au sujet du logement et sur la décision de choisir Toronto plutôt que Montréal comme lieu du siège social de la nouvelle banque d'infrastructures sont autant de dossiers qui peuvent nous amener à questionner la sensibilité du gouvernement Trudeau à l'endroit du Québec. Pire encore, c'est le silence total de la députation libérale de l'équipe Trudeau sur maints enjeux importants pour le Québec et la population qui y réside.

Justin Trudeau a beau croire que le Québec est plus résolument fédéraliste qu'il ne l'a jamais été et se réjouir de la débâcle du Parti québécois et de l'option souverainiste, mais il serait mieux avisé de se rappeler que la question nationale a toujours été un enjeu fondamental de la politique québécoise et canadienne. S'il est vrai par les temps qui courent que les Québécoises et les Québécois sont plus préoccupés par leur portefeuille que par leur langue, il ne faudrait pas que l'on y décode le renoncement à notre identité française et à notre attachement à notre culture et à nos institutions.

Il est clair que pour l'actuel premier ministre Trudeau, ces questions sont de vieilles histoires et qu'aujourd'hui toutes les citoyennes et tous les citoyens du Québec sont convaincus d'appartenir à une nation multiculturelle et postnationale. Je doute fortement que cela soit le cas hors des cercles restreints des fédéralistes purs et durs que l'on retrouve en plus grand nombre dans l'ouest de l'île de Montréal et un peu en Outaouais et dans les Cantons de l'Est.

Bref, je suis d'avis que le gouvernement de Justin Trudeau aurait avantage à revoir ses convictions quant à la question du Québec. Il devrait prêter plus d'attention à des dossiers importants pour notre gouvernement comme le financement de notre système de santé, l'intrusion du gouvernement fédéral dans des compétences provinciales et la défense et la promotion du fait français et de la culture française au Québec et ailleurs au Canada. Sans quoi, monsieur Trudeau risque d'avoir des surprises lors des prochaines élections au Québec.

La fin de l'espoir

Dans une chronique, j'ai déjà salué l'élection de Justin Trudeau et j'ai écrit qu'il représentait l'espoir pour de nombreux Canadiens et de nombreuses Canadiennes. Dans la chronique, publiée le 21 octobre 2015, j'écrivais : « Justin Trudeau a tout ce qu'il faut pour réussir. Il a semé l'espoir en nous. Il lui reste maintenant à s'assurer que les "bottines suivront les babines". Justin Trudeau incarne bel et bien l'espoir, nous ont dit les Canadiens. Reste maintenant à ne pas les décevoir. Il ne faut jamais trahir l'espoir! Enfin l'espoir! »

Mon enthousiasme du moment était cependant balisé par un programme d'action clair : « La tâche qui attend Justin Trudeau est immense. De nombreux défis se dressent devant nous. Ce n'est pas un changement de gouvernement qui va faire disparaître les inégalités économiques profondes dans nos sociétés. Le sort inique réservé aux peuples autochtones et les conditions de vie pitoyables dans lesquelles nous les avons plongés ne disparaîtront pas d'un simple coup de baguette magique. Le réchauffement de la planète et les conséquences délétères des gaz à effet de serre commanderont des actions énergiques et des ruptures difficiles avec nos habitudes. La folie meurtrière des terroristes ne s'arrêtera pas avec nos prières, que nous portions la soutane ou non. Le développement économique et la création d'emplois, dans un contexte d'économie mondialisée et libre-échangiste, seront comme gravir un sentier escarpé dont les résultats ne seront pas autre chose que les résultats de nos efforts.

Le vieillissement de la population, les problèmes de notre système de santé, le déficit de notre engagement envers l'éducation et la culture et les problèmes de financement de nos institutions culturelles et scientifiques, notamment Radio-Canada, sont autant des problèmes urgents qui devront retenir l'attention du nouveau gouvernement de Justin Trudeau.
La place du Québec dans le Canada, la protection de la langue française, de notre culture et de notre code civil sont des sujets d'une brulante actualité. Il faudra aussi réformer le Sénat, rétablir le dialogue avec les scientifiques, reconduire le financement de nos centres de recherche gouvernementaux en environnement, modifier la décision de Postes Canada de mettre fin à la livraison à domicile et assurer le retour du recensement long sont autant de défis importants et urgents qui attendent ce nouveau gouvernement élu le 19 octobre. »

Le temps presse

Aujourd'hui, je dois avouer que mon espoir d'autrefois a fait place à un sain scepticisme devant les nombreux dossiers que j'ai évoqués au début de cette chronique. Je continue de croire que Justin Trudeau a un formidable potentiel pour faire de la politique autrement et de faire entrer le Canada dans le 21e siècle pour de bon. Je crois aussi que pour cela, il faut aussi une fois pour toutes reconnaître les droits de la nation québécoise dans ce pays dans le cadre d'un fédéralisme véritable qui fera place à la réconciliation des autochtones, des Canadiens du Rest of Canada (ROC), des Acadiens et des Québécois. Ce n'est pas évident que Justin Trudeau et son gouvernement iront dans ce sens, surtout que nous pouvons dire aujourd'hui que c'est la fin de la lune de miel avec Justin...


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Les mots qui blessent…

Les mots qui blessent…
Ô ma sœur la violence

Ô ma sœur la violence
NOS RECOMMANDATIONS
Je l’ai eu tough…c’est mon excuse !

Je l’ai eu tough…c’est mon excuse !
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Récupex - L'Estrie met ses culottes 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 25 avril 2018
Intentions voilées...

Catherine Côté
Mercredi, 25 avril 2018
La bonne tenue pour la bonne occasion

Léandre Lachance
Mardi, 24 avril 2018
La table à cinq pattes: vie intellectuelle

François Fouquet
Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
À l'école Mitchell-Montcalm les midis, il y en a pour tous les goûts

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Travis Cormier
Quels sont les dommages découlant d’un congédiement? Par Me Ariane Ouellet Jeudi, 19 avril 2018
Quels sont les dommages découlant d’un congédiement?
Sherbrooke accueillera son premier Festibière Par Vincent Lambert Mardi, 17 avril 2018
Sherbrooke accueillera son premier Festibière
La Fondation des élèves de la CSRS s’allie avec un gros partenaire Par Vincent Lambert Mercredi, 18 avril 2018
La Fondation des élèves de la CSRS s’allie avec un gros partenaire
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous