Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
16°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
El Tabernaco-Taco shop
ACTUALITÉS / Estrie
Sarah Pomar Chiquette Par Sarah Pomar Chiquette
spomarchiquette@estrieplus.com

Jeudi, 20 novembre 2014

Le complexe de l’homme fort plus dommageable que l’on pense



 Imprimer   Envoyer 

Depuis des décennies, des associations et organismes travaillent d'arrache-pied pour améliorer les conditions de vie de la femme. Mais qu'en est-il de la situation des hommes?

Dans le cadre de la Journée internationale des hommes, une centaine d'intervenants issus d'une cinquantaine d'établissements de l'Estrie ont participé à une formation organisée par le Collectif santé et bien-être des hommes de l'Estrie (SBEH-E). L'objectif de cette rencontre est d'informer les professionnels sur les défis spécifiques de l'intervention auprès des hommes, sur les stratégies d'intervention et sur la manière de décoder la demande d'aide des hommes.

Le complexe de l'homme fort

Plusieurs stéréotypes liés à la masculinité sont puissants et font en sorte que les hommes ont de la difficulté à exprimer leurs problèmes ou à demander de l'aide. Pour plusieurs hommes, demander de l'aide, c'est avant tout renoncer au contrôle, montrer ses faiblesses et faire face à sa douleur.

« Il est fondamental de lutter contre les mythes et les préjugés entourant les hommes, afin de favoriser une transformation sociale qui leur permettra de prendre plus facilement en charge leur santé physique et psychologique, notamment en osant demander de l'aide quand ils en ont besoin », dit Jean Lefebvre, porte-parole du Collectif.

À l'instar des femmes, la gent masculine a également des problématiques d'ordre social, psychologique ou économique. « Il y a des problématiques qui sont très graves, comme le suicide chez les hommes. Trop souvent les problèmes qui touchent les hommes sont méconnus », a expliqué Jean-Martin Deslauriers, professeur à l'école de service social de l'Université d'Ottawa et conférencier de la journée. D'ailleurs, le suicide est la toute première cause de mortalité chez les hommes de 20 à 40 ans au Québec.

Un effet boule de neige

Le professeur ajoute que ce comportement, de renoncer à de l'aide apporte son lot d'effets pervers : « C'est normal de vouloir garder pour soi ses problèmes, mais allez chercher de l'aide, c'est vraiment important. Lorsqu'on attend, on accumule et quand ça saute, c'est non seulement un problème que l'on doit traiter, mais un ensemble de problèmes qui se sont ajoutés au fil du temps. » La violence conjugale, l'acte suicidaire, la consommation de drogue et d'alcool peuvent être des conséquences dues à ce silence.

Sensibiliser pour mieux combattre

Un mouvement de dénonciation quant à la problématique des agressions sexuelles a fait écho dans les médias pendant plusieurs jours. Le mouvement a été salué par plusieurs associations puisque ce phénomène médiatique a permis une réelle prise de conscience quant à l'ampleur de la problématique chez les femmes. M. Deslauriers évoque toutefois l'oubli des hommes dans ce mouvement : « Un homme sur quatre est victimes d'agression. On oublie complètement la problématique des agressions chez les hommes. Au Canada, il y a seulement cinq organismes qui offrent des services aux hommes qui ont été victimes d'agression sexuelle. » Le professeur soutient que, comme les femmes, les hommes qui ont été abusés ont les mêmes sentiments de honte et de peur.

Un réel travail de sensibilisation doit être enclenché pour développer des outils de soutien aux hommes et que la recherche d'aide devienne un automatisme chez ces derniers.

Pour en savoir davantage sur le Collectif Santé et bien-être des hommes de l'Estrie (SBEH-E)


Centre Sherbrooke Ma Rentrée Techno 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Momo Challenge: le SPS rassure la population

Momo Challenge: le SPS rassure la population
Tatoueurs itinérants: aucune loi concernant les ados

Tatoueurs itinérants: aucune loi concernant les ados
NOS RECOMMANDATIONS
11 Sherbrookois parmi l’élite du pays

11 Sherbrookois parmi l’élite du pays
Une relève scientifique assurée au Cégep de Sherbrooke

Une relève scientifique assurée au Cégep de Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Domino's Pizza septembre 2018
 
Caroline Caouette
Jeudi, 16 août 2018
Les bons et mauvais côtés du maternage

Daniel Nadeau
Mercredi, 15 août 2018
Refus global : la honte de l’oubli

Priscilla Boutin
Mercredi, 15 août 2018
Trucs pratiques pour cheveux abîmés

Cégep de Sherbrooke
Mardi, 14 août 2018
Une relève scientifique assurée au Cégep de Sherbrooke

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Mardi, 14 août 2018
Quoi savoir sur l’alimentation cétogène ou « ketogenic diet »

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 20 juillet 2018
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Achalandage record pour le Festival des traditions du monde Par Cynthia Dubé Lundi, 13 août 2018
Achalandage record pour le Festival des traditions du monde
Tatouages sur ados: deux hommes se rendent à la police Par Vincent Lambert Lundi, 13 août 2018
Tatouages sur ados: deux hommes se rendent à la police
Refus global : la honte de l’oubli Par Daniel Nadeau Mercredi, 15 août 2018
Refus global : la honte de l’oubli
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous